lundi 14 mai 2012

Les langues européennes

La plupart des langues parlées en Europe ont une source commune : l'indo-européen.

     La recherche scientifique sur l'origine des langues européennes se développera surtout au 19e siècle. cette étude sera particulièrement poussée en Allemagne. Partant du constat de similitude entre certains mots de différentes langues, les chercheurs établiront des parentés vocales. Ils remonteront ainsi à un ancêtre commun, c'est-à-dire à une langue parlée plusieurs millénaires avant Jésus-Christ, qu'ils situeront géographiquement à l'Est, dans les régions de l'Oural ou sur les bords de la Mer Baltique, voire, plus anciennement, dans les steppes d'Asie centrale.
     Cette langue commune, appelée l'indo-européen, a donné naissance à tous les parlers européens, exception faite du basque, du finnois et du lapon.

     Au cours de leurs migrations, les Indo-européens se scinderont. Une partie se dirigera vers l'Ouest et l'autre vers le Sud (l'Inde). Ces peuplades se sont alors diversifiées dans leurs parlers. L'intégration des habitants autochtones des régions d'installation a été un des facteurs de cette mutation.

     En Europe, six grandes souches linguistiques s'établiront : le germanique (qui se distinguera par sa mutation consonnantique), le grec, l'italique, le celtique, l'albanais et le balto-slave. Mais d'autres langues disparaîtront complètement : l'illyrien, le vénète, le thrace, le phrygien, le hittite, le louwitte, le tokharien et l'ancien indien.

L'organigramme suivant montre plus particulièrement l'évolution du germanique.