mardi 9 septembre 2014

Les proverbes en images

24 célèbres proverbes illustrés par le peintre, illustrateur, affichiste et dramaturge Henry Gerbault (1863-1930) de manière un peu décalée, très ironique en tous les cas et souvent satirique.

On a souvent besoin d'un plus petit que soi... Ce proverbe nous renvoie à la morale de deux fameuses fables de La Fontaine : Le lion et le rat et La colombe et la fourmi. D'emblée, ne mépriser personne. Sans le paysan, le ministre meurt de faim et sans l'éboueur, nous pourrissons dans nos ordures.

Abondance de biens ne nuit pas... sauf s'ils résultent de la spoliation d'autrui, ce que l'Histoire illustre de mille et une manières et que l'actualité ne cesse de nous démontrer. Ceux qui accaparent les biens de ce monde sont bel et bien des nuisants.

Qui n'entend qu'une cloche n'entend qu'un son... On ne peut se faire une idée de quelqu'un ou d'une chose sur un seul avis ou un seul témoignage. L'intelligence c'est de savoir multiplier les points de vue et de savoir considérer les contraires. Une seule source n'est pas une information sûre.

La mauvaise herbe croît toujours... Les jardiniers connaissent particulièrement bien ce proverbe. Mais il signifie surtout que les mauvaises habitudes s'aggravent avec le temps. Et bien plus facilement que les bonnes. Monter exige un effort constant. Descendre ne demande qu'à se laisser aller.

Il n'y a pas de sots métiers... Tous les métiers sont-ils honorables pour autant ? Certains sont funestes, d'autres avilissants et parfois proprement ridicules. Gagner son pain est légitime, mais pas n'importe comment et, surtout, pas aux dépens d'autrui. Or, de ce côté-là...

Aux innocents les mains pleines... Les novices ou les débutants disposent parfois de plus de chance. Ce proverbe signifie aussi que ce sont souvent les gens simples qui réussissent dans leurs entreprises.

Chacun prend son plaisir où il le trouve... Autrement dit, tous ne prennent pas plaisir aux mêmes choses car tous n'ont pas non plus les mêmes valeurs. Les gens distingués prennent leur plaisir dans des choses plus raffinées, tandis que les gens grossiers s'amuseront de choses grossières, c'est-à-dire à leur niveau. Si les premiers peuvent s'encanailler, les seconds peuvent difficilement se hausser sans se trahir à un moment donné. Qui peut le plus peut le moins. Mais le contraire n'est pas vrai.

Tel maître, tel valet... Cette formule prêtée par Marivaux à Arlequin dans La Surprise de l'amour est en fait une locution proverbiale d’origine latine qui explique qu'un valet peut prendre les habitudes de son maître car ce dernier devient un modèle à imiter. «Trublot murmure : Dame, tel maître, tel valet. Quand les propriétaires donnent l’exemple, les larbins peuvent bien avoir des goûts pas honnêtes. Ah ! Tout fout le camp, en France décidément.»(E. Zola) 

Plus fait douceur que violence... La force est rarement un bon argument. Certes, elle est parfois nécessaire, inévitable même, mais c'est une forme de faillite, une victoire par défaut en tous les cas.

Ce qui est interdit suscite la curiosité, l'intérêt et attire souvent beaucoup de convoitise. Ainsi est la nature humaine : toujours à vouloir outrepasser les interdits et à ne pas rester à sa place.

Attendez-moi sous l'orme... Cette formule médiévale, devenue proverbiale, fut popularisée par la pièce de Jean-François Regnard : Attendez-moi sous l’orme (1694). Les justices seigneuriales se tenaient généralement aux portes des châteaux, sous un orme qui y était planté ; souvent les parties assignées manquaient au rendez-vous et se faisaient attendre sous l’orme. — (Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye, Dictionnaire historique de l’ancien langage françois, 1877) Aujourd'hui, l'expression s'utilise en parlant d’un rendez-vous où l’on n’a pas l’intention d’aller, d’une promesse sur laquelle il ne faut pas compter. 

Qui se ressemble s'assemble... Le semblable cherche le semblable et l'on finit toujours par se retrouver entre soi. Peu échappent à ce tropisme qui peut être une véritable fatalité.

Aux grands maux les grands remèdes... Lorsque la situation l'exige ou que les choses deviennent pressantes, il faut savoir prendre une décision énergique. Aujourd'hui, nous souffrons de grands maux dans notre société. Voyez comme les politiques sont énergiques...

Qui a bu boira... Si ce proverbe est avant tout une définition désabusée et fataliste de l'alcoolisme, il signifie en général qu'une mauvaise habitude est indélogeable. Chassez la nature, elle revient au galop !

Jamais grand nez n'a déparé beau visage... Un défaut physique ne peut pas altérer la beauté d'une personne. Par contre, un défaut moral peut altérer la beauté physique. Il est des manières de beauté qui sont une forme de laideur. Une laideur peut être monstrueuse. Mais une beauté mal servie est toujours hideuse.

Qui aime bien châtie bien... Il s'agit bien évidemment de punir justement et non de se laisser aller à quelque sadisme qui trouverait dans ce proverbe une légitimité quelconque. Il arrive que l'on doive sanctionner un enfant que l'on aime. Ne pas le faire, c'est manquer à l'amour que l'on prétend lui porter. Punir justement mais sans dureté. L'enfant en aura, plus tard, de la reconnaissance.

Des goûts et des couleurs, il ne faut pas discuter... Sauf si votre conjoint veut peindre le salon en noir ponctué de ronds rose cochon ou bleu bonbon. Cela dit, sur ces points précis, la discussion n'est véritablement possible qu'entre gens ayant la même échelle de valeurs. Mais essayez voir de partager avec un abruti toute la finesse d'un vers d'Albert Samain ou d'une prose de Charles Péguy...

L'occasion fait le larron... Chez beaucoup, l'honnêteté n'est qu'une posture ou un état par défaut. Certains se révèlent quand une situation opportune se présente à eux. Ainsi en est-il de la corruption et de la prostitution : c'est souvent une question de chiffres. Et extrêmement rares sont ceux à être immunisés contre la quantité. Parfois nécessité fait loi ? Il y a toujours une autre manière de faire.

Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage... Il faut parfois ne rien précipiter et laisser faire le temps, à condition d'avoir posé les bons jalons. Certaines choses agissent dans la durée. Une graine plantée ne germe pas nécessairement tout de suite. Le temps est parfois notre pire ennemi mais il est aussi notre meilleur allié. C'est toujours lui qui a le dernier mot.

Qui dort dîne... Logique : quand on dort, on oublie qu'on a faim. On oublie d'ailleurs pas mal de choses dans le sommeil. L'ennui, c'est le réveil... Cette expression est une devise issue du Moyen Âge. Les patrons des auberges n'acceptaient que les voyageurs qui venaient à la fois dormir et manger. « Si tu veux dormir, il faut aussi dîner. »

Un bon tiens vaut mieux que deux tu l'auras... Il vaut mieux choisir de posséder une chose que l’on a, si modeste soit-elle, plutôt que d’espérer une chose supérieure dont rien ne garantit qu’elle viendra. Nous retrouvons La fontaine en sa fable Le Petit Poisson et le Pêcheur (livre V – fable 3, 1668) qui a pour morale : « Un Tiens vaut, ce dit-on, mieux que deux Tu l’auras (L’un est sûr, l’autre ne l’est pas) ». On sait ce que l'on a mais on ignore tout de ce que l'on se promet d'avoir. On en revient souvent, si on peut...

Un peu d'aide fait grand bien... Cela va de soi. Encore existe-t-il des personnes qui n'ont point cette humilité-là. Bien entendu, nous ne parlons pas ici des assistés professionnels... dont le nombre est loin d'être négligeable. Les hommes sont très inventifs quand il s'agit de tirer au flanc.

L'appétit vient en mangeant... et la soif s'en va en buvant, comme disait notre bon Rabelais (Gargantua, 1534, chap. 5). Il suffit parfois de se mettre à table pour avoir envie de manger, ou de commencer une chose pour se rendre compte qu’on peut y trouver du plaisir. En quelque sorte, le désir naît de la pratique.

Rien ne sert de courir, il faut partir à temps... Cela s'applique au lièvre de la fable et à tous ceux qui remettent toujours à plus tard ce qu'il est sage de faire dans l'immédiat. Le lièvre devait courir à cause de son orgueil mais les hommes surtout à cause de leur paresse et de son avatar la négligence.