dimanche 10 février 2013

Les drapeaux chinois

Le blog Herald Dick Magazine -qui ne manque aucun grand rendez-vous du calendrier- ayant déjà traité du Nouvel An chinois, nous compléterons son étude héraldique par la vexillologie. Voici donc un petit recueil des drapeaux de l'Empire du Milieu, historiques et actuels.

Cartographie


La Chine, qui totalise à elle-seule le cinquième de la population mondiale et couvre une étendue de 9 677 009 kilomètres carrés, se compose de 33 divisions administratives réparties comme suit :

- 22 provinces : Anhui, Fujian, Gansu, Guangdong, Guizhou, Hainan, Hebei, Heilongjiang, Henan, Hubei, Hunan, Jiangsu, Jiangxi, Jilin, Liaoning, Qinghai, Shaanxi, Shandong, Shanxi, Sichuan, Yunnan et Zhejiang.

- 4 municipalités : Chongqing, Pékin, Shanghai et Tianjin.

- 5 régions autonomes : le Guangxi, la Mongolie-Intérieure, le Ningxia, la Région autonome Ouïgoure de Xinjiang et la Région autonome du Tibet.

- 2 régions administratives spéciales : Macao depuis 1997 et Hong Kong depuis 1999.

De plus, la République populaire de Chine réclame la souveraineté des territoires administrés par la République de Chine comme faisant partie de leur propre province de Taïwan.

Les drapeaux nationaux

République Populaire de Chine 1949

Un champ rouge, avec une grande étoile jaune au canton flanqué de quatre plus petites étoiles à la droite. Il flotte en Chine Continentale, à Hong Kong et à Macao.  

République de Chine (Taïwan) 1928 

Un champ rouge, avec un canton bleu contenant un soleil blanc de 12 rayons. Ce drapeau flotte à Taïwan, et autres îles sous le contrôle de Taïwan.

Civil de la République de Chine (Taïwan) 

Quatre raies jaunes dentelées sont ajoutées au drapeau de la République de Chine pour usage comme enseigne de vaisseau civil en mer.



Régions administratives


Hong Kong (1990)

Une Bauhinia blakeana blanche à 5 pétales sur fond rouge.




Sceau de la ville de Hong Kong et blason de son Université 

Macao (1993)

Une fleur de lotus au-dessus d'un pont stylisé et d'eau en blanc, sous un arc de 5 étoiles d'or sur un fond vert.




Régions administratives spéciales de Taïwan

Taipei 

Taipei a un titre de municipalité spéciale directement administrée par le gouvernement central. Elle est entourée par une autre municipalité spéciale, la ville de New Taipei (ancien « comté de Taipei » qui était administrée comme une province taïwanaise jusqu'à son changement de statut en 2010).

  

Comté de Taipei



Sceau de la ville de Chilung




Ville de Hsinchu
 
   


Drapeau et sceau de la ville de Taichung

 




Comté du Taitung

Drapeaux non étatiques


Tongmenghui puis Kuomintang

Le Tongmenghui aussi connu sous le nom de Ligue unie ou d'Alliance révolutionnaire était une société secrète et un mouvement de résistance clandestin créé par Sun Yat-sen et Song Jiaoren à Tōkyō, au Japon, le 20 août 1905. Combinant des objectifs républicains, nationalistes et socialistes, le Tongmenghui visait à « renverser les barbares mandchous, rendre la Chine aux Chinois, établir une république et redistribuer les terres avec égalité.

Le Kuomintang, plus ancien parti politique de la Chine contemporaine au sein de la République de Chine (Taïwan), est dès son origine, au cœur d'affrontements majeurs entre capitalistes et communistes. Créé par Sun Yat-sen, il domine le gouvernement central de la République de Chine à partir de 1928 jusqu'à la prise de pouvoir par les communistes en 1949. Son influence est limitée depuis à l'île de Taïwan où il est, jusqu'en 1986, le seul parti autorisé. Aujourd'hui, de nouveau élu à la tête du pays le 22 mars 2008 après avoir perdu le pouvoir en 2000, il a toujours une forte influence sur l'île. Au niveau international, il est membre de l'Union démocratique internationale.

Parti Communiste chinois

Le Parti communiste chinois fut fondé le 23 juillet 1921 par treize membres pour 53 adhérents dans l'ensemble de la Chine. Les deux plus importants personnages sont Chen Duxiu et Li Dazhao. Chen Duxiu est le principal porte parole du mouvement du 4 mai 1919. Mao Zedong fait parti des 13 membres fondateurs en tant que leader de la province du Hunan, mais n’a pris aucune part active aux débats, face aux autres participants impliqués depuis plus longtemps que lui dans la cause révolutionnaire.




Drapeau des jeux Olympiques pour Taipei (1979)



Drapeaux historiques

Étendard de la dynastie Qing (1862-1890)

La dynastie Qing, d'origine mandchoue, est la dernière dynastie impériale à avoir régné sur la Chine, de 1644 à 1912. Elle a succédé à la dernière dynastie Han, la dynastie Ming. En rébellion ouverte contre les Ming dès 1616, les Mandchous prirent progressivement le pouvoir dans l'ensemble de la Chine, prenant Pékin en 1644 et instaurant un nouveau régime politique, l'Empire du Grand Qing. La Chine ne fut totalement sous leur autorité qu'en 1683.


Blason et drapeau de la dynsatie Qing (1890-1912)
République de Formose (1895)


 Bannière utilisée par les loyalistes chinois de Taïwan au moment de la cession de l'île aux Japonais.

Première République de Chine (1912-1928)


Dit drapeau à cinq couleurs ou "Cinq races pour une union".




Armée de la République de Chine

Emblème du soulèvement de Wuchang, utilisé ensuite comme symbole des forces armées de la République de Chine, de 1913 à 1928. 



Drapeaux impériaux de Yuan Shikai lors de la tentative de restauration de l'Empire (1915-1916) à cinq couleurs, soulignant la domination ethnique des hans, symbolisés par la couleur rouge.

 Drapeaux successifs de la République soviétique chinoise 
(1931-1934 à gauche puis 1935-1937 à droite).

Gouvernement réformé de la République de Chine (1938-1940)

Gouvernement collaborateur pro-japonais. Variante du drapeau à cinq couleurs, portant l'inscription « Paix, construction nationale ». 

République de Chine (Nankin 1940-1945)

  Gouvernement collaborateur pro-japonais. Drapeau identique à celui du Gouvernement du Kuomintang. De 1940 à 1943, il se distingue par l'usage d'un fanion jaune, portant les inscriptions « Paix, anticommunisme, construction nationale ».


Colonie britannique de Hong Kong (1870-1876 à gauche) et (1959-1997 à droite)



Macao portugais (1670-1999)


Clique du Fengtian (1926-1928)

Faction militaire de Zhang Zuolin en Mandchourie : contrôle Pékin de 1926 à 1928. La couleur jaune, symbolisant l'ethnie mandchoue, domine les autres.
 Mandchoukouo


Le Mandchoukouo était un État nominalement indépendant, mais mis en place et contrôlé par l'Empire du Japon au nord-est de la Chine. Il a existé de 1932 à 1945.
 

Drapeau des troupes de Ma Bufang

Ma Bufang était un seigneur de la guerre chinois, actif à l'époque la « première République de Chine ». Il gouvernait une province du nord-ouest du Qinghai qui incluait la province tibétaine de l'Amdo1. Sa faction militaire était connue sous le nom de « Clique de Ma ».

 


Tibet (1920-1925)
 

Tibet (1912-1959)

Drapeau du Tibet, créé en 1916 par le 13e dalaï-lama et ayant servi à des fins militaires et officielles jusqu'en 1951, il continue à être employé par le Gouvernement tibétain en exil, mais est interdit depuis 1959 en République populaire de Chine.


Drapeaux successifs du Mengjiang (1936-1945 à gauche et 1945 à droite) utilisés par le gouvernement autonomiste de Mongolie-intérieure, qui collabora avec les japonais durant la guerre. Dans le second drapeau, la couleur bleue, symbolisant les mongols, occupe la position dominante.

Drapeau des forces armées et enseigne navale du gouvernement collaborateur de Nankin (1942-1945)

Première république du Turkestan Oriental (1933-1934) 

Ce drapeau fût proposé par le fondateur de la République de Turquie, Mustafa Kemal Ataturk. Il est encore utilisé aujourd'hui par les mouvements indépendantistes.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire