mercredi 14 mai 2014

Il pleut, il pleut, bergère...

Y a-t-il encore des bergères ? Une espèce en voie d'extinction, en tous les cas. Comme tant d'autres d'ailleurs... Il paraît pourtant qu'il en reste quelques unes. Quelque part sur les Causses, dans le Rouergue oriental, la région de Roquefort-sur-Soulzon. Peut-être qu'au lieu de tricoter, elles pianotent désormais sur leur Ipod... C'est amusant d'y penser. D'un autre côté, le numérique n'inspire pas vraiment de sentiments bucoliques. Il nous reste donc, sinon le souvenir d'avoir encore vu ces scènes d'un temps révolu, voire le vécu pour certains, du moins les images. En mémoire des temps passés et en hommage à toutes ces bergères des siècles écoulés et à jamais anonymes, dont les rêves flottent peut-être encore au-dessus des champs et des prairies.

Il pleut, il pleut, bergère est une chanson française tirée de l'opérette Laure et Pétrarque écrite en 1780 par Fabre d'Églantine, l'auteur du fameux calendrier républicain. La musique est du Messin Louis-Victor Simon.

Georges Danton, Fabre d'Eglantine et Marie-Antoinette


La bergère à laquelle la chanson fait référence est en fait la reine Marie-Antoinette qui aimait à jouer les bergères au hameau de la Reine, dans le parc du château de Versailles. L'orage fait allusion aux troubles qui conduisirent à la Révolution française. La petite histoire veut qu'elle ait été chantée au lendemain de la prise de la Bastille, et que son auteur l'ait fredonnée quelques années plus tard en montant à l'échafaud. On raconte aussi qu'il aurait pleuré sur la charrette le menant à l'échafaud, se lamentant de n’avoir pas pu terminer un poème. Danton lui aurait alors déclaré : « Ne t’inquiète donc pas, dans une semaine, des vers, tu en auras fait des milliers…». Peinture de Benjamin Lacombe




Gennevilliers (Hauts-de-Seine, Ile-de-France)

De gueules, au chef parti cousu : au I de sinople chargé d'une couronne franque d'or, au II d'azur chargé d'un clou de la Passion d'argent accosté de deux fleurs de lys d'or ; à la champagne d'argent sommée d'une devise brochante d'azur, chargée de Sainte Geneviève accompagnée de trois moutons, le tout contourné au naturel brochant sur la partition et posé sur une presqu'île de sinople mouvant du flanc dextre.


Lindry (Yonne, Bourgogne)

De sinople à la brebis paissante d’argent accompagnée en chef de deux fleurs de lis d’or.









Bergère, Jean-Honoré Fragonard (1732-1806)

Bergère, Gaston La Touche 1882

Bergère, Georges Paul François Laurent Laugée

Bergère sur le sentier, Charles-Sprague-Pearce, vers 1885-1890.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire