dimanche 28 septembre 2014

Varus, rends-moi mes légions !

En l'an 6 de notre ère, Publius Varus Quinctilius est affecté à superviser la consolidation de la nouvelle province de Germanie. Bien qu'administrateur expérimenté, Varus a rapidement développé une réputation d'arrogance et de la cruauté. Sa politique de taxation lourde (la fiscalité outrancière est souvent à l'origine des grands bouleversements historiques) et son manque de respect pour la culture germanique amènent beaucoup de tribus, alliées à Rome, à reconsidérer leur position et conduisent d'autres, jusqu'alors neutres, à la rébellion ouverte. Au cours de l'été de l'an 9, Varus et ses légions travaillent à réprimer plusieurs petites rébellions le long de la frontière de l'Empire. 

Dans ces campagnes, Varus commande trois légions (les XVII,e XVIIIe et XIXe), six cohortes d'auxiliaires et trois escadrons de cavalerie. Cette armée considérable est complétée par les troupes germaines alliées, dont la tribu Chérusque dirigée par Arminius. Ce proche conseiller de Varus, avait passé du temps à Rome comme otage, un séjour au cours duquel il s'était familiarisé avec les théories et les pratiques militaires romaines. Conscient du fait que la politique de Varus est à l'origine des troubles, Arminius travaille secrètement à unir la plupart des tribus germaniques contre les Romains. Il infligera à Rome une des plus cuisantes et des plus humiliantes défaites de son histoire, lors de la fameuse bataille de la forêt de Teutobourg


Ce désastre militaire est vécu comme un traumatisme à l'époque. Les troupes romaines furent toutes massacrées, Varus se suicida en se jetant sur son épée. Sa tête fut coupée, son corps mutilé. Sa tête parvint ensuite à l'empereur Auguste, effondré, qui eut cette phrase: « Vare, legiones redde » « Varus, rends-moi mes légions ! ». 

Suétone écrit (Vie du divin Auguste, 23) : « À ce qu’on raconte, enfin, Auguste fut tellement abattu par ce désastre, que plusieurs mois de suite il ne se coupa plus la barbe ni les cheveux, et qu'il lui arrivait de se frapper de temps en temps la tête contre la porte, avec ce cri: « Quintilius Varus, rends-moi mes légions ! ». Il regarda toujours l’anniversaire de ce désastre comme un jour funeste. » Ce fut le coup d'arrêt à l'expansion romaine durant son règne; des siècles plus tard, l'armée romaine n'avait toujours pas reformé de légion XVII, XVIII ou XIX. Le général romain Germanicus effectua quelques campagnes pour pacifier la région et assurer la tranquillité des provinces romaines. Il battit Arminius en 14, et récupéra les enseignes perdues ainsi que les ossements des légionnaires. Il prépara, semble-t-il, mieux sa campagne en divisant les tribus germaniques avant de les attaquer, puisqu'elles s'affrontèrent entre elles jusqu'en 16.





Épisode 1



 Épisode 2