dimanche 3 juin 2012

Meuble héraldique : la roue

Meuble d'armoiries qui représente une Roue semblable à celles des chars de triomphe des anciens ; elle est ordinairement à huit rais, lorsqu'elle en a plus ou moins, on l'exprime en blasonnant. Il existe de nombreuses variantes.

Roues dentées : à 6 branches et à 4 branches

Roues d'horloge

Roue de moulin et roue à aube

Roue de bicyclette et roue d'automobile

Blason de Marie Dardel, épouse Bugnot, de la branche de Blaise Dardel-dit-Munier, à la roue de moulin (1649)
(Branche suisse de la famille Dardel)
"D’azur à la roue de moulin d’or accompagnée 
en pointe d’un mont de trois coupeaux de sinople."

 
Blason d'Amfreville-la-Mi-Voie (Seine-Maritime)  
"Mi-parti : au premier d'azur à l'ancre de marine d'or remplie de sable avec sa gumène aussi d'or, au second de gueules à la roue d'engrenage d'argent ; au bâton en barre d'or chargé d'un bâton de sinople sur le tout, entravaillé dans l'ancre et dans la roue ; le tout sommé d'un chef parti au I de gueules chargé de deux léopards d'or passant l'un sur l'autre et au II d'or chargé de trois marteaux de gueules ordonnés 2 et 1."

 
Blason de Bellegarde-sur-Valserine (Ain)  
"De sinople à la porte de ville ogivale de deux tours d'argent, hersée du même, ouverte du champ et maçonnée de sable, surmontée d'une étoile d'or et soutenue d'une roue de moulin du même, au franc-canton d'argent chargé d'une croisette de gueules, au soleil d'or issant du chef à senestre rayonnant de trois éclairs de l'un en l'autre." 

Blason de Mably (Loire)
"De sinople à la roue dentée d'argent, accostée de deux épis de blé d'or, 
au chef aussi d'argent papelonné de gueules."

Blason de Lizy-sur-Ourcq (Seine-et-Marne)
"D'azur à la fleur de lys d'or au canton du chef dextre, à la roue à aube du même au canton du chef senestre et à deux épis de blé d'or aussi contreposés en pointe, une fasce ondée d'argent brochante."

Blason de Bétheny (Marne)
"De gueules au pairle d'argent chargé de trois flèches du champ, deux passées en sautoir, la troisième brochant en pal, accompagné, en chef, d'une roue dentée aussi d'argent, à dextre, d'une tour d'or ouverte du champ, à senestre, d'une gerbe de blé aussi d'or, au chef cousu d'azur chargé d'un vol aussi d'argent."

Blason de Cailloux-sur-Fontaines (Rhône)
"Écartelé : au premier d'or au mont isolé de trois cailloux de sable, au deuxième de sinople à la gerbe de blé d'or, au troisième de sinople à la roue de moulin d'argent en demi-profil, au quatrième d'or aux trois fasces ondées d'azur ; sur le tout de gueules à la croix d'argent."

Blason de Champagne-sur-Oise (Val d'Oise)
"D’azur à la roue dentée d’or remplie de gueules enfermant trois branches de fougère fossile de sable, desquelles son mouvants vers le chef deux éclairs d’argent brochant en bande et en barre sur la couronne dentaire, celle-ci surmontée d’une fleure de lis d’or et surmontée d’une divise ondée d’argent soutenant un clou aussi d’argent, accosté de deux fleurs de lys aussi d’or."

Blason de Darnétal (Seine Maritime)
"De gueules à la rivière en fasce ondée d’argent accompagné, en chef de deux roues d’engrenage du même et en pointe d’un tampon d’imprimeur accosté à dextre d’une navette à tisser avec sa bobine passées en sautoir et à senestre d’une navette à drap avec son chardon passés en sautoir, le tout d’or."

Blason de Morez (Franche-Comté)
"D'or au sapin de sinople issant d'une roue de 
moulin de gueules mouvant d'une onde d'azur."

Blason de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine)
"De gueules à la bande d'argent chargée de trois abeilles du champ, accompagnée en chef d'un brûle-parfum d'or et en pointe d'une roue d'engrenage du même."

Blason de Noyers (Loiret)
"D'or au noyer de sinople senestré d'une roue de moulin de huit rais de sable, le tout sur une rivière d'azur mouvant de la pointe."

Blason de Montville (Seine Maritime)
"Coupé : au 1) d’azur à la roue dentée d’argent accostée de deux navettes de tisserand du même posées en pal, au 2) de gueules à la charrue d’argent ; à la divise ondée d’argent brochant sur la partition."

Blason de Rolleville (Seine Maritime)
"De sinople à la barre ondée d’argent chargée de trois roues de moulin de gueules, accompagnée, en chef d’un pigeonnier aussi d’argent et en pointe d’une gerbe de lin d’or."

 Blason de la Seine-Saint-Denis (Ile-de-France)
"Coupé : au premier d’azur semé de fleurs de lys d’or, au second de gueules au vol d’aronde ployé d’argent embrassant trois épis de blé d’or ordonnés en éventail ; à la roue d’engrenage d’argent brochant sur la partition."

Incheville
(Seine-Maritime, Haute-Normandie)
D’azur à la roue à cliquet d’argent, au chef cousu de
gueules chargé d’un léopard d’or armé et lampassé d’azur.

Blason d'Erfurt, capitale de la Thuringe (Allemagne)

La roue est aussi le nom d'un ancien supplice, où le condamné, attaché sur une roue horizontale, se voyait briser les membres par le bourreau.

Blason de Molsheim (Alsace)
"D'azur à une roue d'or aux rais de laquelle est attaché un homme nu de carnation nimbé d'or."

Le blason de Molsheim représente le martyre de saint Georges, Patron de la ville. Georges, chevalier romain, déplut aux autorités de l'époque en raison de sa foi chrétienne et fut roué, soumis au supplice de la roue, qui consistait à briser les os du martyr, ce qui permettait au bourreau de l'«entrelacer» avec les rayons de la roue...


Symbolisme général

Le symbolisme de la roue tient à la fois de son rayonnement solaire et de son mouvement cyclique qui représente la périodicité du voyage des astres tout au long du Cycle de l’Année : «C'est un symbole solaire dans la plupart des traditions : roues embrasées dévalant les hauteurs du solstice d’été, processions lumineuses se déroulant sur les montagnes au solstice d’hiver, roues portées sur des chars à l’occasion des fêtes, férias et corso fleuris, roues sculptées sur des portes, roue de l’existence. De très nombreuses croyances, formules, pratiques associent la roue à la structure des mythes solaires.» Mircea Eliade, Histoire des Religions 1, 1963.
 
«Selon Mauss, c’est le mouvement rotatif du soleil au dessus de la ligne d’horizon qui aurait à l’origine suggéré aux hommes la forme de la roue. En fait la roue est un triple symbole*. Elle est tout d’abord un symbole solaire ; elle est ensuite symbole du mouvement perpétuel, du devenir, de l’éternel retour et, enfin, un symbole du monde lui-même (imago mundi). Le soleil et la roue renvoient à la même expérience initiale : ils “tournent” (drejan) l’un et l’autre et de leur mouvement jaillit la lumière, sans début ni fin…» Alain de Benoist, Les traditions d'Europe, Copernic, réed. Labyrinthe 1996.

Tristan Mandon “Les Origines de l’Arbre de Mai” dans la cosmogonie runique des Atlantes boréens (http://racines.traditions.free.fr)

1 commentaire:

  1. En matière de symbolisme, il faut parfois aller au plus simple. La roue est un symbole du mouvement dont le principe est le moyeu, ce que la tradition chinoise appelle le moteur immobile. Ainsi, la roue devient le symbole de l'action qui touve son origine dans la non action, autrement dit dans la contemplation qui constitue la suprême activité.
    C'est pourquoi le sage se tient au milieu de la roue dans une immobilité parfaite qui engendre le mouvement harmonieux du monde.
    A contrario, cela signifie que toute action qui n'est pas reliée au principe est totalement vaine voire inefficace.
    Voilà de quoi faire réfléchir sur notre époque actuelle.

    RépondreSupprimer