lundi 5 mai 2014

Le cygne en héraldique et dans la mythologie

Relativement peu fréquent sur l'écu tout au long du Moyen Âge, le cygne deviendra, à compter du XIVe siècle, une figure courante des ornements extérieurs de l'écu, en particulier le cimier et les supports, de même que sur les devises et emblèmes personnels. Il est considéré comme un attribut seigneurial. Sa fréquence sur l'écu augmente considérablement à partir du XVIIe siècle, au moment où le répertoire des meubles et figures du blason s'accroît et se diversifie.

De même que tous les autres oiseaux, on dit du cygne qu'il est becqué de son bec, langué de sa langue et membré de ses jambes lorsqu'ils sont d'un autre émail que son corps. On appelle Cygne plongeant celui dont la tête est enfoncée dans l'eau. Le Cygne est le symbole de la candeur et de la sincérité et de l'amour.

Biville-sur-Mer 
(Seine Maritime, Haute Normandie) 

D’azur à l’ombre d’église du lieu chargée de deux cygnes affrontés d’argent et posée sur une terrasse de sinople soutenue d’une mer ondée d’azur.
Blomac
(Aude, Midi-Pyrénées)
D’azur au pin terrassé d’or accompagné de deux cygnes affronté d’argent, au chef cousu de gueules chargé d’un croissant aussi d’argent accosté de deux étoiles aussi d’or.
Boulogne-sur-Mer
(Pas-de-Calais, Nord-Pas-de-Calais)

D'or à l'écusson de gueules chargé d'un cygne d'argent becqué et membré de sable, l'écusson accompagné de trois tourteaux de gueules.
Buzet-sur-Tarn
(Haute-Garonne, Midi-Pyrénées)

De gueules, à un oiseau essorant d'or posé sur une terrasse de sinople tenant de sa patte dextre une plante ou feuille du même et la becquetant, au chef cousu d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or.
Châtrices
(Marne, Champagne-Ardenne)
D'azur semé de fleurs de lys d'or au cygne d'argent nageant sur une champagne ondée du même chargée de deux burèles ondées du champ.
Couville
(Manche, Basse Normandie)

D'azur à la croix d'argent chargée de cinq croissants de gueules, cantonnée de quatre cygnes aussi d'argent.
Dahlenheim
(Bas-Rhin, Alsace)

De gueules à la patte d'oie d'argent.
Kirrwiller
(Bas-Rhin, Alsace)

Parti : au premier d'argent à la crosse de gueules, au second de gueules au col de cygne arraché d'argent.
Le Blanc
(Indre, Centre)

D'azur au cygne d'argent nageant sur des ondes du même.
Pontorson
(Manche, Basse Normandie)
De gueules au pont de trois arches d'argent sur une rivière du même, sommé de deux cygnes adossés aussi d'argent, surmonté d'un écusson d'azur semé de fleurs de lys d'or brisé d'un lambel d'argent.
Rollancourt
(Pas-de-Calais, Nord-Pas-de-Calais)

D’azur à la bande d’or accompagnée de deux cygnes d’argent.
Seigneulles
(Meuse, Lorraine)

Parti d'azur semé de croix recroisetées au pied fiché d'or à deux bars adossés du même, et d'or à la bande de gueules chargée de trois alérions d'argent accompagnée en chef d'une croix de Lorraine de gueules ; au chef d'azur à trois fleurs de lys d'or ; à l'écu mouvant de la pointe de sinople au cygne d'argent nageant sur une rivière d'azur.
Serrouville
(Meurthe-et-Moselle, Lorraine)

D'azur à un cygne éployé d'argent accosté de deux cailloux d'or et accompagné en chef et en pointe de deux croisettes recroisetées au pied fiché de même.
Signes
(Var, Alpes-Provence-Côte-d'Azur)
 
De gueules au cygne d'argent.
Saint-Lô-d'Ourville
(Manche, Basse Normandie)

D'azur au cygne d'argent becqué et membré de gueules, au chef d'or chargé de trois merlettes de sable.
Taden
(Côtes-d'Armor, Bretagne)

D’azur à la barre d’or accompagné en chef d’une main dextre d’argent surmontée à dextre d’une étoile d’or et en pointe d’un cygne nageant d’argent.
Talloires
(Haute-Savoie, Rhônes-Alpes)

De gueules à la croix d'argent; à un cygne contourné aussi d'argent nageant sur une champagne ondée d'azur brochant sur le tout.
 Voisey
(Haute-Marne, Champagne-Ardenne)

De sable à trois têtes et cols de cygne d'argent becqués de gueules, posés 2 et 1.
Westhoffen
(Bas-Rhin, Alsace)

De gueules aux trois cotices d'argent, au heaume taré de profil, sommé d'un col de cygne, le tout du même brochant.

Woerth
(Bas-Rhin, Alsace)

Parti : au premier de gueules au col de cygne arraché d'argent, au second du même au lion de sable et à la bordure aussi de gueules.







Divers écus


Maison de Dol Amroth
 
Dol Amroth est un château et une ville apparaissant dans l’œuvre littéraire de J. R. R. Tolkien. 
 
Marc Le Trelle de Kerandré

Marc Le Trelle et Claude de Kerpoisson achètent la terre de Kerbernard le 24 mars 1623.








Wusterwitz (Brandebourg-Allemagne) et Gerard Hunerbert (famille nobiliaire d'Alsace)

Willstätt (Bade-Wurtemberg, Allemagne) et Metnitz (Autriche)

Nachterstedt (Saxe-Anhalt, Allemagne) et Sauldorf  (Bade-Wurtemberg, Allemagne)

Bad-Doberan (Mecklembourg- Poméranie, Allemagne) et Voelpke (Saxe-Anhalt, Allemagne)

Toenning et Todendor (Schleswig-Holsteins, Allemagne)

Schönwalde-Glien (Brandebourg, Allemagne)

Thurnau et Vohenstrauß (Bavière, Allemagne) Stadtzunft Zürich (Suisse)

Villingen-Schwenningen (Bade-Wurtemberg, Allemagne)

Panketal (Brandebourg, Allemagne)

Armes de Markus Wienecke (Allemagne)
Blason: In von Rot und Silber gespaltenem Schild unter zwei gestürzten Schildhauptspitzen zwei aufrechte, nach oben geöffnete Schafscheren, alles in verwechselten Farben. Auf dem rot-silbern bewulsteten Helm mit rot-silbernen Decken zwei rotbewehrte, silberne, sich einander zuwendende Höckerschwanhälse.

Famille de Buchal (Allemagne)
Blason : Unter silbernem Schildhaupt, darin eine schrägrechts und eine schräglinks gestellte rote Buchecker, in Rot eine ausgerissene silberne Buche. Auf dem rot-silbern bewulsteten Helm mit rot-silbernen Decken ein auffliegender silberner Schwan, rot bewehrt und gekrönt.

Ramschwag-Wappen (Allemagne, XIIe siècle)

Suzanne Elizabeth Altvater (Canada)


Mythologie

Dans la Grèce ancienne, autant qu'en Sibérie et dans toute l'Asie Mineure, chez les peuples slaves et germaniques, beaucoup de mythes célèbrent le cygne, oiseau immaculé dont la blancheur, la puissance et la grâce en font une vivante épiphanie de la lumière.

On distingue cependant deux blancheurs : celle du jour, qui est solaire et mâle et celle de la nuit, qui est lunaire et femelle. Le symbole du cygne s'infléchit dans un sens différent selon qu'il représente l'une ou l'autre.


Si le cygne ne se clive pas, s'il veut assumer la synthèse des deux, il devient androgynal et se charge ainsi de mystère sacré. Le cygne noir, sans être désacralisé, est chargé d'un symbolisme occulte inversé.

Dans beaucoup de récits et de contes, l'oiseau de lumière, à la beauté éblouissante et immaculée, représente la vierge céleste qui sera fécondée par l'eau ou la terre (le lac ou le chasseur) pour donner naissance au genre humain.



Ces mythes rejoignent la hiérogamie égyptienne terre-ciel, où Nout, la déesse du Ciel, est fécondée par Geb, le dieu de la Terre. dans ce cas, il s'agit de la lumière lunaire, laiteuse et douce. C'est la vierge mythique.

La déesse Nout protège les habitants de la terre.

Nout est la déesse du Ciel, et est la femme du Dieu Geb, mère d’ Osiris, de Seth, d’Isis et de Nephtys. Nout forme avec Geb la troisième génération de l’Ennéade (l'ensemble des neufs premières divinités selon la cosmogonie d’Héliopolis, à savoir : Atoum, Shou et Tefnout, Geb et Nout, enfin, Osiris, Isis, Seth et,Nephtys.

Les cygnes sont souvent un symbole de l'amour ou de la fidélité car ils entretiennent des relations monogames de longue durée. De nombreuses œuvres mettent en scène des cygnes, comme Lohengrin ou Parsifal, de Richard Wagner. 

L'histoire du « chevalier au cygne » provient de la littérature médiévale allemande, notamment Parzival de Wolfram von Eschenbach et sa suite anonyme, Lohengrin, elle-même inspirée de la Geste des Lorrains de Garin Le Lorrain.



Dans la mythologie grecque, le cygne est l'inséparable compagnon d'Apollon, dieu de la musique, de la poésie et de la divination. Le jour de sa naissance, des cygnes firent sept fois le tour de l'île de Délos. Zeus lui remit alors, en même temps que sa lyre, un char attelé de cygnes qui vont emmener le jeune dieu au-delà de la patrie des Vents du Nord, chez les Hyperboréens, qui vivaient sous un ciel toujours pur. 

Le cygne sera l'emblème du poète inspiré, du pontife sacré, du druide habillé de blanc, du barde nordique...

Le mythe de Léda

Dans la mythologie grecque, Zeus prit la forme d'un cygne pour séduire Léda, fille de Thestios (roi d'Étolie) et épouse de Tyndare (roi de Sparte), après que celle-ci se fût transformée en oie (l'avatar du cygne, dans son acception lunaire et femelle). De ces amours avec le dieu, Léda conçut les Dioscures (Hélène et Pollux), qui naquirent dans un œuf, alors que Clytemnestre et Castor, fils de Tyndare, naquirent dans un autre œuf (une autre version veut que ce fût Némésis qui aurait pondu un œuf qui fut ensuite confié à Léda). Léda eut par ailleurs une autre fille de Tyndare, Phébé.

Leda et le cygne-1870-Albert-Ernest-Carrier-Belleuse-Metropolitan-Museum-of-Art

Les amours de Zeus-cygne et de Léda-oie représentent la bipolarisation du symbole cygne solaire mâle - cygne (oie) lunaire femelle. Le cygne devient ainsi un symbole hermaphrodite où Léda et son divin amant ne font qu'un. Pour le philosophe Bachelard, l'image du cygne se synthétise comme celle du Désir, appelant à confondre les deux polarités du monde manifestés par les deux luminaires, le Soleil et la Lune.

Léda et le cygne (1530-1631) de Corregio (1489-1534)

Léda et le cygne de Jules Roulleau (1855-1895) 
et dans les jardins du château de Ludwigsburg (Allemagne)

Léda et les Dioscures de Giampietrino (1508-1549) et de Spiridon

Léda et les Dioscures (Copies et travaux d'atelier de Léonard de Vinci)

Léda, de Véronèse (1528-1588)

Léda, de Rubens (1577-1640)

Léda, de François-Edouard Picot (1786-1868)

Léda, de Boris Vallejo (illustrateur américain d'origine péruvienne, né en 1941)
Henri Gervex, femme nue au cygne, Salon de 1914

 
L'oeuf du Monde

Le cygne est aussi l'oiseau qui pond et couve l'œuf du monde, telle l'oie du Nil dans l'Egypte ancienne ou le hamsa (le cygne de Brahma) de l'hindouisme, couvant le Brahmanda sur les Eaux primordiales.

L’œuf est un symbole fort ancien dans les cosmogonies. Il y avait l’Oeuf du Monde des Egyptiens qui provient de la bouche de l « Incrée et Eternelle Déité », et qui est l’emblème du pouvoir génératif. Il y a aussi l’œuf de Babylone, supposé être tombé des cieux dans l'Euphrate et avoir ensuite fait naître Ishtar. Les œufs colorés étaient utilisés annuellement au printemps dans presque chaque région, et en Egypte, ils étaient échangés comme symboles sacrés au printemps. C’était l’emblème de la naissance et de la renaissance, cosmique et humaine, céleste et terrestre. 


L'œuf cosmique est souvent représenté comme le germe contenant l'univers en puissance. Il symbolise la rénovation périodique de la nature, la possibilité de renaissance du monde. L'éclosion de l'œuf donne naissance à l'Univers (Pan Gu en Chine, Partholon chez les Celtes, Puruska en Inde, Nommo au Mali ).


Pour les alchimistes, le cygne est l'emblème du mercure dont il a la couleur, la mobilité et la volatilité. Il exprime un centre mystique et l'union des opposés, c'est-à-dire de l'eau et du feu, en quoi l'on retrouve sa valeur archétypale d'androgyne.

Couverture de L’œuf du monde, album BD de Jean Torton, dit Jéronaton
(Les Humanoïdes associés 1981)


Compléments iconographiques
Cartes postales, chromolithographies, timbres, affiches...


 


Le Cygne et le Cuisinier
par Jean de La Fontaine, Fables, Livre III, fable 12

Dans une ménagerie (1)
De volatiles remplie
Vivaient le Cygne et l'Oison :
Celui-là destiné pour les regards du Maître,
Celui-ci pour son goût (2) ; l'un qui se piquait d'être
Commensal (3) du jardin, l'autre de la maison.
Des fossés du château faisant leurs galeries,
Tantôt on les eût vus côte à côte nager,
Tantôt courir sur l'onde, et tantôt se plonger,
Sans pouvoir satisfaire à leurs vaines envies.
Un jour le Cuisinier, ayant trop bu d'un coup (4),
Prit pour Oison le Cygne; et le tenant au cou,
Il allait l'égorger, puis le mettre en potage.
L'Oiseau, prêt à mourir, se plaint en son ramage.
Le Cuisinier fut fort surpris,
Et vit bien qu'il s'était mépris.
Quoi ? je mettrais, dit-il, un tel Chanteur (5) en soupe !
Non, non, ne plaise aux Dieux que jamais ma main coupe
La gorge à qui s'en sert si bien.

Ainsi dans les dangers qui nous suivent en croupe
Le doux parler ne nuit de rien. 


Le cygne et le cuisinier, a pour source première Ésope, reprise déjà par Faërne et Verdizotti à qui La Fontaine a emprunté le début. Dans le jardin d'un altier palais vivaient, nourris ensemble une oie et un cygne, l'un pour réjouir de son doux chant les délicates oreilles de son maître, l'autre pour réjouir avec sa grasse chair sa bouche et son ventre.

(1) lieu bâti auprès d'une maison de campagne pour y engraisser les bestiaux et les volailles. (Dict. de l'Acad. 1694)
(2) pour le goût du maître
(3) compagnon de table ; l'oie mange dans le jardin,
le cygne est admis dans la maison
(4) ayant bu un coup de trop
(5) allusion à la légende du chant des cygnes sur le point
de mourir, d'où vient l'expression "le chant du cygne" pour désigner l'œuvre finale. 
 
Le Fermier et le Cygne

par David Claude, fabuliste contemporain


Un Fermier attrapa le plus beau des Cygnes,
Croyant tenir une belle oie grasse.
De sa fin, l’oiseau discerna les signes ;
Dès lors, il commença à chanter avec grâce :
L’homme reconnut cette voix unique.
Bien que cette merveilleuse musique
Ne fut point pour être amnistié,
Le Fermier prit le Cygne en pitié.
« Cygne, lui dit-il en le caressant,
Aux Dieux en rien
Je ne veux paraître blessant
Puis, à qui chante si bien,
Je ne peux enlever la vie,
Cela serait vilénie. »

Nous décelons dans cette fable,
Un univers au nôtre comparable
Où amusent les frasques d’une célébrité,
Et dont on fait grande publicité,
Lui accordant une sorte de passe-droit.
Pourtant ce même droit
– Ainsi est nourri la disparité –
N’est pas donné au commun des mortels :
Ses écarts sont sacrifiés sur les autels
Du « N’importe quoi » et de la « Stupidité » !

Le cygne

par Georges-Louis Leclerc, Comte de Buffon (1707-1788)
Extrait de l'Histoires naturelles des oiseaux


Dans toute société, soit des animaux, soit des hommes, la violence fit les tyrans, la douce autorité fait les Rois : le lion et le tigre sur la terre, l’aigle et le vautour dans les airs, ne règnent que par la guerre, ne dominent que par l’abus de la force et par la cruauté; au lieu que le cygne règne sur les eaux à tous les titres qui fondent un empire de paix, la grandeur, la majesté, la douceur; avec des puissances, des forces, du courage et la volonté de n’en pas abuser, et de ne les employer que pour la défense: Il sait combattre et vaincre, sans jamais attaquer; Roi paisible des oiseaux d’eau, il brave les tyrans de l’air; il attend l’aigle sans le provoquer, sans le craindre; il repousse ses assauts, en opposant à ses armes la résistance de ses plumes, et les coups précipités d’une aile vigoureuse qui lui sert d’égide, et souvent la victoire couronne ses effort. Au reste, il n’a que ce fier ennemi, tous les autres oiseaux de guerre le respectent, et il est en paix avec toute la Nature; il vit en ami plutôt qu’en Roi au milieu des nombreuses peuplades des oiseaux aquatiques, qui toutes semblent se ranger sous sa loi; il n’est que le chef, le premier habitant d’une république tranquille, où les citoyens n’ont rien à craindre d’un maître qui ne demande qu’autant qu’il leur accorde, et ne veut que calme et liberté.
Les grâces de la figure, la beauté de la forme répondent, dans le cygne, à la douceur du naturel; il plaît à tous les yeux, il décore, embellit tous les lieux qu’il fréquente; on l’aime, on l’applaudit, on l’admire; nulle espèce ne le mérite mieux; la Nature en effet n’a répandu sur aucune autant de ces grâces nobles et douces qui nous rappellent l’idée de ses plus charmants ouvrages: coupe de corps élégante, formes arrondies, gracieux contours, blancheur éclatante et pure, mouvements flexibles et ressentis, attitudes tantôt animées, tantôt laissées dans un mol abandon; tout dans le cygne respire la volupté, l’enchantement que nous font éprouver les grâces et la beauté, tout nous l’annonce, tout le peint comme l’oiseau de l’amour, tout justifie la spirituelle et riante mythologie, d’avoir donné ce charmant oiseau pour père à la plus belle des mortelles.

A sa noble aisance, à la facilité, la liberté de ses mouvements sur l’eau, on doit le reconnaître, non seulement comme le premier des navigateurs ailés, mais comme le plus beau modèle que la Nature nous ait offert pour l’art de la navigation. Son cou élevé et sa poitrine relevée et arrondie, semblent en effet figurer la proue du Navire fendant l’onde, son large estomac en représente la carène; son corps penché en avant pour cingler, se redresse à l’arrière et se relève en poupe; la queue est un vrai gouvernail; les pieds sont de larges rames, et ses grandes ailes demi-ouvertes au vent et doucement enflées, sont les voiles qui poussent le vaisseau vivant, navire et pilote à la fois.

Fier de sa noblesse, jaloux de sa beauté, le cygne semble faire parade de tous ses avantages; il a l’air de chercher à recueillir des suffrages, à captiver les regards et il les captive en effet, soit que voguant en troupe on voie de loin, au milieu des grandes eaux, cingler la flotte ailée, soit que s’en détachant et s’approchant du rivage aux signaux qui l’appellent, il vienne se faire admirer de plus près en étalant ses beautés et développant ses grâces par mille mouvements doux, ondulants et suaves.

Aux avantages de la Nature, le cygne réunit ceux de la liberté; il n’est pas du nombre des ces esclaves que nous puissions contraindre ou renfermer; libre sur nos eaux, il n’y séjourne, ne s’établit qu’en y jouissant d’assez d’indépendance pour exclure tout sentiment de servitude et de captivité; il veut à son gré parcourir les eaux, débarquer au rivage, s’éloigner au large ou venir longeant la rive, s’abriter sous les bords, se cacher dans les joncs, s’enfoncer dans les anses les plus écartées, puis quittant sa solitude revenir à la société et jouir du plaisir qu’il paraît prendre et goûter en s’approchant de l’homme, pourvu qu’il trouve en nous ses hôtes et ses amis, et non ses maîtres et ses tyrans.

Chez nos ancêtres, trop simples ou trop sages, pour remplir leurs jardins des beautés froides de l’art, en place des beautés vives de la Nature, les cygnes étaient en possession de faire l’ornement de toutes les pièces d’eau; ils animaient, égaiyaient les tristes fossés des châteaux, ils décoraient la plupart des rivières, et même celle de la capitales, et l’on vit l’un des plus sensibles et des plus aimables de nos Princes, mettre au nombre de ses plaisirs, celui de peupler de ces beaux oiseaux les bassins de ses maisons royales; on peut encore jouir aujourd’hui du même spectacle sur les belles eaux de Chantilly, où les cygnes font un des ornements de ce lieu vraiment délicieux, dans lequel tout respire le noble goût du maître.

Le cygne nage si vite, qu’un homme marchant rapidement au rivage, a grande peine à le suivre. Ce que dit Albert, qu’il nage bien, marche mal et vole médiocrement, ne doit s’entendre, quant au vol, que du cygne abâtardi par une domesticité forcée, car libre sur nos eaux et surtout sauvage, il a le vol très haut et très puissant; Hésiode lui donne l’épithète d’altivolans, Homère le range avec les oiseaux grands Voyageurs, les grues et les oies; et Plutarque attribue à deux cygnes, ce que Pindare feint des deux aigles que Jupiter fit partir des deux côtés opposés du monde, pour en marquer le milieu au point où ils se rencontrèrent. Le cygne, supérieur en tout à l’oie qui ne vit guère que d’herbages et de graines, sait se procurer une nourriture plus délicate et moins commune; il ruse sans cesse pour attraper et saisir du poisson ; il prend mille attitudes différentes pour le succès de sa pêche, et tire tout l’avantage possible de son adresse et de sa grande force; il sait éviter ses ennemis ou leur résister; un vieux cygne ne craint pas dans l’eau le chien le plus fort; son coup d’aile pourrait casser la jambe d’un homme, tant il est prompt et violent; enfin il paraît que le cygne ne redoute aucune embûche, aucun ennemi, parce qu’il a autant de courage que d’adresse et de force.
 Planche tirée de Histoire naturel de Buffon - Édition Lacepede 1842

Les cygnes sauvages volent en grandes troupes, et de même les cygnes domestiques marchent et nagent attroupés; leur instinct social est en tout très fortement marqué. Cet instinct le plus doux de la Nature, suppose des mœurs innocentes, des habitudes paisibles, et ce naturel délicat et sensible qui semble donner aux actions produites par ce sentiment l’intention et le prix des qualités morales. Le cygne a de plus l’avantage de jouir jusqu’à un âge extrêmement avancé de sa belle et douce existence; tous les Observateurs s’accordent à lui donner une très longue vie; quelques-uns même en ont porté la durée jusqu’à trois cents ans; ce qui sans doute est sort exagéré ; mais Willughby ayant vu une oie qui, par preuve certaine, avait vécu cent ans, n’hésite pas à conclure de cet exemple, que la vie du cygne peut et doit être plus longue, tant parce qu’il est plus grand, que parce qu’il faut plus de temps pour faire éclore ses œufs; l’incubation dans les oiseaux répondant au temps de la gestation dans les animaux, et ayant peut-être quelque rapport au temps de l’accroissement du corps, auquel est proportionnée la durée de la vie: or, le cygne est plus de deux ans à croître, et c’est beaucoup, car dans les oiseaux le développement entier du corps est bien plus prompt que dans les animaux quadrupèdes.

La femelle du cygne couve pendant six semaines au moins; elle commence à pondre au mois de février: elle met, comme l’oie, un jour d’intervalle entre la ponte de chaque œuf; elle en produit de cinq à huit, et communément six ou sept; ces œufs sont blancs et oblongs, ils ont la coque épaisse et sont d’une grosseur très considérable; le nid est placé, tantôt sur un lit d’herbes sèches au rivage, tantôt sur un tas de roseaux abattus, entassés et même flottants sur l’eau. Le couple amoureux se prodigue les plus douces caresses, et semble chercher dans le plaisir les nuances de la volupté; ils y préludent en entrelaçant leurs cous; ils respirent ainsi l’ivresse d’un long embrassement; ils se communiquent le feu qui les embrase, et lorsque enfin le mâle s’est pleinement satisfait; la femelle brûle encore, elle le suit, l’excite, l’enflamme de nouveau, et finit par le quitter à regret pour aller éteindre le reste de ses feux en se lavant dans l’eau.

Les fruits d’amours si vives sont tendrement chéris et soignés; la mère recueille nuit et jour ses petits sous ses ailes, et le père se présente avec intrépidité pour les défendre contre tout assaillant; son courage dans ces moments n’est comparable qu’à la fureur avec laquelle il combat un rival qui vient le troubler dans la possession de sa bien-aimée; dans ces deux circonstances, oubliant sa douceur, il devient féroce et se bat avec acharnement, souvent un jour entier ne suffit pas pour vider leur duel opiniâtre; le combat commence à grands coups d’ailes, continue corps à corps et finit ordinairement par la mort d’un des deux, car ils cherchent réciproquement à s’étouffer en se serrant le cou et se tenant par force la tête plongée dans l’eau; ce sont vraisemblablement ces combats qui ont fait croire aux Anciens, que les cygnes se dévoraient les uns les autres; rien n’est moins vrai, mais seulement ici, comme ailleurs, les passions furieuses naissent de la passion la plus douce, et c’est l’amour qui enfante la guerre.

En tout autre temps ils n’ont que des habitudes de paix, tous leurs sentiments sont dictés par l’amour; aussi propres que voluptueux, ils font toilette assidue chaque jour; on les voit arranger leur plumage, le nettoyer, le lustrer et prendre de l’eau dans leur bec pour la répandre sur le dos, sur les ailes avec un soin qui suppose le désir de plaire, et ne peut être payé que par le plaisir d’être aimé. Le seul temps où la femelle néglige sa toilette est celui de la couvée, les soins maternels l’occupent alors toute entière, et à peine donne-t-elle quelques instants aux besoins de la nature et à sa subsistance.

Les petits naissent fort laids et seulement couverts d’un duvet gris ou jaunâtre, comme les oisons; leurs plumes ne poussent que quelques semaines après, et sont encore de la même couleur; ce vilain plumage change à la première mue, au mois de septembre; ils prennent alors beaucoup de plumes blanches, d’autres plus blondes que grises, surtout à la poitrine et sur le dos; ce plumage chamaré tombe à la seconde mue, et ce n’est qu’à dix-huit mois et même à deux ans d’âge que ces oiseaux ont pris leur belle robe d’un blanc pur et sans tache; ce n’est aussi que dans ce temps qu’ils sont en état de produire.

Les jeunes cygnes suivent leur mère pendant le premier été, mais ils sont forcés de la quitter au mois de novembre; les mâles adultes les chassent pour être plus libres auprès des femelles; ces jeunes oiseaux tous exilés de leur famille, se rassemblent par la nécessité de leur fort commun; ils se réunissent en troupes et ne se quittent plus que pour s’apparier et former eux-mêmes de nouvelles familles.

Comme le cygne mange assez souvent des herbes de marécages et principalement de l’algue, il s’établit de préférence sur les rivières d’un cours sinueux et tranquille, dont les rives sont bien fournies d’herbages; les Anciens ont cité le Méandre, le Mincio, le Strymon, le Caystre, fleuves fameux par la multitude des cygnes dont on les voit couverts; l’île chérie de Vénus, Paphos, en était remplie. Strabon parle des cygnes d’Espagne, et suivant Ælien l’on en voyait de temps en temps paraître sur la mer d’Afrique, d’où l’on peut juger, ainsi que par d’autres indications, que l’espèce se porte jusque dans les régions du Midi; néanmoins celles du Nord semblent être la vraie patrie du cygne et son domicile de choix, puisque c’est dans les contrées septentrionales qu’il niche et multiplie. Dans nos provinces nous ne voyons guère de cygnes sauvages que dans les hivers les plus rigoureux. Gesner dit qu’en Suisse on s’attend à un rude et long hiver quand on voit arriver beaucoup de cygnes sur les lacs. C’est dans cette même saison rigoureuse qu’ils paraissent sur les côtes de France, d’Angleterre et sur la Tamise, où il est défendu de les tuer, sous peine d’une grosse amende; plusieurs de nos cygnes domestiques partent alors avec les sauvages si l’on n’a pas pris la précaution d’ébarber les grandes plumes de leurs ailes.

Néanmoins quelques-uns nichent et passent l’été dans les parties septentrionales de l’Allemagne, dans la Prusse et la Pologne; et en suivant à peu près cette latitude, on les trouve sur les fleuves près d’Azof et vers Astracane, en Sibérie chez les Jakutes, à Séléginskoi, et jusqu’au Kamtschatka; dans cette même saison des nichées, on les voit en très grand nombre sur les rivières et les lacs de la Lapponie; ils s’y nourrissent d’œufs et de crysalides d’une espèce de moucheron dont souvent la surface de ces lacs est couverte. Les Lappons les voient arriver au printemps du côté de la mer d’Allemagne: une partie s’arrête en Suède et surtout en Scaniem. Horrebows prétend qu’ils restent toute l’année en Islande, et qu’ils habitent la mer lorsque les eaux douces sont glacées; mais s’il en demeure en effet quelques-uns, le grand nombre suit la loi commune de migration, et fuit un hiver que l’arrivée des glaces du Groenland rend encore plus rigoureux en Islande qu’en Lapponie. Ces oiseaux se sont trouvés en aussi grande quantité dans les parties septentrionales de l’Amérique, que dans celles de l’Europe. Ils peuplent la baie d’Hudson, d’où vient le nom de cary-swan’s-nest que l’on peut traduire porte-nid de cygne, imposé par le capitaine Button, à cette longue pointe de terre qui s’avance du nord dans la baie. Ellis a trouvé des cygnes jusque sur l’île de Marbre, qui n’est qu’un amas de rochers bouleversés, à l’entour de quelques petits lacs d’eau douce; ces oiseaux sont de même très nombreux au Canada, d’où il paraît qu’ils vont hiverner en Virginie et à la Louisiane; et ces cygnes du Canada et de la Louisiane, comparés à nos cygnes sauvages, n’ont offert aucune différence. Quant aux cygnes à tête noire des îles Malouines et de quelques côtes de la mer du Sud, dont parlent les Voyageurs, l’espèce en est trop mal décrite, pour décider si elle doit se rapporter ou non à celle de notre cygne.

Les différences qui se trouvent entre le cygne sauvage et le cygne privé, ont fait croire qu’ils formaient deux espèces distinctes et séparées; le cygne sauvage est plus petit; son plumage est communément plus gris que blanc; il n’a pas de caroncule sur le bec qui toujours est noir à la pointe, et qui n’est jaune que près de la tête; mais à bien apprécier ces différences, on verra que l’intensité de la couleur, de même que la caroncule ou bourrelet charnu du front, sont moins des caractères de nature, que des indices et des empreintes de domesticité; les couleurs du plumage et du bec étant sujettes à varier dans les cygnes comme dans les autres oiseaux domestiques, on peut donner pour exemples le cygne privé à bec rouge dont parle le docteur Plott; d’ailleurs cette différence dans la couleur du plumage n’est pas aussi grande qu’elle le paraît d’abord ; nous avons vu que les jeunes cygnes domestiques naissent et restent longtemps gris; il paraît que cette couleur subsiste plus longtemps encore dans les sauvages, mais qu’enfin ils deviennent blancs avec l’âge; car Edwards a observé que dans le grand hiver de 1740, on vit aux environs de Londres plusieurs de ces cygnes sauvages qui étaient entièrement blancs; le cygne domestique doit donc être regardé comme une race tirée anciennement et originairement de l’espèce sauvage. Mrs Klein, Frisch et Linnæus l’ont présumé comme moi, quoique Willughby et Ray prétendent le contraire.

Belon regarde le cygne comme le plus grand des oiseaux d’eau, ce qui est assez vrai, en observant néanmoins que le pélican a beaucoup plus d’envergure; que le grand albatros a tout au moins autant de corpulence, et que le flamant ou phénicoptère a bien plus de hauteur, eu égard à ses jambes démesurées. Les cygnes dans la race domestique, sont constamment un peu plus gros et plus grands que dans l’espèce sauvage; il y en a qui pèsent jusqu’à vingt-cinq livres; la longueur du bec à la queue est quelquefois de quatre pieds et demi, et l’envergure de huit pieds; au reste, la femelle est en tout un peu plus petite que le mâle.

Le bec ordinairement long de trois pouces et plus, est, dans la race domestique, surmonté à sa base par un tubercule charnu, renflé et proéminent, qui donne à la physionomie de cet oiseau une sorte d’expression; ce tubercule est revêtu d’une peau noire, et les côtés de la face, sous les yeux, sont aussi couverts d’une peau de même couleur; dans les petits cygnes de la race domestique, le bec est d’une teinte plombée, il devient ensuite jaune ou orangé avec la pointe noire; dans la race sauvage le bec est entièrement noir avec une membrane jaune au front; sa forme paraît avoir servi de modèle pour le bec des deux familles les plus nombreuses des oiseaux palmipèdes, les oies et les canards; dans tous, le bec est aplati, épaté, dentelé sur les bords, arrondi en pointe mousse, et terminé à sa partie supérieure par un onglet de substance cornée.

Dans toutes les espèces de cette nombreuse tribu, il se trouve au-dessous des plumes extérieures, un duvet bien fourni, qui garantit le corps de l’oiseau des impressions de l’eau. Dans le cygne, ce duvet est d’une grande finesse, d’une mollesse extrême et d’une blancheur parfaite; on en fait de beaux manchons et des fourrures aussi délicates que chaudes.

La chair du cygne est noire et dure, et c’est moins comme un bon mets que comme un plat de parade, qu’il était servi dans les festins chez les Anciens, et par la même ostentation chez nos ancêtres; quelques personnes m’ont néanmoins assuré que la chair des jeunes cygnes était aussi bonne que celle des oies du même âge.

Quoique le cygne soit assez silencieux, il a néanmoins les organes de la voix conformés comme ceux des oiseaux d’eau les plus loquaces; la trachée artère descendue dans le sternum fait un coude, se relève, s’appuie sur les clavicules, et de-là, par une seconde inflexion, arrive aux poumons. A l’entrée et au-dessus de la bifurcation, se trouve placé un vrai larynx garni de son os hyoïde, ouvert dans sa membrane en bec de flûte: au-dessous de ce larynx le canal se divise en deux branches, lesquelles après avoir formé chacune un renflement, s’attachent au poumon; cette conformation, du moins quant à la position du larynx, est commune à beaucoup d’oiseaux d’eau, et même quelques oiseaux de rivage ont les mêmes plis et inflexions à la trachée artère, comme nous l’avons remarqué dans la grue, et selon toute apparence, c’est ce qui donne à leur voix ce retentissement bruyant et rauque ces sons de trompette ou de clairon qu’ils font entendre du haut des airs et sur les eaux.

Néanmoins la voix habituelle du cygne privé, est plutôt sourde qu’éclatante; c’est une sorte de strideur, parfaitement semblable à ce que le peuple appelle le jurement du chat, et que les Anciens avoient bien exprimé par le mot imitatif drensant: c’est, à ce qu’il paraît, un accent de menace ou de colère; l’on n’a pas remarqué que l’amour en eût de plus doux, et ce n’est point du tout sur des cygnes presque muets, comme le sont les nôtres dans la domesticité, que les Anciens avoient pu modeler ces cygnes harmonieux, qu’ils ont rendus si célèbres. Mais il paraît que le cygne sauvage a mieux conservé ses prérogatives, et qu’avec le sentiment de la pleine liberté, il en a aussi les accents: l’on distingue en effet dans ses cris, ou plutôt dans les éclats de sa voix, une sorte de chant mesuré, modulé; des sons bruyants de clairon, mais dont les tons aigus et peu diversifiés sont néanmoins très éloignés de la tendre mélodie, et de la variété douce et brillante du ramage de nos oiseaux chanteurs.

Au reste, les Anciens ne s’étaient pas contentés de faire du cygne un chantre merveilleux, seul entre tous les êtres qui frémissent à l’aspect de leur destruction, il chantait encore au moment de son agonie, et préludait par des sons harmonieux à son dernier soupir: c’était, disaient-ils, près d’expirer, et faisant à la vie un adieu triste et tendre, que le cygne rendait ces accents si doux et si touchants, et qui, pareils à un léger et douloureux murmure, d’une voix basse, plaintive et lugubre, formaient son chant funèbre; on entendait ce chant, lorsqu’au lever de l’aurore, les vents et les flots étaient calmés; on avait même vu des cygnes expirants en musique et chantant leurs hymnes funéraires. Nulle fiction en Histoire Naturelle, nulle fable chez les Anciens n’a été plus célébrée, plus répétée, plus accréditée; elle s’était emparée de l’imagination vive et sensible des Grecs ; Poëtes, Orateurs, Philosophes même l’ont adoptées, comme une vérité trop agréable pour vouloir en douter. Il faut bien leur pardonner leurs fables; elles étaient aimables et touchantes; elles valaient bien de tristes, d’arides vérités, c’étaient de doux emblèmes pour les âmes sensibles. Les cygnes, sans doute, ne chantent point leur mort; mais toujours, en parlant du dernier essor et des derniers élans d’un beau génie prêt à s’éteindre, on rappellera avec sentiment cette expression touchante; c’est le chant du cygne ! 
 
Le Cygne

par Jules Renard, Histoires naturelles, 1894


Il glisse sur le bassin, comme un traîneau blanc, de nuage en nuage. Car il n'a faim que des nuages floconneux qu'il voit naître, bouger et se perdre dans l'eau. C'est l'un d'eux qu'il désire. Il le vise du bec et il plonge tout à coup son col vêtu de neige.

Puis, tel un bras de femme sort d'une manche, il le retire, il n'a rien.

Il regarde : les nuages effarouchés ont disparu.

Il ne reste qu'un instant désabusé, car les nuages tardent peu à revenir, et, là-bas, où meurent les ondulations de l'eau, en voici un qui se reforme.

Doucement, sur son léger coussin de plumes, le cygne rame et s'approche. Il s'épuise à pêcher de vains reflets, et peut-être qu'il mourra, victime de cette illusion, avant d'attraper un seul morceau de nuage.

Mais qu'est-ce que je dis?

Chaque fois qu'il plonge, il fouille du bec la vase nourrissante et ramène un ver. Il engraisse comme une oie.



1 commentaire: