samedi 24 novembre 2012

Le coq en héraldique

Le coq est un animal fier et intrépide qui combat jusqu'à la mort. Il ne cède jamais à son ennemi. Chez les premiers chrétiens, il symbolisait la vigilance et chez les Romains, l'art de guérir. On le sacrifiait au dieu de la médecine, Esculape. Considéré comme animal solaire, il était également dédié à Apollon ; à Mars, pour son courage et de sa vigilance ; à Mercure et à Pallas, qui présidaient aux arts et aux sciences, pour faire entendre qu'il fallait veiller pour les acquérir. Les Dardaniens le portaient sur leurs enseignes, pour montrer qu'ils ignoraient la fuite dans un combat.
En héraldique, le coq est généralement représenté de profil, la tête levée et la queue retroussée. On dit du Coq qu'il est armé de ses griffes, barbé de sa barbe, becqué de son bec, crêté de sa crête et membré de ses jambes lorsqu'ils sont d'un autre émail que son corps. Quand il a le bec ouvert et semble chanter, on le nomme coq chantant  et coq hardi quand sa patte dextre est levée.

Aiguefonde
(Tarn, Midi-Pyrénées) 
De sinople aux trois fasces alésées d'or, 
au coq du même, crêté et barbé de gueules, brochant sur le tout.

Diefmatten
(Haut-Rhin, Alsace)
Coupé, au premier d'argent à un buste de saint Nicolas de carnation, mitré d'or, vêtu pontificalement de gueules, au pallium d'argent chargé de trois croisettes de sable, tenant dans sa main dextre trois pains d'or, dans la senestre une crosse de même posée en barre; au second, de sinople au coq hardi d'argent, becqué et membré d'or, crêté et barbé de gueules.

Famille Gabon
D'argent à trois têtes de coqs arrachées de gueules.

Famille Vogüé
D'azur au coq d'or barbé et crêté de gueules.

Gaillac
(Tarn, Midi-Pyrénées)
D'azur au coq d'or surmonté de trois fleurs de lys du même rangées en chef.

Gaillac-Toulza
(Haute-Garonne, Midi-Pyrénées)
D'azur au coq d'argent, crêté, barbé, becqué et membré d'or, 
surmonté d'une fleur de lys du même.

Jouques
(Bouches-du-Rhône, Alpes-Provence-Côte-d'Azur)
De gueules, à un coq d'or à dextre et une poule d'argent à senestre, affrontés sur une terrasse de sinople, et un chef d'or, chargé du mot JOUQUES en caractères de sable.

Jouy-en-Josas
(Yvelines, Ile-de-France)
D’azur à la colonne d’argent sommée d’un coq du même, 
crêté et barbé de gueules, au chef du même chargé de trois quintefeuilles d’or.

Levens
(Alpes-Maritimes, Alpes-Provence-Côte-d'Azur))
Parti : au premier de gueules à la hallebarde d’or entrelacée d’un listel du même chargé de l’inscription de sable : LIBERTAS 1621 ; au second d’azur à la champagne cousue de sable soutenant un coq de gueules sur un rocher d’or surmonté d’un soleil du même mouvant de l’angle senestre du champ.

Mazamet
(Tarn, Midi-Pyrénées)
D'azur au coq d'or crêté, becqué et barbé de gueules, 
surmonté de trois abeilles aussi d'or rangées en chef.

Sainte-Foy-de-Peyrolières
(Haute-Garonne, Midi-Pyrénées)
D'argent au coq hardi au naturel, soutenu de la date 1693 de sable, 
au chef d'azur semé de fleurs de lys d'or.

Soultzmatt
(Haut-Rhin, Alsace)
D'or au coq de sable becqué, crêté, barbé et membré de gueules, 
passant sur un mont de trois coupeaux de sinople.

Versailles
(Yvelines, Ile-de-France)
D'azur aux trois fleurs de lys d'or, au chef d'argent 
chargé d'un coq bicéphale issant au naturel.

Armoiries d'Oran (Algérie)

Blasonnement : écartelé, au premier de gueules au coq d'argent, la patte dextre levée sur une boule d'or, au deuxième d'or à la nef antique de sable, la proue en tête de lion, équipée d'argent, pavillonnée d'une flamme tricolore de France, voguant sur une mer ondée d'azur et d'argent, au troisième de sinople au croissant d'or surmonté d'une étoile du même, au quatrième contre-écartelé aux I et IV de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur et aux II et III d'argent au lion de gueules ; le tout sommé d'un chef d'azur semé de fleurs de lys d'or.

Le coq de Ceska Trebova
(Bohême-Moravie, République tchèque)
Dans la ville de Česká Třebová en Bohême-Moravie (actuelle République tchèque), dans un temps reculé, un magistrat eu le malheur d'égarer le sceau de la ville. En colère, les habitants s'accordèrent pour le pendre. La potence fut dressée et le prêtre accompagna le condamné au supplice. Jusqu'à ce qu'un coq se mit à chanter et à gratter le fumier sur lequel il se tenait, mettant à jour le sceau égaré. Depuis cet événement, le coq figure dans les armes de la ville. (Wikipedia)

Bestiaire fantastique

Le Basilic
Le basilic est un animal fabuleux qui a l'apparence d'un coq à queue de dragon ou d'un serpent aux ailes de coq. Ci-dessous, les armes du district de Porrentruy (également appelé district de l'Ajoie et du Clos du Doubs), un des trois districts du canton du Jura en Suisse. Le chef-lieu est Porrentruy.  


Blason de Bertrand de Marseivilla


La cocatrix


La cocatrix (ou encore coquatrix, caucatrix ou cocatrice) est un animal fabuleux et imaginaire, qui possède selon la légende une tête de coq, des ailes de chauve-souris et un corps de serpent ou de coq. Il est très proche du basilic et fut souvent confondu avec ce dernier dans les bestiaires médiévaux.

Armes du notaire Jean-Louis Mottet (18e siècle) décrites dans l'ouvrage d'Albert Michaud, Contribution à l'Histoire de la Seigneurie d'Orvin, La Chaux-de-Fonds 1923 : de gueules à la croix de Malte d'argent, tenant : un basilic.


Vexillologie

Drapeau de Charleroi (Hainaut, Belgique wallonne)

Drapeau de la Wallonie (Belgique)



Numismatique

La pièce de 20 francs de 1905

Pièces de 50 francs (1950 et 1953


Tyrosémiophilie

La tyrosémiophilie est le nom donné à la collection des étiquettes de fromages.


Philatélie

Timbres postaux de 1962 et de 1945

Un document à télécharger en pdf
Encyclopédie du Timbre-Poste d'Algérie 
ou l'histoire de l'Algérie par le timbre postal.


Le coq est sans nul doute l'animal qui tient la première place sur les girouettes.


5 commentaires:

  1. Excellente documentation introuvable ailleurs.

    RépondreSupprimer
  2. Pourquoi le coq est-il souvent utilisé sur les girouettes?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une bulle papale du 12e siècle qui a imposé d'arborer cet animal aux girouettes des clochers. Symboliquement, le coq s'associe ici au Christ qui annonce le passage des ténèbres à la lumière.

      Pour aller plus loin : http://www.dictionnairedessymboles.fr/article-le-symbolisme-du-coq-61928839.html

      Supprimer