mercredi 23 janvier 2013

L'artiste peintre Jeffrey Larson

Jeffrey T. Larson est un artiste peintre américain né en 1962 dans le Minnesota. À mi-chemin entre le réalisme et l'impressionnisme, formé aux techniques traditionnelles de la peinture à l'huile, il se signale en particulier par l'intensité et la générosité de son jeu de couleurs, magnifiées par la lumière du soleil dont il explore tous les effets, notamment sur les tissus et plus précisément sur le linge suspendu, mis à sécher. Ainsi, beaucoup de ses toiles mettent en scène une femme en train d'accrocher des draps ou des nappes dont les dimensions permettent de bien rendre le jeu des ombres et des transparences. Le soleil est si présent sur les tableaux de Jeffrey Larson qu'on en sentirait presque les rayons sur sa propre peau.

dimanche 20 janvier 2013

Les archers célèbres de l'Histoire

Dans la suite logique du billet sur Saint-Sébastien, patron des archers, évoquons quelques grandes figures de l'archerie, mythologiques ou historiques...

La Saint-Sébastien

Le 20 janvier, les archers fêtent leur patron : Saint-Sébastien, un chrétien qui vécut au début du IVe siècle et dont la légende dorée raconte qu'il fut nommé chef de la première cohorte par les empereurs Maximien et Dioclétien, une fonction qu'il accepta pour mieux aider ses frères chrétiens persécutés. Dioclétien le fit attacher à un arbre et le condamna à être percé de flèches. Laissé pour mort, il fut recueilli et par des femmes, dont Sainte-Irène.

samedi 19 janvier 2013

La pensée du jour : Jean-Claude Van Damme

Jean-Claude Van Damme, acteur d'origine belge, est connu pour la drôlerie de ses réflexions dont certaines sont d'anthologie. Mais qu'on ne s'y méprenne pas : il ne s'agit pas de s'en payer une bonne tranche, aux dépens d'un homme qu'au demeurant nous respectons beaucoup. Simplement, ses aphorismes mettent de bonne humeur et on rit sainement. On ne saurait en dire autant des pitreries de ceux qui nous dirigent, d'autant moins que ceux-là se prennent au sérieux et se piquent d'avoir du contenu, tandis que les actes qui suivent leurs paroles sont rarement drôles...

Visages de femmes - visages du monde

Chaque visage est unique. Il y en eut des milliards depuis l'apparition de l'homme mais aucun ne s'est jamais répété. Ils peuvent se ressembler mais ils ne seront jamais identiques. La nature ne se répète jamais car elle fonctionne selon le principe d'unicité. De tous les grains de sable d'un désert, aucun n'est absolument identique à un autre. C'est vrai pour tout. C'est la créativité absolue.

Alix Gracchus, un Gaulois romanisé

"C’était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d’Hamilcar." Ainsi débute le roman Salammbô de Gustave Flaubert et c'est justement cette phrase qui a inspiré le dessinateur Jacques Martin (1933-2007), alors collaborateur d'Hergé. Alix, créé en 1948, est sans doute la série historique la plus prestigieuse de la bande dessinée européenne. Le héros, d'origine gauloise, nous promène à travers les peuples et les cités de l'Antiquité. L'auteur, avec une équipe de collaborateurs, nous y livre un formidable travail de reconstitution, notamment à travers la série complémentaires aux albums : Les voyages d'Alix.

vendredi 18 janvier 2013

La période gallo-romaine en héraldique

La France est une vieille terre celtique qui fut aussi province romaine pendant des siècles. L'héraldique, que le site anglais Civic Heraldry qualifie de sténographie de l'Histoire,  témoigne largement de ce passé.

mercredi 16 janvier 2013

L'Histoire par l'image : la Gaule romaine

Conquise au Ier siècle avant J.C., la Gaule va peu à peu se romaniser pour devenir un fleuron de l'Empire. Cette série de chromos est signée Ledoux.

L'Histoire par l'image : la Rome antique

Une suite de chromos didactiques sur la Rome antique. Un recueil d'images rares et oubliées auxquelles Internet permet de donner une seconde vie, par une large diffusion.

dimanche 13 janvier 2013

L'histoire par l'image : la Préhistoire

L'image dite chromo est obtenue par l'impression lithographique en couleur fondée sur la quadrichromie, appelée chromolithographie. Elle est à l'origine du procédé d'impression offset. Depuis le XIXe siècle jusqu'aux années 1950, ces images, souvent didactiques, servaient de supports publicitaires. Aujourd'hui, elles sont très recherchées par les collectionneurs. En voici une série sur la Préhistoire, illustrée par un dénommé Valentin.

Les fables de La Fontaine par les blasons

L'héraldique n'a pas de frontières et nul thème ne lui est étranger. Cela pourrait être la devise du blog Herald Dick Magazine qui illustre, avec force blasons d'Europe et d'ailleurs, quelques textes célèbres de notre grand fabuliste, Jean de La Fontaine. On trouvera les fables suivantes : Le Loup et l'Agneau - La Chauve-souris et les deux Belettes - Le laboureur et ses Enfants - Le Cerf se voyant dans l'eau - La Mort et le Mourant - Le Chêne et le Roseau - L'Araignée et l'Hirondelle - Le Villageois et le Serpent - La Colombe et la Fourmi - Le Corbeau et le Renard - Le Héron, la Fille - Le Lièvre et la Perdrix - La Montagne qui accouche - Le Coche et la Mouche. Veuillez cliquer sur l'image pour accéder aux pages.

La charrue en héraldique

Dans la pensée primitive, la charrue signifie à la fois labourer et féconder. C'est donc un symbole de fertilisation. C'est également un symbole phallique car le soc est comme un membre viril qui pénètre le sillon, symbole de l'organe féminin. Ainsi, passer la charrue sur la terre, c'est unir l'homme et la femme, le ciel et la terre, et la moisson, associée à la naissance, est le fruit de cette union. La charrue est aussi le symbole de la réinitialisation, du recommencement : la terre est retournée, prête pour un nouveau cycle. Chez les Celtes, l'ouverture du sillon symbolise le commencement du monde. La bêche participe du même symbolisme. Comme la plupart des outils tranchants, elle représente l'action du principe mâle sur la matière passive, donc femelle (passive au sens de réceptacle).

samedi 12 janvier 2013

Initiation à l'héraldique

Les 21 et 22 janvier prochains, l'École Nationale des Chartes de Paris propose une initiation à l'héraldique. Pour plus de détails, veuillez cliquer sur l'image.

L'évolution humaine (3)

L'homme naît, vit, souffre et meurt. Tel est le cycle de la vie, telle la condition humaine, soumise à l'impermanence. D'où venons-nous, où allons-nous et pourquoi ? Quel gâchis d'espace si la Terre est l'unique planète habitée ! Et quel gâchis de temps si l'homme n'a qu'une existence dans une éternité... Tout, finalement, ramène à ces interrogations foncières, malgré toutes les tentatives de diversion et les stratégies d'évitement. Et si l'évolution humaine consistait à unir l'horizontalité du comment à la verticalité du pourquoi ? Toujours est-il que seule la verticalité met l'homme debout et peut le libérer de tout ce qui cherche à le réduire, le soumettre, l'anéantir. Et même si son regard demeure naturellement horizontal, c'est à une certaine hauteur qu'il l'est... La société de consommation ravale le regard au niveau du nombril, dans le meilleur des cas.

L'évolution humaine (2)

Voici encore une frise brutale de la chronologie humaine qui illustre l'idée que l'homme ne serait qu'un système digestif sur pied, une usine biologique de traitement des produits de l'agro-alimentaire, une idée que l'évolution des comportements alimentaires est malheureusement loin de contredire.

L'évolution humaine (1)

Le jour où l'homme façonna sa première pierre pour en faire un outil, il s'engageait dans un long périple qui allait le mener vers le clavier de l'ordinateur...

L'alphabet de Grasset : la lettre H

jeudi 10 janvier 2013

Trois en un

Tout le monde connaît le fameux trio des singes de la sagesse, appelé aussi les trois petits singes, un symbole d'origine asiatique. Chacun couvre une partie différente du visage : le premier les oreilles, le second les yeux et le troisième la bouche... Ils illustrent la maxime "ne rien entendre, ne rien voir, ne rien dire"... Le Mahatma Gandhi gardait toujours sur lui une sculpture de ces trois singes !

La pensée du jour : Épictète (50-130)

Le troisième aphorisme d'Épictète pointe la victimisation facile, la tentation de l'innocence, vieux réflexes infantiles que notre époque illustre de plus belle...

Les rues du 15e Arrondissement (25)

La rue Corbon débute au 40 rue d'Alleray et se termine place Charles-Vallin. Elle tient son nom de Claude-Anthime CORBON (1808-1891), sénateur inamovible de la IIIème république.

Héraldique américaine : le Connecticut


Le Connecticut est un des six États de la Nouvelle-Angleterre (avec le Maine, le Massachusetts, le New Hampshire, Rhode Island et le Vermont). Il fut le 5e État à adhérer à l'Union, en 1788. Sa capitale est Hartford.

mercredi 9 janvier 2013

Iconographie tégestophile

La tégestophilie porte sur la collection d’objets se rapportant à la bière, tels que verres, bouteilles, étiquettes, sous-bocks, cartons de bières, capsules, décapsuleurs, affiches, etc. Cependant, il n'est pas ici question de prolonger ce thème, très vaste au demeurant, mais de boucler le sujet avec un festival d'images : logos, étiquettes, chromos, cartes postales, affiches... C'est une iconographie d'une variété et d'une richesse remarquables.

Étiquettes de bière et héraldique en Alsace

Comparé aux vins, la bière fait un peu figure de cousine pauvre en matière de représentation héraldique sur les étiquettes. Les quelques unes présentées ci-dessous sont anciennes pour la plupart. À l'heure actuelle et selon les données de l'Annuaire indépendant des brasserie de France, l'Alsace compte une trentaine de brasseries.

mardi 8 janvier 2013

Association d'un symbole et d'un logo


Le rapport entre le symbole du pharaon Kih-Oskh (des aventures de Tintin et Milou Les cigares du Pharaon) et du logo de la RATP (métropolitain parisien) est purement visuel mais on ne peut s'empêcher de les rapprocher. Dans les deux cas, une ligne traverse un cercle et le point à l'intérieur du premier fait songer à un œil qui est simplement suggéré dans le second. En effet, la ligne bleue, qui évoque la Seine traversant Paris, forme le profil d'un visage regardant vers le haut. Et c'est précisément vers ce point induit que notre propre regard est attiré et ramené sans cesse. C'est aussi le cas pour la première figure : le point supérieur et intérieur exerce une sorte de magnétisme. Dans les deux cas, le vrai centre de l'image ne correspond pas au centre géométrique. Enfin, le symbole de Kih-Oskh n'est pas sans rappeler celui du Ying Yang, tout en lui étant opposé car, au lieu d'intégrer les contraires, il représente l'exclusion par le point extérieur au cercle, coupé en fait du premier par deux lignes. Il y a là comme deux réalités qui ne peuvent pas se rejoindre.

lundi 7 janvier 2013

Deux en un

Tout le monde a déjà eu l'occasion de voir des illusions d'optique. La Toile est maintenant pleine de ces images parfois surprenantes et amusantes.

dimanche 6 janvier 2013

Le chameau en héraldique

Plutôt rare en héraldique, le chameau désigne généralement les voyages vers le Levant et symbolise le courage et la piété. C'est le cheval du désert qui conduit d'oasis en oasis. Fortune des nomades, il est pourtant l'animal allégorique de la prétention en Asie centrale.

Épiphanie et héraldique

L'Épiphanie est à la fois une fête chrétienne (commémorant la présentation de l'enfant Jésus aux Rois Mages) et laïque (galette des rois). Les chrétiens orthodoxes fêtent Noël ce jour-là. 

vendredi 4 janvier 2013

Étiquettes de bière et héraldique : les pays anglo-saxons

Même si le style héraldique reste fortement présent, les étiquettes de bière anglaises, écossaises, irlandaises et américaines utilisent moins, globalement, la forme directe du blason. En Amérique, par exemple, on a tendance à privilégier la forme ronde ou ovale du sceau, à l'instar des armes municipales.

Étiquettes de bière et héraldique en Allemagne

Tandis que la France passe pour être le pays du vin, l'Allemagne est incontestablement le pays de la bière. Si la France compte tout de même quelques 225 brasseries (elle se place au 6e rang mondial), l'Allemagne en totalise 1350 et arrive en seconde position après les États-Unis (1595). En terme de proportion brasseries/population, elle est même en tête.

De la recherche documentaire


Concernant la recherche documentaire évoquée par Herald Dick dans son dernier commentaire, lui-même rompu à ce travail de bénédictin, elle prend en effet beaucoup de temps et c'est chaque fois une véritable expédition dans l'océan de la Toile. On estime à 200 millions le nombre de sites Web qui totaliseraient actuellement, selon Kevin Kelly (de Wired) 1000 milliards de pages, auxquelles il faut ajouter 130 millions de livres écrits depuis l'invention de l'imprimerie (estimation Google), sans compter les journaux, magazines et publications particulières... Et quand on songe à tous les écrits du Moyen-Âge et de l'Antiquité (dont seul 10% nous sont parvenus), aux quelques 490 000 rouleaux perdus de la bibliothèque d'Alexandrie et d'ailleurs, cela donne le vertige.

Par ailleurs, voilà plus de 10 ans que je recueille et conserve des documents iconographiques, dans beaucoup de domaines, sachant qu'on n'est jamais assuré de leur pérennité sur la Toile. Les sites vont et viennent et leur contenu avec. Leur existence précaire est liée aux personnes qui les tiennent. Ensuite, il n'est pas rare de devoir scanner des documents, issus de la bonne vieille bibliothèque papier ou réalisés par ses propres soins.

Pour finir, quand on effectue des recherches, on lit énormément (bien plus que l'on écrit d'ailleurs). C'est très instructif et c'est passionnant. Mais pour trouver des choses sur la Toile, il faut bien que des personnes les y mettent. Merci donc à tous ceux et celles qui nourrissent cette formidable encyclopédie dans laquelle nous piochons.

jeudi 3 janvier 2013

Le pain et le métier de boulanger en héraldique

Contrairement à notre première affirmation et suite à la lecture attentive et au commentaire avisé d'Herald Dick, il existe bel et bien plusieurs blasons communaux ayant pris le pain comme meuble. Les corporations de boulangers arborent généralement une pelle à four, portant ou nom des pains symbolisés par des tourteaux.

Le fléau, le van, la fourche et le râteau en héraldique

Une fois le blé moissonné, il est est lié en gerbes posées les unes contre les autres, voire formées en meules, en attendant d'être hissées sur des charettes à l'aide de fourches spéciales. Quand le blé est bien sec, on procède au battage des gerbes pour séparer le grain de l'épi. Autrefois, ce travail harassant se faisant à l'aide d'un fléau.

mercredi 2 janvier 2013

L'Armorial des villes et des villages de France


Ce site est dédié à l'héraldique municipale, c'est-à-dire aux blasons des villes et des villages de France, que ce soit des communes, des hameaux ou écarts, des communautés de communes ou d'agglomérations. Je possède le blasonnement de plusieurs milliers de villes françaises et dont j'ai entrepris de dessiner les blasons. Cet armorial est le fruit d'une passion de plus de trente ans et de la collecte des armoiries des villes : plaques de rue, entêtes et enveloppes des mairies, cartes postales et flammes d'oblitération et, plus récemment, la visite de sites Internet. 
Daniel, webmaistre du site

La faux, la faucille et la serpe en héraldique

Bien que son existence soit avérée en Gaule depuis au-moins le IIIe siècle avant J.C, la faux ne se substituera à la faucille qu'au cours du XVIe siècle. Mais la faucille restera en usage jusqu'à nos jours. Elle est en effet un des outils agraires les plus anciens toujours d'actualité puisqu'elle continue largement d'être fabriquée et commercialisée. Si jadis elle servait surtout à faucher les foins et les blés, elle n'est plus employée aujourd'hui qu'à débroussailler les endroits difficilement accessibles aux tondeuses ou aux faucheuses à moteur. La faucille ancienne, de dimensions plus grandes, était appelée volant.

Le Temps des Hérauts

Le temps des hérauts est un forum consacré à l'art héraldique et à tout ce qui peut s'y rapporter. C'est un véritable portail dans le domaine, une mine d'informations. Ainsi, le curieux pourra s'instruire et l'érudit, partager sa science...  (cliquez sur l'image pour y accéder).

mardi 1 janvier 2013

Le houx en héraldique

Depuis la nuit des temps, le houx est le symbole de fêtes religieuses ou païennes exprimant à l'origine la persistance hivernale de la vie végétale. Dans la mythologie celtique le houx est l'arbre jumeau du chêne. Le chêne gouverne la partie claire de l'année tandis que le houx règne sur la partie foncée. Le blason de Saint-Martin-du-Vivier (Seine-Maritime) figure cette symbolique.

Janvier, le mois de Janus

Janvier vient du latin januaris mensis qui signifie "mois de Janus", dieu romain du commencement. Janus est une divinité romaine veillant sur les fermetures et les ouvertures, notamment de l’année et de la guerre (les portes de son temple étaient fermées quand Rome était en paix et qu'aucune légion ne se battait à l'extérieur. Elles ne furent fermées, dit-on, que 9 fois en 1000 ans !).

Les bons vœux n'ont jamais empêché les malheurs. Ah ! s'ils possédaient la puissance d'une formule magique, ils prendraient alors tout leur sens ! Mais, à y bien réfléchir, nous n'en sommes peut-être pas si éloignés que cela... Un mot, une pensée ont une force incroyable ; ils peuvent détruire ou élever, assombrir ou éclairer, enchaîner ou libérer. Un proverbe suisse dit que les mots sont comme les abeilles : ils ont le miel et l'aiguillon. A leur propos encore, Aldous Huxley écrit qu'ils peuvent ressembler aux rayons X ; si l'on s'en sert convenablement, ils transpercent n'importe quoi.