samedi 26 mai 2012

Henri Lacordaire (1802-1861)

Jean-Baptiste Henri Lacordaire, né le 12 mai 1802 à Recey-sur-Ource (Côte-d'Or), décédé le 21 novembre 1861 à Sorèze (Tarn), était un religieux, prédicateur, journaliste et homme politique français. Restaurateur en France de l'Ordre des Prêcheurs (dominicains), il est considéré aujourd'hui comme l'un des précurseurs du catholicisme moderne.

Henri-Dominique Lacordaire au couvent de Sainte-Sabine à Rome 
par Théodore Chassériau (1840) Musée du Louvre.

Fils d'un ancien médecin de la marine, Henri Lacordaire fit ses études au lycée puis à l'école de droit de Dijon, et devint avocat stagiaire à Paris en 1823. Il se convertit en 1824 et entra presque aussitôt au séminaire d'Issy. Ordonné prêtre le 22 septembre 1827, nommé chapelain de la Visitation (févr. 1828) puis second aumônier du lycée Henri-IV (1829), il entretenait en lui sans relâche l'ambition d'agir sur l'opinion publique, ambition qui s'était éveillée depuis son entrée (1821) dans la Société d'études de Dijon. Après les journées de Juillet, l'abbé Lacordaire est, avec le comte de Montalembert, le plus engagé des collaborateurs de Lamennais dans la fondation du journal L'Avenir et dans les campagnes d'opinion qui lui font suite, principalement celle sur la liberté d'enseignement. Il ouvre une école libre à Paris en mai 1831, malgré les lois, provoquant ainsi un procès à grand retentissement.
Sources : 1 - 2 - 3
En 1961, à l'occasion du centenaire de sa mort, un timbre fut émis (25 mars) et tiré à 5 100 000 exemplaires.
Le dessinateur et graveur Claude Durrens avait alors obtenu le Grand Prix de l'Art Philatélique pour ce timbre.

Autre source :  Association Sorézienne

Citations
 

L'égoïsme consiste à faire son bonheur du malheur de tous.

L'injustice appelle l'injustice ; la violence engendre la violence.

Le temps confirme l'amitié.

On ne peut régner sur les hommes quand on ne règne pas sur leur coeur.
 

Entre le passé où sont nos souvenirs et l'avenir où sont nos espérances, il y a le présent où sont nos devoirs.

Partout où l'homme veut se vendre, il trouve des acheteurs.

 

Poème sur l'Amitié

La véritable amitié est pure.

Elle ne recherche aucune faveur en retour.
Elle élève celui qui la donne.

La véritable amitié est généreuse.
Elle est plus forte que tous les préjugés.
Elle anoblit celui qui la donne.

La véritable amitié est fidèle.
Elle n’est pas altérée par le temps.
Elle honore celui qui la donne.

La véritable amitié est tenace.
Elle est faite de loyauté et de franchise.
Elle grandit celui qui la donne.

La véritable amitié est magnanime.
Elle ne pose aucune condition.
Elle embellit celui qui la donne.

La véritable amitié est absolue.
Elle n’est jamais donnée par miettes.
Elle fait honneur à celui qui la donne.

La véritable amitié est spontanée.
Elle ne fait l’objet d’aucun marchandage.
Elle récompense celui qui la donne.

La véritable amitié est sincère.
Elle ne pose pas de conditions.
Elle enrichit celui qui la donne.

2 commentaires:

  1. autre source :
    http://www.soreze.com/lacordaire.htm

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce lien aussitôt mis en actif dans le billet.

    RépondreSupprimer