mercredi 26 décembre 2012

La Chimère en héraldique

Dans la mythologie grecque, la chimère est une créature fantastique malfaisante. Elle est généralement décrite comme un hybride avec une tête de lion, un corps (ou une autre tête) de chèvre, et une queue de serpent.


Fille de Typhon et d'Échidna, elle ravageait la région de Lycie (en Asie mineure), quand le héros Bellérophon reçut du roi Iobatès l'ordre de la tuer. Il y parvint en chevauchant le cheval ailé Pégase.

Bellérophon chevauchant Pégase et tuant la Chimère
(mosaïque romaine)
Elle était de race divine, non humaine: lion par devant, serpent par derrière, chèvre par le milieu du corps, terrible, elle soufflait l'ardeur d'un feu flamboyant. Bellérophon la tua, en obéissant aux signes des dieux. Homère, l'Illiade.
Le désespoir de la Chimère, par Alexandre Séon (1855-1917)

La symbolique de la chimère est vaste et son nom a été repris pour désigner, dans un sens étendu, toutes les créatures composites possédant les attributs de plusieurs animaux ainsi que les rêves ou les fantasmes et les utopies impossibles.

 Chimère d'Arezzo, bronze IVe siècle (Florence)

La chimère, par Jean Buchet

En héraldique, la chimère est un animal fabuleux à corps de lion à tête et buste de femme, classée dans les figures imaginaires.



Blason de Hideux le Fort
Chevalier de la Table Ronde
D’argent à une chimère de gueules, tachetée d’azur.


Blason de Valberg
(Alpes-Maritimes, Provence-Alpes-Côte-d'Azur)
Taillé: au 1er d’azur à la montagne de trois pics d’argent, celui de dextre sommé d’une croix latine de sable, au 2e à la chimère d’or à la tête et au membres antérieurs de lion, au corps de dragon, posée en barre, la tête en bas, la queue posée en fasce brochant en chef. 

2 commentaires:

  1. Chimère de sinople
    ----------------------

    Garde-toi d'éveiller la chimère qui dort !
    N'approche même pas en rêve de sa couche ;
    Tu devrais le savoir, c'est un bestiau très louche,
    Si tu ne me crois pas, demande au goupil d'or.

    D'un lion de la savane elle arbore le corps ;
    Mais on chef est celui d'une vierge farouche.
    Malheur à l'animal imprudent qui la touche !
    C'est très déconseillé, sauf pour chercher la mort.

    Toutefois, ce n'est point une bête de proie :
    Grignoter quelques fruits est pour elle une joie,
    Dans lesquels, au matin, jubilante, elle mord ;

    En habit de sinople, elle parcourt la Terre,
    Disant : Je suis la noble et puissante Chimère,
    Je me passe de muse autant que de mentor.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. retouche (deuxième quatrain, deuxième vers) :

      "son chef"

      Supprimer