vendredi 1 février 2013

Monsieur le maître d'école : in memoriam

Chanté par Bourvil (1917-1970)



Monsieur le maître d'école
Vous souvenez-vous encore de moi ?
D'un p'tit garçon qui fut, je crois
Pas toujours sage
D'un p'tit garçon qu'a bien grandi
Et qui maintenant souvent se dit :
"C'était l'bel âge !"

Monsieur le maître d'école,
Moi je m'souviens encore de vous
Joujoux, genoux, cailloux, bisoux
Et toute la gamme
Géographie, récitation
Histoire de France et rédaction
Oh ! Quel programme !

Malgré le temps qui s'envole
Il en est pas moins vrai
Que les souvenirs d'école
Ne s'oublient jamais.

Monsieur le maître d'école
Je n'oublierai jamais le jour
C'était pendant le dernier cours
Dernier bagage
Quand j'ai senti poser sur moi
Votre main qui m'disait tout bas :
"Fais bon voyage..."

Monsieur le maître d'école
Y a pas à dire, ces moments-là
On y repense bien des fois
On s'les rappelle
Et on est même tout étonné
De ne jamais avoir donné
De ses nouvelles.

Malgré le temps qui s'envole
Il en est pas moins vrai
Que les souvenirs d'école
Ne s'oublient jamais.

La destinée un peu folle
A fait de moi un député.
Dans le pays j'suis invité
Comme un ministre.
Je prends des airs de grand seigneur
Pour épater les électeurs
Que j'administre
Mais un jour, devant l'école
Parmi la foule, vous étiez là.
Vous m'avez dit :
"Bonjour toi !"
Ça m'a fait drôle
Et je suis redevenu le p'tit gars
J?ai murmuré, comme autrefois :
"Bonjour
Monsieur le maître d'école !"

Malgré le temps qui s'envole
Il en est pas moins vrai
Que les souvenirs d'école
Ne s'oublient jamais.

Paroles et Musique: Jean Ridez 1964 © Editions Raoul Breton

1 commentaire:

  1. L'enseignant n'aime pas l'argent, heureusement car il n'en a jamais beaucoup.
    L'enseignant ne s'attache pas trop aux élèves, heureusement car tous les ans on lui livre vingt-huit nouveaux visages que, pour la plupart il ne reverra jamais.
    Pendant les vacances, souvent, l'enseignant corrige les copies, réactualise ses cours, s'il ne veut tomber dans une routine abrutie et abrutissante. De toute façon l'enseignant n'a pas beaucoup d'argent, donc ses vacances ne sont jamais "tape-à-l'oeil".
    Mais alors, me direz-vous, que fait l'enseignant de sa vie?
    L'enseignant est une race à part: chaque année, vous ai-je dit, on lui offre un monstre à vingt-huit visages, vingt-huit jeunes esprits en devenir et avides d'apprendre quoi que ce soit. Il doit alors affronter, séduire, apprivoiser ce monstre à vingt-huit têtes pour ensuite l'accompagner pendant un an et...le quitter en lui souhaitant "bon voyage".
    Vous l'avez compris, l'enseignant est un véritable héros.
    Sa force? son arme ou son âme comme vous voulez, c'est son désir d'apprendre encore et toujours.
    L'enseignant tient à découvrir sans cesse, il réfléchit, il dialogue, en fait il tient par-dessus tout à rester un "esprit libre" et il enseigne parce qu'ainsi il apprend.
    Seule cette vertu permet à un enseignant de garder son équilibre.

    Ce message est surtout adressé à tous ceux qui envisageraient de devenir enseignant pour une autre raison que celle d'apprendre.

    Je répète ce paradoxe: on ne devient pas enseignant pour enseigner mais pour apprendre.

    A bon entendeur.

    RépondreSupprimer