lundi 21 juillet 2014

Expressions pittoresques de la langue française

Allonger la sauce, bayer aux corneilles, mettre les pieds dans le plat, manquer le coche... autant d'expressions métaphoriques et pittoresques dont la langue française est si riche. En voici quelques unes des plus courantes, mises en image...

Allonger la sauce
Dans le langage culinaire, allonger une sauce, c'est y ajouter du bouillon ou de l'eau ; on diminue ainsi la force de la sauce. On laisse brûler et ensuite on allonge la sauce comme on peut. Je soupçonne certains restaurants parisiens d'en avoir une pratique courante... Cette expression s'emploie surtout figurément : Allons, trêve de bavardages, il ne faut pas allonger la sauce !

Il faut battre le fer quand il est chaud.
Le fer n'est forgeable que dans un état incandescent. Au figuré, il faut poursuivre une affaire ou un travail en cours. Là, par exemple, j'ai envie de faire ce billet sur quelques expressions françaises, alors je ne lâche pas l'affaire, autrement ma pile de dossiers en attente va encore s'élever d'un étage. 

Bayer aux corneilles
Curieuse expression qui joue sur la paronymie de deux mots : bayer, qui signifie "être étonné, bouche-bée" et bâiller, qui indique cet étirement de la mâchoire qui nous prend lorsque nous tombons de sommeil ou lorsque nous nous ennuyons ferme. Donc, ici, il ne s'agit pas de bâiller, mais bel et bien de bayer, c'est-à-dire de marquer son étonnement. Mais pourquoi aux corneilles et pas aux canards ou aux moineaux ? De fait, il y a bel et bien un rapport avec les oiseaux car autrefois, au XVIIe siècle, on disait "bayer aux grues". A partir du XVIe siècle, le terme "corneille" s'est étendu pour désigner un objet insignifiant ou une chose futile. Par exemple, "voler pour corneille" exprimait le fait de chasser un gibier sans valeur. Puis bayer aux corneilles prit le sens de "s'étonner pour rien ou pas grand-chose". Toute notre époque, en somme...

Être criblé de dettes
Être criblé de dettes, c'est en avoir beaucoup. Normal quand on est un panier percé : les trous appellent les trous ! Le mousquetaire de cette illustration est en bien fâcheuse posture. Il a dû faire bombance dans quelque auberge indiquée et dépensé sans compter pour quelque belle... Allez savoir !

Être mis au pied du mur
Est-ce Confucius qui disait que c'est au pied du mur qu'on voit le mieux le mur ?  En tous les cas, arrivé à ce niveau, il n'y a plus d'échappatoire possible et l'on doit alors subir ou assumer les conséquences de son acte ; peut-être aussi se décider enfin et agir car il n'est plus question de reculer.

Faire danser l'anse du panier
Cette expression se rapportait jadis aux domestiques qui majoraient les denrées pour gagner sur le prix des courses, grugeant ainsi leur maître. Cette expression signifie plus généralement "engraisser ses poches aux dépens de celles des autres". Voler, en somme. En politique aussi, on sait faire danser l'anse du panier...

Galoper ventre à terre
Cette expression, qui a curieusement glissé vers la métaphore hippique, signifiait jusqu'au XVIIe siècle, "demander pardon ventre à terre", c'est-à-dire dans un état de totale pénitence. Aujourd'hui, elle signifie tout simplement "aller très vite" ou encore, prendre la poudre d'escampette, c'est-à-dire se sauver à toutes jambes.

Jeter son argent par la fenêtre
Jeter son argent par la fenêtre, c'est le dépenser inconsidérément, que l'on en ait trop ou pas assez. Jadis, on jetait l'argent par la fenêtre aux mendiants qui passaient. Aujourd'hui, certains pensent que payer ses impôts, c'est jeter son argent par la fenêtre, ou plutôt déléguer à d'autres le soin de s'en charger...

Parce que tant de gens de mauvais goût, des parvenus surtout, ne savent, pour étaler leur richesse, imaginer d'autre moyen que de jeter l'argent par les fenêtres, ils prétendent et font accroire que luxe et prodigalité sont synonymes […]. — (M. Horn, Le Luxe, dans la Revue bleue : politique et littéraire, volume 5, page 37, 1867-1868)

Manquer le coche
Au XVIIe et au XVIIIe siècles, les "coches" étaient des moyens de transport fluviaux dont les départs et les arrêts dépendaient d'horaires précis. Le coche d'eau était le moyen de transport le plus utilisé. Cependant, emprunter ce type d'embarcation restait une aventure. Aujourd'hui, manquer le coche" signifie que l'on rate une bonne occasion de vivre un événement particulier et qui aurait pu être palpitant ou fructueux. 

Mettre les pieds dans le plat
Au XIXe siècle, un "plat" désignait une vaste étendue d'eaux basses. "Mettre les pieds dans le plat" est à rapprocher de "faire une gaffe" ou "gaffer". En effet, ce verbe signifiait en provençal "patauger dans la boue", autrement dit "dans les eaux basses". Le fond d'un plat, au sens défini précédemment, est souvent boueux et vient troubler la clarté de l'eau lorsqu'on y met les pieds. C'est à ce phénomène que se réfère l'expression, qui signifie qu'une personne aborde maladroitement un sujet à éviter et qu'elle continue à en parler longuement, semant ainsi le malaise chez son auditoire. Le premier sens fut tout d'abord "agir sans aucune discrétion".

Opiner du bonnet
"Opiner du bonnet" c'est être de l'avis des autres, en particulier donner son assentiment par un signe de tête. On dit aussi "opiner du chef". 

La contre-maître répétait pour la centième fois depuis quinze jours, qu'elle aimerait mieux ne pas manger que d'être privée de café après ses repas. La voisine opinait de la hure. (Huysmans,Soeurs Vatard,1879, p.98)

Pêcher en eau trouble 
"Pêcher en eau trouble" c'est faire son profit d’une situation confuse. Ou encore : profiter du désordre des affaires publiques ou particulières pour en tirer son avantage. Il y a des gens qui se réjouissent des malheurs publics dans l’espoir de pêcher en eau trouble. Toute notre époque... 

Poser pour le torse
"Poser pour le torse" c'est se donner de l'importance et vouloir impressionner les autres, surtout quand on les juge en-dessous de soi-même. Ainsi, beaucoup de personnes sont-elles dans l'affectation et posent pour le torse. L'on se donne les postures que l'on peut.

Recevoir une tuile
Mise à part le fait de recevoir une vraie tuile sur la tête, un jour de grosse tempête, nous employons surtout cette expression quand il nous arrive quelque chose de fâcheux.

Rire sous cape
La cape est ce long manteau, avec ou sans capuchon, derrière un pan duquel il est facile de dissimuler son visage lorsqu'on veut rire discrètement, sans que quelqu'un s'aperçoive de notre hilarité. Mais comme de nos jours on ne porte plus vraiment de cape, on en est réduit à rire dans sa tête. Ce que nous faisons bien souvent car le monde actuel est si drôle.

Au XVIe siècle, on disait "rire sous son chapeau" et Molière utilise encore "rire sous chape", sachant que "sous chape" ou "sous cape" veut dire "discrètement" ou "en se cachant".

Se défendre comme un beau diable
C'est se défendre vaillamment, surtout dans une situation d'infériorité numérique, comme le montre l'illustration. Cette expression n'est pas à confondre avec "se débattre comme un beau diable" qui indique que l'on se défend sans réfléchir ou lorsque c'est injustifié.

Se mettre martel en tête
Anciennement, cette expression, associée à la jalousie, signifiait que l'on se fait du souci parce qu’on doute de la fidélité de celui ou celle que l’on aime.

Je ne vois point encore, ou je suis une bête,
Sur quoi vous avez pu prendre martel en tête.

Lucile, à mon avis, vous montre assez d’amour ; 
(Molière, Le Dépit amoureux, acte premier, scène première)

Aujourd'hui, l'expression signifie plutôt "se tourmenter inutilement, se faire beaucoup de souci pour rien, s’inquiéter fortement et de manière quasi obsessionnelle".

Vous vous êtes mis martel en tête pour une chose qui, je vous assure, est sans aucune conséquence. (Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, Le Côté de Guermantes - Première partie) 

Se serrer la ceinture... d'un cran
C'est là une chose que nous sommes nombreux à connaître. Enfin, cela dépend aussi de nos désirs. Mais bon, c'est devoir se rationner ou carrément se priver de quelque chose.

Sembler revenir de l'autre monde 
Cela m'arrive parfois le matin au réveil. L'expression indique l'état de quelqu'un qui est ahuri, déconcerté. Par extension, elle se prête à quelqu'un qui n'est pas au courant d'un événement public. Par exemple, le résultat d'un match de foot...

S'en aller l'oreille basse
C'est partir honteux et confus, tel le corbeau dans la fable, jurant qu'on ne l'y reprendra plus... D'une façon générale, on s'en va l'oreille basse (comme un chien battu) quand on s'est fait éconduire ou tout simplement avoir.

Serrer les cordons de la bourse
C'est ce que l'on est de plus en plus souvent parfois obligé de faire en ces temps de crise organisée... Synonyme : se serrer la ceinture.

Avoir soif à avaler la mer et ses poissons
Cette expression idiomatique se dit d'un ivrogne qui est comme un tonneau sans fond. Mais on l'emploie également pour les soifs, disons normales. Comme vous et moi... 

Causer sous le manteau de la cheminée
Causer sous le manteau de la cheminée, c'est s'entretenir secret et en dehors des voies normales.

Toutes les infamies qui se pratiquent sous le manteau d'une cheminée ou autrement (Balzac, Le Père Goriot,1835, p. 131).

... il est comme ces grands seigneurs qui ont une charge honoraire, et les entrées aux jours de gala; mais le cabinet leur est clos; ce ne sont pas là leurs affaires. (...); il sert de paravent à tout ce qui se passe sous le manteau de la cheminée. Si le mari est jaloux, c'est de lui ; tient-on des propos ? c'est sur son compte; c'est lui qu'on mettra à la porte un beau matin que les valets auront entendu marcher la nuit dans l'appartement de madame... (Musset, Le Chandelier,1840, I, 1, p. 23).

Chercher une aiguille dans une botte de foin
C'est chercher quelque chose de difficile à trouver, soit parce qu'elle est très petite, soit parce qu'elle est noyée dans la quantité. Par exemple, quelqu'un dans une foule immense.

Donner une sardine pour un thon
Cette métaphore, à n'en pas douter issue du monde halieutique, désigne un marché de dupes ou l'absence d'équité dans une affaire. Choses très courantes parmi les hommes au demeurant...

Passer un mauvais quart d'heure
Un mauvais ou un sale quart d'heure est un moment peu enviable, d'autant qu'il peut aisément prendre la demi-heure et même se prolonger.

Saisir la balle au bond
C'est saisir l'occasion lorsqu'elle se présente, ou encore, réagir promptement à quelque chose nous concernant. Donc être réactif au bon moment, c'est-à-dire dans l'instant même.

Se pousser du col
Une autre manière de qualifier un fanfaron ou l'attitude de quelqu'un de prétentieux, s'imaginant être sorti de la cuisine de Jupiter, comme dirait Coluche.

Prendre la mouche
Au XVIe siècle, la "mouche" désignait un souci, une pensée négative qui arrivait brusquement. "Prendre la mouche" signifie que l'on se vexe ou que l'on s'emporte sans raison apparente. Dans cette expression, le verbe "prendre" a le sens de "prendre ombrage".


Nous remercions les anciens Chocolat Louit de Bordeaux pour ces images truculentes signées FAG.