mardi 11 novembre 2014

La saison des mots


L'Ami, je sors cueillir de pleines brassées de mots ;
J'en emplirai mon panier, la saison s'y prête
Car voici que mûrissent ceux qui guérissent les maux,
Ceux, aussi, qui mettent du baume sur les peines secrètes.  

J'irai par la ville, j'irai par les beaux jardins,
Le long des allées discrètes, en bordure de Seine,
Et en certains lieux où des portails anodins
Masquent en trompe-l’œil l'insoupçonnée arrière-scène.  

Je te donnerai la moitié de ma cueillette ;
Nous choisirons les plus beaux, ceux à distiller,
Que nous aurons soin de ne pas éfaufiler ;  

Et quand nous sentirons venir des heures inquiètes,
Celles qui, redoutées, rouvrent les blessures anciennes,
Nous scanderons, par nous écrite, une virile antienne.