lundi 11 février 2013

Vale, Benedictus Sextus Decimus !

Le Pape Benoît XVI se démet de ses fonctions après presque huit années de pontificat, un fait très rarissime dans l'histoire vaticane. En effet, le dernier pape à avoir démissionné fut Grégoire XII, en 1415, si l'on excepte Pie VII, qui avait signé une déclaration de démission avant son départ pour Paris en 1804, où il se rendait pour couronner Napoléon Ier, craignant d’être emprisonné en France. L'évènement offre l'occasion de faire un peu d'héraldique et un soupçon de numismatique.

Emblème et blason de la cité du Vatican
De gueules, les clefs de saint Pierre en sautoir 
liées du champ et surmontées de la tiare papale.

Emblème de la papauté et blason du Saint-Siège
On notera l'inversion des clefs.

Emblème du Saint-Siège pendant la vacance

À partir du 28 février, jour du retrait de Benoît XVI, 
ce sera l'emblème officiel, jusqu'à l'élection d'un nouveau pape.
 
La tiare est remplacée par l'ombrellino pontifical (appelé aussi pavillon ou gonfalon, c'est une sorte de parasol à demi ouvert, disposé en forme de tente, dont l'armature de bois est recouverte de bandes de soie, alternativement rouge et jaune.)

Ci-dessus, armes des basiliques majeures et pièce de 2 euros (frappée en 2005) figurant les Armoiries du cardinal carmelingue, chef d'État intérimaire.

Drapeau étatique du Vatican et sceau de l'aumônier du pape

Les armes de Benoît XVI

- La mitre d'évêque représente le fait que le pape est d'abord l'évêque de Rome. Elle remplace la traditionnelle tiare, qui n'est plus utilisée depuis les années 1960, sauf dans les armoiries.

- Les clefs de saint Pierre rappellent que tous les papes sont les successeurs de l'apôtre, premier évêque de Rome dans la tradition du catholicisme et de l'orthodoxie.

- La tête de Maure dite "de Freising" (une tête d'Éthiopien couronnée) appartient au blason des archevêques de Munich depuis le XIVe siècle. (Rappelons que Benoît XVI, alias Joseph Alois Ratzinger, fut archevêque de Munich de 1977 jusqu'à son élection au pontificat en avril 2005.)

- L'ours est l'attribut de saint Corbinien, évêque du VIIIe siècle ayant évangélisé la Bavière. La légende veut qu'au cours d'un voyage à Rome, un ours dévora sa monture. Corbinien lui demanda alors de porter ses bagages. Arrivé dans la Cité, il libéra l'ours qui retourna dans sa forêt. C'est l'allégorie du christianisme domptant le paganisme.

- La Coquille saint Jacques rappelle le pèlerinage et le séminaire de Ratisbonne où Benoît XVI a été professeur
de théologie.

Philatélie
Timbres émis en 2005


Numismatique vaticane
Pièces en euros à l'effigie de Benoît XVI frappées en 2006


Pièces à l'effigie de Benoît XVI frappées en 2007, celle de droite étant en or.

Pièce de 50 euros en or frappée en 2007.

Pièce de 50 centimes (2002) à l'effigie de Jean-Paul II, pièce de 2 euros (2010) figurant Hercule terrassant le lion de Némée et pièce de 2 euros (2005) commémorant les 20e Journées mondiales de la jeunesse organisées à Cologne en août 2005.

Pièce de 100 euros frappée en 2008 (la création d'Adam)

 Pièce de 50 euros en or frappée en 2011 et représentant la crucifixion de saint Pierre.

 Pièce de 100 euros en or frappée en 2012 et représentant la vierge de Foligno.

Médailles

La théologie

La justice