samedi 2 février 2013

La Chandeleur

À la fête celtique d'Imbolc, on invoque la déesse Brigit pour quelque chose qui a besoin d'être renouvelé dans sa vie ou pour aider à guérir une blessure ancienne ou récente. L'aspect maternel et nourricier de la déesse est symbolisé, au cours de la cérémonie, par une boisson partagée entre les participants, à base de lait chaud, de miel et de muscade. Cette fête est donc aussi associée à la petite enfance.


On retrouve le symbolisme du jeune enfant dans la fête de la Chandeleur car chez les Chrétiens elle correspond à la présentation de Jésus au Temple. C'est également la fête de la purification de la vierge Marie, qui correspond aux 40 jours qui suivent l’accouchement. Elle s’est substitué à une ancienne fête romaine au cours de laquelle il y avait une procession aux flambeaux, tout comme chez les Celtes où les paysans portaient des flambeaux et parcouraient les champs en procession, priant la déesse de purifier la terre avant les semailles. Les évêques n’ayant pas réussi à supprimer cette procession, ils firent entrer les gens avec des chandelles dans les églises afin de les bénir et de donner ainsi une "orientation" chrétienne à la fête. Ces cierges bénits, soigneusement rangés, étaient rallumés en certaines occasions : éloigner le Malin, la mort, protéger la demeure de la foudre pendant un orage, invoquer les bons augures à veiller sur les semailles d'hiver... La festa candelarum des Romains est devenue la Chandeleur des chrétiens (la fête des chandelles).


Les crêpes avec leur forme ronde et leur couleur dorée renvoient au symbolisme solaire de la déesse Brigit, déesse du feu née au lever du soleil. Cela expliquerait que l'on confectionne des crêpes à la Chandeleur, moment de l'année où le soleil se lève de plus en plus tôt et donc où les jours s'allongent de plus en plus vite. C’est également à cette époque de l’année que les semailles d’hiver commençaient. On se servait donc de la farine excédentaire pour confectionner ces crêpes, qui sont un symbole de prospérité pour l’année à venir.

Illustration du calendrier de la Poste 1939

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire