vendredi 18 avril 2014

Le Vendredi Saint en héraldique

Dans la religion chrétienne, le Vendredi Saint célèbre la Passion de Jésus, condamné à la flagellation et à la crucifixion par le procurateur romain Ponce Pilate, sous le règne de l'empereur Tibère, au premier siècle de notre ère. En héraldique, cet événement est le plus souvent représenté sous la forme symbolique de la couronne d'épines et des clous de la crucifixion. Quelques rares blasons, andalous pour la plupart, comportent la croix du Golgotha accompagnée parfois des instruments de la crucifixion. Celui de la ville d'Egerszalók en Hongrie arbore la Vierge tenant sur ses genoux le corps du Christ.

Ville d'Egerszalók en Hongrie
D'azur à la Piétà d'Egerszalók : la Vierge couronnée et nimbée, assise, vêtue d'une robe brodée et d'un manteau, et tenant sur ses genoux le corps du Christ, lui-même couronné et nimbé , le tout d'or, ombré de sable ; à la champagne de sinople ondée chargée d'une grappe de raisin d'or feuillée de deux feuilles de vignes d'argent, surmontée d'une divise d'argent ondée.

Anla
(hautes-pyrénées, Midi-Pyrénées)
D'azur à une Pieta d'or, au chef parti au I d'or à 4 pals de gueules
et au II de gueules à un lion d'or issant du trait du chef. 

Canton de Schwytz ancien (Suisse)
De gueules, à la scène de crucifixion au naturel.

Saint-Saviour (Jersey)
De gueules à la couronne d'épines d'or enfermant trois clous 
de la Passion de même posés en bande, en pal et en barre.

Lupstein (Bas-Rhin, Alsace) 
D'azur aux cinq clous d'or, appointés en éventail.

Ecce homo (Voici l'homme !), tableau d'Antonio Ciseri (1821-1891) montrant Ponce Pilate présentant Jésus de Nazareth aux habitants de Jérusalem.