dimanche 23 décembre 2012

L'étoile en héraldique

L'étoile est un meuble luminaire très usité en héraldique. Elle a généralement cinq branches ou pointes appelées rais. Quand elle en a plus, on spécifie le nombre. Quand les rais sont ondoyants, l'étoile est dite rayonnante. L'étoile filante est souvent appelée comète.
Pour l'illustration du haut, de gauche à droite et de haut en bas : d'azur à l'étoile radiée de 4 pointes, idem de 5 pointes, idem de 6 pointes, idem de 7 pointes (dite occitane), idem de 8 pointes, idem de 9 pointes, idem de 16 pointes (dite de la Nativité), idem de 18 pointes, idem de 34 pointes (Montrouge) et, idem, à la comète en bande.

Pour la symbolique des étoiles selon leur nombre de rais, il convient de se reporter à la symbolique traditionnelle des nombres sans toutefois en conclure qu'elle a systématiquement inspiré les blasonnements. Donnons ici quelques éléments sur la symbolique concernant les étoiles représentées.

Le 4 symbolise le carré, la croix ou l'équerre, c'est-à-dire la stabilité, mais aussi l'incarnation des êtres dans la matières et, selon la Bible, la Terre, ou ce qui est terrestre, la totalité du créé et du révélé, donc aussi le monde par les quatre points cardinaux. 

Le 5 symbolise l'Homme (on retrouve largement ce nombre dans le corps humain: les cinq doigts de la main et des pieds, les cinq sens - le toucher, le goût, l'odorat, l'ouïe et la vue -, les cinq membres - les deux bras, les deux jambes et la tête, le buste étant le centre -, les cinq os formant le métacarpe, le métatarse et la boîte crânienne, etc.) Les philosophes grecs avaient admis cinq principes dans l'homme: corps, âme animale, psyché, intelligence et esprit divin.
Dans l'Islam, l'étoile à cinq branches (que l'on retrouve sur maints drapeaux) représente les cinq piliers. (Ci-contre à gauche, dessin de Lise Herzog).

Dans la tradition biblique, le 6 représente l'antiperfection, c'est-à-dire le péché, le Mal. Mais il est aussi le nombre de l'épreuve, du travail et de la servitude dans la loi hébraïque, qui ordonnait de travailler pendant six jours, d'ensemencer la terre pendant six ans et qu'un esclave serve son maître pendant six ans avant d'être affranchi.
Selon Euclide, 6 est le premier nombre parfait car il est égal à la somme de ses parties aliquotes (de ses diviseurs propres : 1 + 2 + 3 = 6)
Quand l'étoile à 6 branches se présente sous la forme d'un hexagramme, elle peut représenter l’antagonisme entre l’eau (symbolisée par un triangle pointe en haut) et le feu (symbolisé par un triangle renversé) aussi bien que celui entre le Haut et le Bas, par exemple.
Dans la tradition hindoue, l’étoile à six branches symbolise, soit Brahma, le dieu créateur, soit la trinité hindoue, la trimurti. On retrouve cette idée de trinité dans le christianisme où cette étoile représente l'harmonie entre la trinité humaine et la trinité divine.

Traditionnellement, depuis l'Égypte antique, le 7 indique le sens d'un changement après un cycle accompli et d'un renouvellement positif.
Le nombre 7, selon Ambroise*, représente la virginité, rejoint en cela par Thibaut de Langres* pour qui il est le seul des neuf premiers nombres qui n'engendre pas et le seul qui ne soit pas engendré. Macrobe* y va dans le même sens disant qu'il symbolise Minerve, née de son père sans passer par une mère.


Le 8 est le chiffre de l'éternité immuable, de la perfection, de l'infini (en mathématique, le symbole de l'infini est représenté par un 8 couché).
Chiffre de la totalité de l'univers en Chine, de la multiplicité au Japon, de l'équilibre et de l'ordre cosmique selon les Égyptiens, à Babylone et en Arabie, il était le nombre de la duplication consacrée au soleil, d'où le disque solaire orné d'une croix à huit bras.
Représente la terre, non dans sa surface mais dans son volume, puisque 8 est le premier nombre cubique.
Les pythagoriciens ont fait du nombre 8 le symbole de l'amour et de l'amitié, de la prudence et de la réflexion et ils l'ont appelé la Grande Tetrachtys.

9 étant le dernier nombre simple, il est le nombre de finalisation ou de finition, marquant ainsi le plein épanouissement de la série numérique.
Il est également le symbole numéral de la gestation humaine (9 mois).
Ayant la curieuse propriété de toujours se reproduire lui-même lorsqu'on le multiplie par tout autre nombre, il symbolise la matière ne pouvant être détruite.

En tant que produit de 2 x 8, 16 représente l'évolution positive menant vers la libération karmique, ou l'évolution négative menant au contraire vers un enchaînement de plus en plus serré dans les cycles de la nature.
Le 18 associe l'unité (1) et la perfection (8). 1 + 8 = 9, qui renvoie à la finition, donc à l'accomplissement.

Le 34 symbolise la puissance de réalisation de l'homme. Il associe le 3 trinitaire (corps, âme, esprit) au 4 de la totalité du créé, c'est-à-dire du champ d'incarnations. 3 + 4 = 7, somme qui renvoie à l'idée de cycle accompli.
Selon René Allendy*, ce nombre représente l'évolution qui résulte de l'organisation cosmique et de la loi naturelle.
* Notes
- Ambroise de Milan (IVe siècle)
- Macrobe, écrivain, philosophe et philologue latin né vers 370 à Sicca en Numidie (Afrique).
- Thibaut de Langres, De quattuor modis quibus significationes numerorum aperiuntur (XIIe siècle)
- René Allendy (1889-1942) Le symbolisme des nombres : essai d'arithmosophie (1921)

Pour la symbolique héraldique, on peut consulter la page du site ci-dessous 
(en cliquant sur l'image).
Pour ce qui est de la comète, d'après le Manuel héraldique ou Clef de l'art du blason (par L. Foulques-Delanos, Limoges, 1816), elle symboliserait une réputation de vertus réelles. Il en va de même pour les représentations de constellations.

Jean de Dunnerdorf - prévôt d'Arlon en 1332
D'azur à trois bandes d'or, au franc-quartier d'argent à une étoile d'or.
(blason à enquerre)

Laz
(Finistère, Bretagne)
Écartelé, au premier d'argent à l'étoile de quatre rais de gueules cantonnée de quatre tourteaux du même, au deuxième de sinople à la croisette pattée soutenue d'un annelet, accostée à senestre d'un bâton de pèlerin, le tout d'or, au troisième de sinople aux trois gerbes de blé d'or, au quatrième d'argent au cor de gueules posé en pal.

Pleumeur-Bodou
(Côtes-d'Armor, Bretagne)
D'azur aux ondes d'argent, surmontées d'une étoile d'or à quatre branches.

Saulxures-lès-Bulgneville
(Vosges, Lorraine)
De gueules à l'épée d'argent, à la fasce cousue d'azur chargée de quatre étoiles de quatre rais aussi d'argent brochant sur le tout. (armes de la famille Du Pasquier de Dommartin)

Suraua
(canton des Grisons, Suisse)
De sinople à la bande ondée d'azur bordée d'argent, 
un entrelac d'anneau du même et d'une étoile à quatre rais d'or brochant sur le tout.

Corronsac
Haute-Garonne, Midi-Pyrénées)
De sinople à l'étoile d'or.

Étoile-sur-Rhône
(Drôme, Rhône-Alpes)
D'azur à l'étoile d'argent.

Asnelles
(Calvados, Basse-Normandie)
 D’azur à la barque de gueules habillée d’argent, mouvant du flanc dextre et voguant sur une mer agitée de sinople, accompagnée en chef à dextre d’une étoile d’or rayonnante vers la pointe.

Cormontreuil
(Marne, Champagne-Ardenne)
D'azur au sautoir d'argent chargé d'un compas ouvert de sable, cantonné, à dextre, d'une fleur de lys cousue de sinople et, en pointe, d'une jumelle ondée aussi d'argent et d'un clou aussi de sinople brochant sur la jumelle, aux douze étoiles d'or ordonnées en orle brochant à senestre sur le sautoir et le compas, au chef aussi d'azur brochant sur le sautoir, chargé d'une fasce d'argent côtoyée de deux doubles burèles potencées et contre-potencées d'or.


Caussols
(Alpes-Maritimes, Provence-Alpes-Côte-d'Azur)
De gueules à l’étoile rayonnante d’argent accompagnée de trois fleurs de lys d’or.

Famille de Massac
Échiqueté d'azur et d'or, de seize points, 
chaque point chargé d'une étoile de l'un à l'autre.

Autrecourt-et-Pourron
(Ardennes, Champagne-Ardenne)
D’or à la barre d’azur chargée de trois étoiles de six rais d’argent posées à plomb, accompagnée en chef d’un croissant de gueules et en pointe d’une feuille de chêne de sinople posée en barre.

Boulange
(Moselle, Lorraine)
De gueules au dextrochère de carnation vêtu d 'azur, mouvant d'un nuage d'argent tenant une épée d'argent garnie d'or, accostée de deux cailloux du même, le tout chargé d'une étoile à six rais d'or.

Herrlisheim-près-Colmar
(Haut-Rhin, Alsace) 
D'argent à l'étoile de six rais de gueules, accompagnée de six quarte-feuilles du même ordonnées en orle entre chaque rais de l'étoile.

Lignières
(Loir-et-Cher, Centre
D'or à l'annelet de gueules en pointe surmonté d'une étoile de six rais d'azur, 
au mantel aussi de gueules chargé de cinq annelets du champ ordonnés en orle.

Saulxures
(Bas-Rhin, Alsace)
Parti : au premier d'azur à l'étoile de six rais d'argent, au second de gueules aux deux saumons adossés d'argent accompagnés de quatre croisettes du même.

Soulac-sur-Mer
(Gironde, Aquitaine)
Coupé : au premier d'azur à la dune d'or, chargée de trois pins de sinople en fasce et sommée d'une chapelle d'argent, le clocher à dextre, au second d'argent aux trois étoiles flamboyantes de gueules.

Charles de Bonchamps
De gueules à deux triangles vidés d’or entrelacés en forme d’étoile. 

Charles Melchior Artus de Bonchamps (1760-1793) fut commandant des armées vendéennes pendant l'insurrection des royalistes contre la République durant la Révolution française.

L'étoile à 7 rais, dite occitane

Biederthal
(haut-Rhin, Alsace)
D'azur à l'étoile à huit rais d'or.

Meyrargues
(Bouches-du-Rhône, Provence-Alpes- Côte-d'Azur)
Parti, au premier d'azur au lévrier rampant d'argent, au second de gueules à l'étoile de huit rais d'argent; le tout sommé d'un chef d'argent chargé de trois tourteaux de sable.

Patrimonio
(Haute-Corse)
D'azur à l'oranger arraché d'argent fruité d'or, 
accompagné en chef de trois étoiles de huit rais aussi d'argent rangées en fasce.

Saint-Étienne-de-Baïgorry
(Pyrénées-Atlantiques, Aquitaine)
D'or à trois trangles ondées d'azur, au chef du même chargé d'un croissant versé 
d'argent et une champagne également d'azur chargée d'une étoile à huit rais d'argent.

Saint-Ouen
(Seine-Saint-Denis, Ile-de-France)
De gueules semé de grandes étoiles d'argent à huit rais, chargées chacune 
en cœur d'un tourteau d'azur surchargé d'une ombre de soleil d'or.

Saint-Pé-de-Bigorre
(Hautes-Pyrénes, Midi-Pyrénées)
D'azur à la main de carnation tenant une palme d'argent, brochant sur deux clefs du même passées en sautoir, le tout accosté des mots SAI et NPE en lettres capitales d'or, surmonté d'une couronne royale du même, accompagné de trois étoiles de huit rais aussi d'or, celle de la pointe surmontée des lettres R et S capitales du même.

Szekely Land
(Roumanie)

Meerbusch
(Rhénanie du Nord-Westphalie,Allemagne)
Das Wappen der Stadt Meerbusch zeigt unter dem roten durch Wellenschnitt abgeteilten Schildhaupt acht rote Blätter auf goldenem (gelbem) Feld, die im Stiel sternförmig zusammengeschlossen sind.

Reilingen
(Bade-Wurtemberg, Allemagne)

Escudo de Pradell de la Teixeta
(Tarragone, Catalogne, Espagne)

Baux-de-Provence
(Bouches-du-Rhône, Provence-Alpes-Côte-d'Azur) 
De gueules à l'étoile à seize rais d'argent.

Cabrières-d'Avignon
(Vaucluse, Provence-Alpes-Côte-d'Azur)
De gueules à la chèvre d'or, accompagnée au premier 
franc canton d'une étoile de seize rais du même.

Lançon-de-Provence
(Bouches-du-Rhône, Provence-Alpes-Côte-d'Azur)
D'azur à l'étoile à seize rais d'or.

Maussane-les-Alpilles
(Bouches-du-Rhône, Provence-Alpes-Côte-d'Azur) 
Parti de gueules et de sable à l'étoile à seize rais d'or brochant sur la partition.

Travaillan
(Vaucluse, Provence-Alpes-Côte-d'Azur)
D'azur à la fasce échiquetée de gueules et d'argent de trois tires, accompagné en chef d'une étoile de seize rais d'or et en pointe d'une croisette cléchée, vidée et pommetée de douze pièces du même.

Montrouge
(Hauts-de-Seine, Ile-de-France)
D'azur à l'étoile à trente-quatre rais d'or.

Choisey
(Jura, Franche-Comté)
D’azur au pont droit de trois arches d’argent mouvant des flancs, posé sur une jumelle du même doit la première pièce est ondée surmonté d’une étoile de six rais d’or anglée de six queue de comète caudée de trois pièces du même, ployées et dextrogyres.

Concoret
(Morbihan, Bretagne)
Parti : au un, d’or au chêne arraché de sinople englandé de huit fruits d’or ; au deux, de gueules à la comète d’or ; enté ployé en pointe d’hermines.

Cornimont
(Vosges, Lorraine)
Taillé de gueules à un cor d'or, et d'azur, à un mont de sinople surmonté
d'une comète d'argent, au village de même à la toiture de gueules.

Coume
(Moselle, Lorraine) 
D'argent chapé d'azur, à la comète d'or posée en bande.

Créancey
(Côte-d'Or, Bourgogne)
D'azur à la montagne de trois monts d'or en pointe surmontée d'une tour d'argent, ouverte et maçonnée de sable; au chef de gueules chargé de trois comètes d'or chevelée d'argent posées en pal.


Étrabonne
(Doubs, Franche-Comté)
Coupé voûté et haussé : 
au 1) d’azur à la comète passante d’argent au 2) d’or au lion d’azur.

Floirac
(Gironde, Aquitaine)
De gueules à la bande d'argent chargée de trois abeilles au naturel, 
 et accompagnée en chef d'une comète d'or, et en pointe d'une roue dentée du même.

Gélannes
( Aube, Champagne-Ardenne)
D’azur à la comète d’or posée en barre filant vers la pointe, au chef cousu de gueules 
chargé d’un bobinon d’argent posé en pal, accosté de deux gerbes de blé aussi d’or.

Helleville
(Manche, Basse-Normandie)
D'azur au peuplier au naturel sur une terrasse de sinople, le fût accosté de deux fleurs de lys d'argent, l'arbre adextré en chef d'une comète du même posée en barre, à la fasce aussi d'argent brochant sur l'arbre.

Lépine
(Pas-de-Calais, Nord-Pas-de-Calais)
De sinople au dragon d’or, au chef du même chargé d’une comète de gueules.

Manziat
(Ain, Rhône-Alpes)
De sinople à la fasce ondée d'argent brochant sur trois bâtons en barre du même, accompagnée en chef d'une colombe essorante d'or et en pointe d'une quintefeuille du même, à la comète d'or en bande surbrochant sur le tout.

Rocquefort
(Seine-Maritime, Haute-Normandie)
D’or aux deux marteaux de gueules accompagnés en point d’un lion du même, 
au chef dentelé d’azur chargé d’une comète d’argent.



3 commentaires:

  1. Comment expliquer ce grand nombre d'étoiles présentes dans ces étiquettes de Camembert ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Les étiquettes de fromages, notamment celles du camembert, se sont toujours largement servies de l'héraldique pour donner du prestige à un produit emblématique.
      L'étiquette est une publicité à elle toute seule et il n'est rien que cette dernière ne sache instrumentaliser. Séduire coûte que coûte, telle est la loi du commerce. Le blason, en ce qu'il renvoie à l'histoire, inspire l'idée d'ancienneté, c'est-à-dire de durée et donc de sérieux, de solidité et, surtout, de qualité, une valeur dont on imaginerait difficilement qu'elle pût être éphémère." Extrait du billet sur étiquettes de fromage et Héraldique.

      Supprimer
  2. Les images figuratives des étiquettes de camembert sont proches des dessins symboliques des blasons mais ces étiquettes de camembert n'appartiennent pas à l'art héraldique proprement dit. Il est néanmoins intéressant d'établir un lien entre ces deux domaines, notamment par le biais du nombre de branches aux étoiles, comme l'indique ce billet. sur les étoiles et les comètes

    RépondreSupprimer