samedi 8 novembre 2014

Chemins parallèles


Viens, allons en ville pour cueillir les rares sourires 
Sertis dans des regards plissés en arcs de cœur.
Le long des vitrines où les vanités se mirent, 
Nous dévierons le nôtre pour le porter ailleurs. 

Nous l'offrirons à tel passant qui nous verra 
Au-delà de notre éphémère apparence 
Et le rendrons à tel autre qui relaiera 
Le signe de la véritable obédience. 

Nous irons par les rues, les avenues, les boulevards, 
Fendant les flots de la morne foule des hagards 
Dont les pensées flasques et vaines écument le vide.

Nous ouvrirons dans la cité endolorie 
Un chemin de traverse en croisée de vies, 
Où l'amour peut vieillir sans prendre une ride.