mardi 12 février 2013

Les blasons de Suisse par la carte postale

Une série de cartes postales illustrant les blasons des cantons et des principales communes de Suisse, complétée par des images illustrant l'événement historique dit de l'Escalade, quand les troupes savoyardes attaquèrent la ville de Genève, dans la nuit du 11 au 12 décembre 1602.









































Carte de 1898


Complément historique

L'escalade de 1602


L’Escalade, célébrée chaque année lors de la nuit du 11 au 12 décembre à Genève, marque la victoire de la république protestante sur les troupes du duc de Savoie Charles-Emmanuel Ier à l'occasion de l'attaque savoyarde lancée dans la nuit du 11 au 12 décembre 1602 (selon le calendrier julien, soit les 21-22 décembre dans le calendrier grégorien).

Le nom « escalade » évoque la tentative d'escalade par les Savoyards des murailles de la ville au moyen d'échelles en bois démontables. Sa célébration annuelle — sous de nombreuses formes — fait partie des traditions vivantes de Suisse. (Wikipédia)

Les cartes ci-après ont été éditées par La Compagnie de 1602. La première série rend hommage aux héros genevois de cet épisode militaire.


Jean Vandel (dessin de Noël Fontanet 1960) est né en 1542, originaire de Septmoncel dans le Jura, chargé de récolter la dîme, puis geôlier; membre du Conseil des Deux-Cents (assemblée législative composée de 200 à 300 membres, qui apparaît au XVIe siècle dans l'histoire des institutions politiques suisses, dans les cantons de Zurich, Berne, Fribourg, Bâle et Genève.) Il meurt vers la muraille de la Porte Neuve à l'âge de 61 ans.


Jean Canal (dessin de Noël Fontanet 1959) Conseiller puis juge du Pays de Gex, meurt à la Porte Neuve vers l'âge de 60 ans.


Philippe Poteau (dessin de Noël Fontanet 1970) était sucrier et maître-confiseur, issu d'une famille venue des Flandres, Philippe Poteau avait épousé Louise Nicod, fille d'armurier. Il fut tué sous l'arcade de la Monnaie à l'âge de 35 ans.

Marc Cambiague (dessin de Noël Fontanet) dont le père était venu de Crémone (Italie) avait acheté la bourgeoisie en 1559, vivait du commerce de la soie. Il avait 25 ans lorsqu'il fut tué la nuit de l'Escalade près de la Porte Neuve. 


Abraham de Baptista (dessin de Noël Fontanet 1965) était un employé de Julien Piaget, riche négociant en soie. Il se trouvait chez son maître lorsque l'alarme fut donnée et défendit la maison que l'ennemi voulait traverser pour entrer en ville. Il mourut près de la Corraterie, âgé de 25 ans.

Girard Marsi dit Muzy
(dessin de Noël Fontanet) avait 25 ans lorsqu'il fut blessé lors des combats de l'Escalade. Il mourut après deux semaines de souffrances.


Pierre Cabriol (dessin de Noël Fontanet) était un apothicaire, épicier et confiseur, ayant poussé le sens du commerce jusqu'aux limites de l'usure. Sergent dans la petite armée de Genève, il fut tué à la Corraterie, la nuit de l'Escalade, à l'âge de 36 ans.

Jacques Billon (dessin de Nl Fontanet) de Neuchâtel, mort en 1603 de ses blessures.


La Mère Royaume (dessin de Noël Fontanet 1957) ainsi appelée parce qu'elle avait épousé en seconde noce Pierre Royaume, potier d'étain à Lyon. La légende veut que Dame Royaume faisait mijoter une soupe aux légumes dans la nuit du 11 au 12 décembre 1602. Or c'est cette nuit-là que choisissent les Savoyards pour se lancer à l'assaut de Genève. Dame Royaume se serait saisie de la marmite de soupe et l'aurait lancé de sa fenêtre sur la tête d'un soldat savoyard. C'est ce geste qui l'a rendue célèbre et qui a donné naissance, plusieurs centaines d'années après, à la tradition de la marmite en chocolat, garnie de légumes en massepain. Si le rôle qu'elle a joué est aujourd'hui contesté, il n'en reste pas moins qu'elle reste le symbole de la résistance et de l'héroïsme des Genevois durant la tragique nuit qui vit mourir 18 des leurs.

Dame Piaget (1570-1630) (dessin de Noël Fontanet 1962) fut l'épouse de Julien Piaget, riche marchand de soie et citoyen de Genève. Son acte de bravoure est d'avoir jeté du haut de sa fenêtre, aux défenseurs de la cité, la clé de la porte de l'allée traversière, afin d’éviter qu’ils soient tous massacrés. Selon la légende, mut par une grande frayeur, elle aurait poussé contre sa porte, un meuble extrêmement lourd. Il fallu plusieurs hommes pour le remettre en place. On ne trouve aucune trace de ce haut fait dans les anciennes chroniques.


Une Genevoise et un Genevois (dessin de Noël Fontanet)





 La mère Royaume s'apprêtant à lancer sa marmite...














Le site officiel de la Compagnie de 1602

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire