lundi 21 juillet 2014

Coiffes féminines et blasons des provinces françaises

Quel est le rapport ? serait-on tenté de se demander... A priori, aucun, sinon que ces jolies petites chromolithographies datant la Belle Époque - une période éminemment riche en production d'images, véritablement encyclopédique dans l'esprit - associent chaque province à son blason particulier et à la coiffe féminine spécifique et de ce fait très distinctive. Il s'agissait là de deux identités visuelles fortes et donc bien marquées, qui témoignaient non seulement de l'incroyable diversité qui régnait au sein de notre pays, mais aussi de la remarquable créativité des femmes pour exprimer leur coquetterie ou tout simplement se faire belles. Car belles elles l'étaient, avec leurs coiffes brodées, aux formes si singulières, parfois les plus osées, et leurs costumes chatoyants patiemment cousus de leurs propres mains, pendant leur rare temps de loisir. En arrière plan de chaque image sont représentés les monuments ou les paysages les plus emblématiques de la province.

Dijon, capitale de la Bourgogne
La Bourgogne doit son nom à la peuplade des Burgondes qui créèrent le royaume de Burgondie. Ce dernier devint royaume de Bourgogne puis des Deux-Bourgogne à l'époque carolingienne. Au Moyen Âge, il convient de distinguer le comté de Bourgogne du duché de Bourgogne. Le premier (maintenant la Franche-Comté) était terre d'empire, le second constitué des comtés de Mâcon, Chalon, Sens, Auxerre, Tonnerre, Nevers, Autun appartenait au royaume de France. 

Musée de Bourgogne (cliquez sur l'image)
http://ouvragesdedames.canalblog.com/archives/2013/10/09/28169698.html


Rennes, capitale de la Bretagne
La Bretagne est une ancienne province française. Elle forme encore aujourd'hui une entité géographique et culturelle à l'identité forte, notamment marquée par ses racines celtiques et son histoire (la Bretagne constitua un royaume puis un duché indépendant avant d'être unie au Domaine royal). Elle est parfois appelée « Bretagne historique » pour la différencier de la région Bretagne, qui ne recouvre pas entièrement son territoire (la Loire-Atlantique - l'ancienne Loire Inférieure - fait indument partie de la région des Pays de la Loire).

Le site de Louis Bourdon, photographe, qui expose là de très belles photos de coiffes bretonnes. Et les Bretonnes aussi y sont très belles...

http://www.louisbourdon.com/bretagne9.php


Troyes, capitale de la Champagne
La Champagne est une ancienne province française — à l'origine un comté palatin — qui recouvrait l'actuelle région administrative Champagne-Ardenne, le sud du département de l'Aisne et la majeure partie du département de Seine-et-Marne jusqu'à la Brie mouvante, située entre le cours supérieur de l'Yerres et la via Agrippa, et la Brie française. Au nord, la frontière changeante avec la Principauté de Liège incluait Sugny, excluant Givet. Son terroir a donné son nom au vignoble de Champagne.

Formée en 1065 par une réunion autour de Provins, troisième métropole du Royaume, de comtés issus du démantèlement de l'Austrasie, cette province devient au Moyen Âge un pôle économique majeur en Occident grâce aux foires de Champagne qui se succédaient dans ses différentes villes tout au long de l'année. À la cour de Champagne avide de raffinement, celle entre autres de Thibault de Champagne, importateur de la rose des parfums, la Rose de Damas, les premiers écrivains français, tel Chrétien de Troyes, inventent la littérature courtoise et érigent la langue vulgaire au rang de standard culturel. Jusqu'à la réunion au domaine royal en 1284, les comtes de Champagne, pairs de France, jouent un rôle politique aussi important que celui des évêques de Reims, qui sacrent le roi de France.

Je n'ai pas trouvé de site remarquable spécialement consacré aux coiffes et aux costumes champenois. Il n'existe des petits billets disséminés sur les sites et les blogs. Le timbre ci-dessus date de 1938 et reproduit le portrait d une champenoise en costume traditionnel, unecoupe de champagne à la main et coiffée du toquat.


Nice, capitale du Comté de Nice
Le comté de Nice était anciennement l'un des États de Savoie. Créé en 1388 avec la dédition de Nice à la Savoie, sous le nom de « Terres neuves de Provence », il prendrait officiellement le nom de « comté de Nice » en 1526. Il disparaît au XIXe siècle, d'abord avec la réorganisation administrative du royaume de Sardaigne de 1818 qui modifie sa dénomination, puis avec l'annexion française en 1860, sous Napoléon III. Nice était sa capitale. Sa langue officielle était l'italien à partir de 1561. En niçois, son nom est « countea de Nissa ». Le nom de « comté » vient de l'italien contado, qui signifie « campagne » ou « comtat », au sens médiéval du terme. Il a donc un sens administratif et non féodal. 

La page Wikipédia consacré au costume provençal comtadin
http://fr.wikipedia.org/wiki/Costume_proven%C3%A7al_comtadin


Grenoble, capitale du Dauphiné
Le Dauphiné est l'ancienne province viennoise située dans le quart Sud-Est de la France actuelle. Ce fut un État, sous l’autorité des comtes d’Albon, qui prirent le titre de dauphins qui a donné au Dauphiné son nom. Cet État était une subdivision du Saint-empire romain germanique, de ses origines admises, au XIe siècle, jusqu'à son rattachement en 1349 au royaume de France. Le Dauphiné conserve une certaine autonomie jusqu’en 1457. Sous l'autorité française et jusqu'à la Révolution de 1789, le Dauphiné constitue l'apanage du fils aîné du roi de France qui prend, dès sa naissance, le titre de Dauphin. La province continue à l'époque de s'étendre et acquiert sa forme définitive au XVe siècle. À la suite de la Révolution française, la région se retrouve divisée en trois départements : la Drôme, les Hautes-Alpes et l’Isère. Durant les XIXe et XXe siècles, une partie de son ancien territoire est rattachée au département du Rhône.

Le site d'Empi & Riaume, spécialisé dans la formation en danses, musiques et chants de tradition du Dauphiné et du Vivarais, à partir d’un collectage effectué dans la première moitié du XXème siècle, Empi et Riaume se consacre résolument aujourd’hui à la création et la diffusion de spectacles.

http://www.empi-et-riaume.com/presentation.php


Lille, capitale de la Flandre

La Flandre française (parfois les Flandres françaises) est la partie de l'ancien comté de Flandre qui fait aujourd'hui partie de la France, et qui consiste traditionnellement en la moitié nord du département du Nord ; il faut aussi y ajouter quatre communes du Pas-de-Calais.

Traditionnellement, la Flandre française consiste en deux parties distinctes : la Flandre maritime ou flamingante au nord, historiquement de langue flamande, et la Flandre romane au sud, aussi appelée Flandre gallicante ou Flandre wallonne, qui était la partie de l'ancien comté de Flandre où l'on a toujours parlé roman puis picard ou français. La Flandre romane est la partie la plus peuplée de la Flandre française, abritant notamment sa plus grande ville, Lille, surnommée la « Capitale des Flandres ». Les autres villes principales de la Flandre romane sont Roubaix, Tourcoing et Douai. Dunkerque est la ville principale de la Flandre flamingante.

Depuis sa formation au XVIIe siècle, la Flandre française a été une des plus riches et des plus densément peuplées provinces de France, ayant joué un rôle de premier plan dans la Révolution industrielle en France. 


Bordeaux, capitale de la Guyenne et de la Gascogne
À l'aube de l'histoire, le Bordelais passait sous contrôle des Bituriges Vivisques, un peuple gaulois. Bordeaux s'imposera vite comme capitale de la Gaule aquitaine, de l'Aquitaine seconde puis de l'Aquitaine d'Aliénor qui deviendra la Guyenne.

Aucun site remarquable trouvé...  Si vous en connaissez, merci de nous en donner la référence.


Paris, capitale de l'Ile-de-France
On ne peut pas vraiment dire qu'il existait un costume spécifiquement parisien. Les femmes du peuple portaient le plus souvent un bonnet blanc maintenu par un ruban et un châle sur les épaules. Du reste, l'habillement populaire a peu évolué depuis le XVIIIe siècle, la mode ne s'adressant qu'aux classes aisées jusqu'à l'apparition du prêt-à-porter.


Limoges, capitale du Limousin
Le Limousin est la seule région française (avec la Franche-Comté) a posséder une cohérence culturelle et territoriale bimillénaire. Ses frontières sont à peu de choses près les mêmes que celles de la cité gallo-romaine des Lémovices (peuple gaulois). Faisant intégralement partie de l'Occitanie dont elle constitue une bordure septentrionale, la région Limousin actuelle est principalement issue du regroupement des anciennes provinces du Limousin et de la Marche, mais elle correspond surtout à l'ancien diocèse de Limoges, avatar christianisé des Lémovices. L'ancien comté carolingien de Limoges occupait aussi le même espace. La province fut, de l'Antiquité au XIIe siècle, une composante essentielle de l'Aquitaine. Région rurale, de tradition agricole (élevage et sylviculture) et industrielle, le Limousin est associé au Grand Sud-Ouest français. La région est bordée au nord par la région Centre, à l'ouest par Poitou-Charentes et l'Aquitaine, au sud par Midi-Pyrénées, et à l'est par l'Auvergne.

Une page sur le costume limousin
http://www.maiade-malemortine.host22.com/site/costumes/femmes/limousin.htm


Lyon, capitale du Lyonnais
 
Le Lyonnais est une ancienne province de France, située dans le sud-est de l'actuel département du Rhône. Le Lyonnais était lui-même subdivisé en trois provinces :
- le Plat pays de Lyonnais, qui correspond aux monts du Lyonnais. L'adjectif plat ne désigne pas ici le relief, qui est de moyenne montagne, mais le fait que cette province n'était pas considérée comme privilégiée et était notamment assujettie à la taille ;
- la ville de Lyon elle-même, non taillable ;
- le Franc-Lyonnais, petite province non taillable, située au nord de Lyon, le long de la Saône.

Deux autres provinces formaient avec le Lyonnais le « gouvernement du Lyonnais » : Le Beaujolais et Le Forez.


Nevers, capitale du Nivernais
Le Nivernais est une ancienne province de France, dont la majeure partie forme aujourd'hui le département de la Nièvre. Elle avait pour limites : au nord, l'Orléanais ; au sud, le Bourbonnais ; à l'ouest, le Berry ; à l'est, la Bourgogne. 

Ses villes principales étaient Nevers (chef-lieu général), Pouilly, Clamecy, Vézelay, Château-Chinon, Decize, Donzy, La Charité-sur-Loire. 

Ce territoire fut donné par Louis le Débonnaire à son fils Pépin, roi d'Aquitaine, et devint un comté particulier à partir du IXe siècle.


Rouen, capitale de la Normandie
La Normandie est une ancienne province française. Elle est aujourd'hui un espace géographique et culturel, dont trois collectivités territoriales (bientôt deux) portent le nom en partage : 
- les deux régions administratives françaises de Haute-Normandie et de Basse-Normandie dont la réunification a été annoncée le 2 juin 2014 par le Président de la République François Hollande ;
- le duché de Normandie, composé des bailliages de Jersey et de Guernesey, sur lequel les monarques de Grande-Bretagne exercent la souveraineté sous le titre de « duc de Normandie».

Fondé en Neustrie par Rollon, le duché occupa tout d’abord la basse vallée de la Seine en 911, puis le Bessin, le pays d'Auge et l'Hiémois en 924, le Cotentin, l’Avranchin et les îles de la Manche en 933. Duché de 911 à 1204, la partie insulaire (anglo-normande) de la Normandie, hormis Chausey, a formé les bailliages de Jersey et de Guernesey, sous dépendance de la couronne britannique, tandis que sa partie continentale (française) a formé une province historique française de 1204 à 1790.
En matière de coiffes et de costumes, la Normandie est une terre d'élection, à l'instar de la Bretagne. Voir le site Patrimoine normand...

http://www.patrimoine-normand.com/costumes-et-coiffes-normandes.php



Amiens, capitale de la Picardie
 
Les délimitations de l'ancienne Picardie ne correspondent pas à celles des trois départements composant l'actuelle Picardie administrative (voir Anciennes provinces de France). Seuls la totalité de la Somme, le nord de l'Oise et le nord de l'Aisne (Thiérache) constituaient l'ancienne Picardie (qui intégrait aussi la partie côtière du Pas-de-Calais, le Boulonnais).

En effet, la majorité de l'Oise faisait partie du domaine royal du roi de France, c'est-à-dire l'Île-de-France. On y trouvait alors le Vexin français au sud-ouest (en opposition au Vexin normand), le Valois (au sud-est) et le comté de Clermont (au centre). Dans l'Aisne, le Soissonnais appartenait aussi à la couronne. Le reste était mouvant du duché de Champagne. Reste le nord-est de l'Oise qui était l'évêché de Noyon.


Poitiers, capitale du Poitou
Le Poitou était une province française, comprenant les actuels départements de la Vendée (Bas-Poitou), Deux-Sèvres et de la Vienne (Haut-Poitou) ainsi que le nord de la Charente et une partie de l'ouest de la Haute-Vienne, dont la capitale était Poitiers.

Il a donné son nom au Marais poitevin, marais situé dans l'ancien golfe des Pictons, sur la côte occidentale de la France, deuxième plus grande zone humide de France en superficie après la Camargue ; le marais s'étend de l'Atlantique aux portes de Niort et du sud de la Vendée au nord de La Rochelle.

Sur le site La France Pittoresque
http://www.france-pittoresque.com/spip.php?article5599


Perpignan, capitale du Roussillon
En France, sous l'Ancien Régime, le Roussillon était une province du royaume, qui a existé de 1659 jusqu'à la création du département des Pyrénées-Orientales en 1790. Le Roussillon était un gouvernement et une intendance. Dépourvu d'états provinciaux, le Roussillon n'était pas un pays d'états. Le Roussillon était, en matière de gabelle, un pays de salines et, en matière de traites, une des provinces réputées étrangères. 

Sur le très excellent site Mediterranées
http://www.mediterranees.net/vagabondages/divers/habit19.html
Jeune fille en caputxo © Fonquernie 


Chambéry, capitale de la Savoie
La Savoie est un territoire culturel de l'Europe de l'Ouest. Située dans l’angle nord-ouest de l’arc alpin, elle fait partie de la France depuis 1860. Appelée Sapaudia, au Moyen Âge, composée de six provinces historiques, la Savoie est devenue un comté au XIe siècle, puis un duché indépendant en 1416. Berceau de la Maison de Savoie, elle appartient aux territoires princiers des ducs de Savoie, appelés États de Savoie puis Royaume de Sardaigne. Le duché est annexé à la France par le traité de Turin en 1860. Aujourd'hui, la Savoie forme deux départements, la Savoie et la Haute-Savoie. Afin de ne pas confondre la région et le département homonyme, l'administration et les médias utilisent parfois l'expression « Pays de Savoie », voire « les Savoies ».



Tours, capitale de la Touraine 
La Touraine est une ancienne province de France héritière de la civitas turonensis ou cité des Turones, dont elle tire son nom. Les comtes d'Anjou et de Blois, maîtres politiques de la Touraine, sont longtemps plus puissants que les rois capétiens, mais la généralisation de la seigneurie franco-flamande et son besoin de garantie de paix réhabilitent le pouvoir central longtemps oublié. Au terme d'une reprise capétienne séculaire, Philippe-Auguste s'impose face à la prestigieuse dynastie Plantagenêt après 1216. Toute la Touraine, et pas seulement la martinopole de Tours et quelques places fortes, est sous l'égide de la maison royale de France.
La ville de Tours est chef-lieu de généralité des pays tourangeaux, angevins et (céno)manceaux à la fin de l'Ancien régime. C'est pourquoi le département d'Indre-et-Loire créé à son intention en 1790 donnant lieu à d'âpres tractations se décale vers l'ouest, préservant toutefois l'essentiel du vieux territoire provincial.


Coiffes et châles de Touraine et d'Anjou
http://photosenpartage.eklablog.com/costumes-de-touraine-anjou-vendee-a48255953