mardi 5 mars 2013

Monachisme et tyrosémiophilie

Le moine camembert ! Tout le monde connaît cette expression qui désigne généralement un homme enveloppé, bien joufflu, l'air bonhomme et, surtout, bon vivant. S'il est un thème que les étiquettes de fromages ont visité sous tous les angles, c'est bien celui des moines dont la gourmandise supposée est des plus contagieuses.



Cette galerie d'étiquettes de fromages, dont la plupart de camembert, met en scène des moines qui ne vivent pas dans l'ascèse monastique, loin s'en faut ! Ils n'appartiennent d'ailleurs pas tous à des ordres contemplatifs et l'on sait que ce sont gens à apprécier les bonnes choses. Beaucoup de monastères vivent encore des produits de leurs activités fermières. À l'instar des blasons, la référence au monde monastique confère au produit un certain prestige : elle l'ancre dans la tradition, donc un savoir-faire multiséculaire, et le sérieux, c'est-à-dire les choses faites avec conscience et bon goût. 

Les abbayes fromagères en odeur de sainteté
à lire sur le site So Cheese (cliquez sur l'image)

Cet ensemble d'étiquettes, dont certaines sont fort anciennes, réunit une très grosse partie de ce qui s'est fait dans le domaine. Il aura fallu des années de patientes recherches pour les réunir en un album. Encore n'avons-nous pas systématiquement ajouté toutes les variantes d'un même modèle, sauf quand le dessin marquait une différence très nette. De même ne s'y trouvent pas toutes toutes les étiquettes figurant des saints dont beaucoup furent des moines.

Il arrive que les mêmes moines changent d'ordre (des cordeliers devenant capucins), tandis que l'image est quasi identique ! Leur représentation se décline sur tous les tons : du plus révérencieux au plus facétieux, du sérieux à la drôlerie, du réalisme à la caricature. Notons que les étiquettes représentant des moniales sont extrêmement rares. Sur les quelques 300 étiquettes de cette page, il n'y en a que cinq, dont trois variantes de la même marque.


 










  








 

Autres étiquettes mettant en scène des clercs

L'étiquette des prélats est un grand classique du genre, bien connue des tyrosémiophiles. Si la scène et le décor n'ont pas changé, les personnages ont considérablement évolué au cours du temps. Au départ, les deux prélats paraissent plutôt jeunes pour des évêques, mais au fur et à mesure, ils prendront de l'âge : les cheveux grisonneront et finiront même par blanchir, si bien que les quadragénaires du début se retrouveront sexagénaires.

On aura remarqué, au passage, que le code-barre est du plus mauvais effet et qu'il gâte l'image, voire le fromage lui-même...

Ancien présentoir en carton



Variation sur le thème de l'évêque...
... qui finit par y perdre sa barbe !

Le clergé séculier est beaucoup moins visité par les étiquettes que le clergé régulier (monastique). Ainsi, les curés ou les pasteurs apparaissent-ils rarement. 


Et pour finir...

Il existe encore l'une ou l'autre étiquette qui résiste à se laisser trouver. Si donc quelque tyrosémiophile devait passer par là et disposer d'une étiquette qui n'est pas dans cette galerie, merci de nous contacter via le commentaire.