mercredi 16 mai 2012

Calvet-Rogniat, illustrateur des Fables

Voici une série d'illustrations-affiches de quelques fables de La Fontaine qui fleurent bon le plumier, le cartable en cuir et le pupitre ciré. Certains anciens élèves d'une époque aujourd'hui lointaine et révolue s'en souviendront peut-être.


 Illustrations de bons-points de chants
  Illustrations de bons-points d'histoire

3 commentaires:

  1. Est-ce que quelqu'un sait pourquoi dans les Fables, les personnages sont tantôt des animaux et tantôt des êtres humains, pourquoi la Fontaine n'a-t-il pas mis en scène que des animaux ou que les humains? c'est bizarre tout de même!

    RépondreSupprimer
  2. Je me souviens d'avoir lu une analyse de son oeuvre et qui disait en substance que La Fontaine a varié ses personnages dans l'idée de "plaire au lecteur", un souci constant chez lui, une manière donc, de se renouveler à l'intérieur d'un même genre. Il utilisa également des végétaux, des objets et des éléments.

    RépondreSupprimer
  3. C'est exact, comme le Chêne et le Roseau par exemple. L'opinion commune, à propos de cette Fable, soutient que le Chêne représente l'intolérance des Grands, le pauvre petit Roseau lui, est obligé de se plier pour survivre, mais finalement le Chêne est brisé par le Vent (personnifié lui aussi dans la Fable) alors que le Roseau lui résiste. La sympathie les lecteurs se tourne vers le Roseau et l'on rit de l'orgueil du Chêne. Personnellement ma sympathie se tourne vers le Chêne, certes il n'est pas très malin, mais il est généreux (il aimerait protéger le roseau et trouve que la Nature est injuste), le Roseau, par contre m'apparaît comme un hypocrite prêt à se plier devant n'importe qui et se sort toujours de toutes les difficultés puisqu'en fait il n'a aucune personnalité et en même temps il a toutes les personnalités possibles. Je me demandais en fait si d'autres personnes interprétait ainsi cette Fable.

    RépondreSupprimer