vendredi 15 février 2013

Blasons des métiers : les bouchers-charcutiers

L'usage d'armoiries chez les corporations remonte au XIIe siècle. Les bouchers reçoivent leurs premiers statuts en 1162, sous le règne de Louis VII le Jeune, tandis que les charcutiers ne se les voient octroyés qu'en 1476, sous Louis XI. Mais il faut attendre l'armorial d'Hozier, au XVIIe siècle, pour disposer d'une documentation précise, compte tenu du fait que beaucoup d'armoiries des métiers furent établies à cette occasion.

Corporation des bouchers & gresseurs d'Angoulême 
(Poitou-Charentes)
D'or à trois barres de gueules.

Corporation des bouchers de Clamecy
(Nièvre, Bourgogne)
D'or à cinq fasces d'azur.

Corporation des bouchers de Bourges 
(Cher, Centre)
D'azur, à deux moutons affrontés d'argent, en chef,
un couperet de même posé en fasce et un bœuf passant d'or, en pointe.

Corporation des bouchers de Paris
D'azur, à l'agneau pascal d'argent portant une croix d'argent,
ornée d'une banderole de même, chargée d'une croix de gueules. 

Corporation des bouchers de Rouen
(Seine-Maritime, Haute-Normandie)

De gueules, au rencontre de bœuf d'or,
surmonté d'un couperet d'argent emmanché d'or.
 

Corporation des bouchers de Troyes
(Aube, Champagne-Ardenne)
D'azur, au couperet d'argent accompagné de 
trois fleurs de lis d'or, posées deux et une.

Corporation des charcutiers de Paris
D'or, au porc passant de sable, et au chef 
d'azur chargé de trois cervelas aussi d'or.

Autre version du blason des charcutiers de Paris

Corporation des charcutiers de Rouen
(Seine-Maritime, Haute-Normandie)
D'or, à la hure de sanglier de sable, lampassée de gueules.

Corporations des bouchers-charcutiers de La Charité-sur-Loire
(Nièvre, Bourgogne)
De gueules, au fusil de boucher d'argent, posé en pal.

Corporation des bouchers de Haguenau
(Bas-Rhin, Alsace)
Détail d'un vitrail d'église

Blason des bouchers de Liège (Belgique) et blason des bouchers tchèques.

Blason d'une boucherie de Dortmund (Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Allemagne) et blason de Waldangelloch (Bade-Wurtemberg, Allemagne), ce dernier figurant un crochet à viande.

Logo de la Fédération de la Boucherie et logo du Syndicat de la Boucherie


Coupe d'un bœuf de boucherie
1 = viande de 1ère qualité, 2 = viande de 2e qualité et 3 = viande de 3e qualité.



À lire sur le site Au blason des armoiries, d'après le Dictionnaire historique des institutions, mœurs et coutumes de la France Adolphe Chéruel (1809-1891) - Paris, 1899.

1 commentaire:

  1. - Exemples intéressants sur l'expression identitaire du pouvoir par l'héraldique. Tout un sujet en soi. Un exemple toujours contemporain n'est autre que celui de la Cité de Londres, une enclave dans la ville de Londres, où chacune des 108 « livery companies » médiévales possède leur propres armes, expression de leur pouvoir d'auto-gouvernement de la City.
    Voir ces deux vidéos (anglais) sur le site web de la Worshipful Company of Information Technologists sur l'histoire et le système de gouvernement de la City [http://www.wcit.org.uk/staticc/timeline.html].
    - Une mise en contexte du « fameux » Armorial général de France d'Hozier est peut-être aussi nécessaire. Il n'est « officiel » qu'en vertu de l'édit de 1696 dont l'objectif premier était de contribuer au renflouement du Trésor, rendant sa valeur historique quelque peu problématique. En effet, nombreux furent les blasons modifiés et attribués sans la demande de (malheureux) récipiendaires (individus, institutions, corporations, etc.) pour devoir s'acquitter d'une taxe tout en héritant d'écus aux symboliques coquaces. Voir Rémi Mathieu, Le système héraldique français (1946), et aussi le panégyrique de Thibault Cadot, Le Blason de France ou notes curieuses sur l'Édit concernant la Police des armoiries (1697). Concurrent d'Hozier lors de l'appel d'offre, il espérait en publiant cet essai se voir confier la direction et la garde de l'Armorial général, sans peut-être saisir qu'il s'agissait en fait de mettre en place un instrument de la politique fiscale, et moins de veiller au patrimoine des blasons et à l'observance des usages héraldiques.

    RépondreSupprimer