jeudi 13 novembre 2014

La vingt-cinquième heure


Certains soirs, je m'interroge sur le jour passé : 
L'ai-je bien parcouru ou n'ai-je fait qu'en traverser 
Les heures indifférentes aussitôt effacées ? 
Ai-je uni les instants ou les ai-je dispersés ? 

Certains matins, je me réveille tout étonnée 
D'être au monde encore, de ce nouveau jour offert, 
De la vie intacte dont j'ai pourtant sillonné 
La moindre contrée, sans chercher à contrefaire 

Ni l'amour, ni l'amitié, ni même ma présence 
Aux lieux, aux choses et à tous mes semblables... 
Certains jours, vivre encore me paraît incroyable ! 

Suis-je l'objet d'une impénétrable providence 
Ou le jouet inconscient d'un aveugle hasard ? 
Certaines nuits, le doute m'assaille et brouille mon regard...

1 commentaire: