mardi 30 septembre 2014

Les Quatre Éléments

Les quatre éléments, les quatre points cardinaux, les quatre saisons, les quatre parties du jour, les quatre poèmes, les quatre complexions de l'homme, les quatre figures du jeu de cartes, les quatre cavaliers de l'Apocalypse... Le 4 est le symbole de la construction, de la réalisation, du concret, de l’ordre, de la stabilité, de l'organisation mais aussi de l’intransigeance, de la rigidité, de l'entêtement, du déséquilibre, de l'obsession, du pessimisme... C'est le nombre de la terre-matière, du réel tangible.

Les quatre éléments

Pour les anciens Grecs, toute substance est un mélange de quatre éléments: air, eau, feu et terre. Vingt siècles durant, cette thèse est restée ancrée dans la psyché du monde occidental. Nous la devons plus précisément à Empédocle (Ve siècle av. J.-C.), cautionné par Aristote et Platon, qui concevait la réalité comme éternelle, les événements étant le résultat de deux forces opposées : la force d'attraction de l'amour et de l'harmonie qui pousse les éléments à s'unir, et la force de répulsion, issue de la haine, qui décompose les choses en ses éléments constitutifs, processus dans lequel les éléments conservent leur masse et leurs propriétés. De même les forces conservent leurs puissances. Les chimistes du XVIIIe siècle réfuteront cette théorie au profit de celle d'un univers composé d'une multitude d'éléments. 

Selon Anaxagore de Clazomènes (500-428 av. J.-C.), un philosophe présocratique (de fait, le premier philosophe à s’établir à Athènes, où il eut Périclès et Euripide comme élèves) : Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau. Une formulation reprise par Lavoisier (1743-1794) : Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.


Empédocle, Anaxagore et Lavoisier 



Selon le philosophe chinois Zou Yan (-305 à -240), toute substance est un mélange de cinq éléments : la Terre, qui domine l'Eau car elle peut l'endiguer ; l'Eau, qui domine le Feu car elle peut l'éteindre ; le Feu qui domine le Métal car il peut le fondre ; le Métal, qui domine le Bois car il peut le tailler ; le Bois, qui domine la Terre car il peut la retourner.

 


Ces éléments interagissent grâce à deux principes opposés : le Yang (chaleur, ardeur, soleil, virilité) et le Yin (froid, humidité, obscurité, féminité).

Les quatre éléments alchimiques de la Philosophia reformata (1622) de Johann Daniel Mylius représentant les quatre étapes de l'opus alchimique. De gauche à droite, la terre, l'eau, l'air et le feu.

Note :


La première illustration, ainsi que celles ci-dessous, sont des esquisses de Charles Le Brun (1619-1690), premier peintre du roi Louis XIV, directeur de l'Académie royale de Peinture et de Sculpture, et de la Manufacture royale des Gobelins. Il s'est surtout illustré dans la décoration du château de Versailles et de la galerie des Glaces.






Les quatre complexions de l'homme
Le Colérique, le Sanguin, le Mélancolique et le Flegmatique

Les quatre parties du jour
Le Matin, le Midi, le Soir et la Nuit

Les quatre poèmes
Le Lyrique, l'Héroïque, le Pastoral et le Satirique

Les quatre saisons
Le Printemps, l’Été, l'Automne et l'Hiver