samedi 9 juin 2012

Bestiaire fantastique : la licorne

La licorne, également nommée unicorne, est une créature légendaire proche du cheval, de couleur généralement blanche. Elle a une grande corne au milieu du front, droite et spiralée. Mentionnée sous le nom de monocéros dans l'Antiquité, la licorne devient l'animal imaginaire le plus important du Moyen-Âge et de la Renaissance.


Cet animal fabuleux symbolise en héraldique la chasteté, la pureté, l'amour honnête. Il est généralement représenté rampant ou effaré ou encore saillant (à gauche) ou cabré (à droite).

Blason d'Équemauville
(Calvados, Basse-Normandie)
 "Parti : au premier d'azur à la nef équipée et habillée d'or, au second de gueules à la licorne saillante en défense d'argent."

Blason d'Éguilly-sous-Bois (Aube)
"D’azur à la licorne d’argent surmontée d’un soleil d’or."

Blason de Gommegnies (Nord)
"De gueules à la licorne assise d'argent."


Blason de Moissey (Jura, Franche-Comté)
"D'azur à la licorne saillante d'argent posée 
sur une montagne du même mouvant de la pointe."

Blason de Saint-Lô (Manche)
"De gueules à la licorne saillante d’argent, 
au chef d’azur chargé de trois fleurs de lys d’or."

Blason de Le Haye-le-Comte (Eure) 
 "Coupé d’argent et de sable à la 
licorne saillante de l’un en l’autre."

Blason de Saverne (Bas-Rhin, Alsace)
"D'or à la bande de sable chargée d'une licorne  
bondissante du champ accornée et onglée d'argent."

Blason de Terre Neuve et Labrador (Canada 1638)
"De gueules à une croix d'argent cantonnée au premier et au quatrième, d'un léopard d'or ceint de la couronne royale du même, au deuxième et au troisième, d'une licorne passante d'argent cornée, crinée, onglée et colletée d'une couronne munie d'une chaîne passant entre ses pattes de devant et par-dessus son dos, le tout d'or."

1 commentaire:

  1. Licorne de banlieue
    -----------------------------

    La licorne a suivi les berges de la Seine ;
    C’est un jour comme un autre, et c’est presque le soir.
    L’horizon par endroits se festonne de noir,
    Comme s’il abritait une forêt lointaine.

    Nulle senteur de thym ou bien de marjolaine ;
    Mais le flot de sinople a des reflets d’espoir
    Et, du jour déclinant fantaisiste miroir,
    Au fil du lent parcours trace des formes vaines.

    -- Licorne, réponds-moi, dans ta sincérité !
    Vas-tu le long des eaux quérir des vérités
    Que l’on peut seulement trouver dans la nature ?

    -- Non, c’est par les poissons, des plus fins et menus,
    Que se trouve aujourd’hui mon esprit retenu :
    À l’auberge du port, ils les font en friture.

    RépondreSupprimer