dimanche 31 août 2014

Tyrosémiophilie ornithologique

Tyrosémiophilie ornithologique... Les mots savants ont un côté à la fois pompeux et drôle. Pour le non initié, il est quasi impossible de lier le premier mot à l'activité de collectionner les étiquettes de fromage et le deuxième à l'étude des oiseaux. Il y a encore mieux : les microtyrosémiophiles ou microtyrosémiophilistes collectionnent les étiquettes des petits emballages de fromage, telles que celles du fromage en portion. C'est là que l'étymologie s'en vient à la rescousse : scientifiquement parlé, une étiquette est un tyrosème, du grec ancien tyro (fromage), sémio (sens de l'image) et phile (amateur de). Idem pour l'ornithologie : du grec ancien ornis (oiseau) et logos (connaissance). Il s'agit donc d'une branche de la zoologie portant sur l'étude de la gent emplumée. La tyrosémiophilie a ceci de commun avec l'héraldique : il n'est rien qui lui soit étranger. La thématique est ouverte à tous les domaines.

2 commentaires:

  1. J’ai vu sur les graviers danser un pélican
    Et en face de lui, trois casoars farouches ;
    Ils étaient entourés de quarante oiseaux-mouches
    Sous le regard ému des canards claudicants.

    J’ai vu de beaux oiseaux d’espèces ignorées
    Et d’autres familiers, des cygnes, des poussins,
    Des autruches faisant onduler leur bassin
    Et l’oiseau de Krishna dont les plumes dorées

    Lançaient dans le soleil des reflets éclatants ;
    La colombe de Dieu, le corbeau de Satan
    Et, fidèle à Prévert, le farceur oiseau-lyre.

    Mais voulez-vous savoir quel est le plus divin ?
    C’est celui que pour Maître ils ont choisi d’élire,
    C’est l’oiseau-charpentier qui de l’eau fait du vin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup ce poème et cette poésie-là. Son ardeur, son intensité. Son rythme aussi. Ses mots mûris au soleil intérieur... Je salue le poète et l'âme qui l'habite. Les mots ont une demeure.

      Supprimer