jeudi 27 décembre 2012

Étiquettes de fromage et héraldique

Les étiquettes de fromages, notamment celles du camembert, se sont toujours largement servies de l'héraldique pour donner du prestige à un produit emblématique. 
L'étiquette est une publicité à elle toute seule et il n'est rien que cette dernière ne sache instrumentaliser. Séduire coûte que coûte, telle est la loi du commerce. Le blason, en ce qu'il renvoie à l'histoire, inspire l'idée d'ancienneté, c'est-à-dire de durée et donc de sérieux, de solidité et, surtout, de qualité, une valeur dont on imaginerait difficilement qu'elle pût être éphémère. Ce n'est pas pour rien que beaucoup d'entreprises affichent leur date de création, surtout à une époque où plus personne ne saurait honnêtement jurer du lendemain. Il y a la durée mais il y a aussi le prestige. Un blason sur une étiquette de camembert, ça vous élève un produit au niveau de la table festive, quasi princière, d'où le lexique des marques : le régent, le vicomte, le royal, le blason, le châtelain, le Richelieu, les ducs, etc. Toujours est-il que grâce aux étiquettes de fromages en boîtes, l'héraldique faisait partie de la vie courante.

Comparée au passé, l'iconographie actuelle des étiquettes de fromages est tombée dans une incroyable pauvreté. C'est sans doute dû au nombre réduits de laiteries qui se partagent le marché. On sait que les monopoles ne sont jamais synonymes de variétés, encore moins de pluralité. C'est sans doute un autre débat mais les effets de la chose sont toujours très révélateurs et, malheureusement, indicateurs de l'évolution globale de la société. Les hommes finissent toujours par ressembler à ce qu'ils mettent en œuvre.

Les quelques 400 étiquettes proposées en illustrations, sous la forme d'un diaporama (dont 300 en diaporama) ne sont qu'une goutte d'eau dans l'océan tyrosémiophile, rien qu'en matière d'héraldique. C'est assez souligner l'incroyable créativité des concepteurs d'étiquettes. Ce billet est donc aussi une manière de leur rendre hommage et l'occasion de saluer tous ceux qui ont su conserver ces images normalement destinées à la poubelle. Certaines étiquettes sont en effet fort anciennes. Merci donc aux collectionneurs et à tous les artisans de la mémoire des objets, d'hier et d'aujourd'hui.


Diaporama