dimanche 14 décembre 2014

Dame d'Héraldie


                             C'était, t'en souvient-il, un jour de novembre, 

                             En cette période où le Scorpion règne en maître ; 
                             Les premiers frimas déjà glaçaient nos membres ; 
                             Tu portais, je crois, velours blanc sur bottes-guêtres. 

                             Nous posions tous deux nos sacs au bord de la vie ; 
                             Nous revenions de loin ; nous revenions de tout. 
                             Nous couper du monde était notre seule envie ; 
                             Se trouver bien d'être seuls car tranquilles surtout. 

                             Quiètement, nous montâmes en belle fraternité 
                             Au fil des jours reteints et des mots retrouvés. 
                             Nous mîmes pourtant longtemps à nous réintuiter 
                             Car du passé nous demeurions fort éprouvés. 

                             De l'existence nous mesurions la vacuité, 
                             Du monde la vanité et de la gent humaine, 
                             Gonflée d'importance et de niaise fatuité, 
                             Sa fuite éperdue vers les issues incertaines. 

                             Sœur étrange, amie loyale, fidèle égérie, 
                             Qui à l'heure des jours sombres fut à mes côtés 
                             Et que la belle saison révéla de féerie, 
                             Tu as l'âme chaude et le cœur richement doté. 

                             Tu vins en Héraldie avec a cup of tea
                             À partir de ce jour, le blog devint salon 
                             Et ouvrit grand ses portes à Dame Poésie. 
                             Tu dis : « Nous en ferons une nouvelle Avalon ; 

                             Et aussi : « À la Communauté du Blason 
                             Se joindra le Cercle des Poètes retrouvés ; 
                             Nous blasonnerons tout en vers et en chansons ; 
                             Jamais noble parole s'y verra réprouvée. » 

                             L'Amie, tu portes parti de gueules qui est d'amour vrai 
                             Et d'azur qui est de grande et belle loyauté ; 
                             Par tes meubles, tu sépares le blé de l'ivraie ; 
                             Sagesse, force et honneur sont ta seule royauté.

                             Tu as pour haute devise « Ici et maintenant » 
                             Qui en toute chose fait se tenir en juste milieu. 
                             De cœur et d'esprit sont de l'écu les tenants ; 
                             Céans, Dame d'Héraldie ; ailleurs, Dame de Beaulieu.

Musique :  Kings Of Convenience - Parrallel Lines

8 commentaires:

  1. Dame des sept couleurs
    ------------------------------

    Au milieu de la nuit mon âme va songeant
    Comme un errant perdu devers Constantinople ;
    De gueules bat mon coeur aux forêts de sinople ;
    Ma dame me regarde et le ciel est d'argent,

    Mais un ciel plus profond est dans ses yeux d'azur.
    D'or mûrit la sagesse aux froides nuits de sable ;
    On voit au loin danser l'hermine impérissable.
    Est-il d'autres couleurs ? Je n'en suis pas très sûr.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a d'orangé, qui est de gueules mêlé d'or,
      Pour amour et noblesse, couleurs de compassion ;
      Il y a de tanné, si terne au premier abord,
      Où l'or et le sable trouvent leur juste équation :

      Noblesse et humilité qui drapent l'austère bure
      Du solitaire retiré en son ermitage ;
      De carnation enfin, pour les membres et figures
      De chair qui meublent parfois ces curieuses images.

      Merci à tous deux pour ce bel hommage.

      Supprimer
    2. ''Considérons que je suis le Diable
      et que vous êtes quant à vous ma victime des enfers..'' __Miphum- 1er février 2009-
      sur Forum méta -


      L'infini-

      j'ai prêté à l'amour la valeur infinie
      J'ai souffert au final d'un présage d'erreur
      Fallait-il s'imprégner de cette ignominie
      A l'échelle y monter pour vaincre sa fureur ?

      J'ai souri à l'amour cette île définie
      J'ai cru voir au-delà et jusqu'à la terreur
      Le non-sens établi mais cette vilénie ?
      L'infini sans physique est éloquent d'erreur -

      Cette élucubration a blessé ma pensée
      Le débat était vain, l'énigme séquencée :
      1 inadéquation ! un heurt artificiel

      L'amour à l'infini est un désir stérile
      Conduisant nulle part - Tyran indestructible
      Je l'ai croisé un jour - mais c'est confidentiel !

      _________28/09/2014_________________

      What's the immaterial substance
      that envelopes two,
      that one perceives as hunger
      and the other as food.
      I wake in tangled covers,
      to a sash of snow,
      you dream in a cartoon garden,
      I could never know.
      Innocent imitation,
      of how it could be,
      if when the music ended,
      you did not retreat.
      In my imagination,
      you are cast in gold,
      your image a compensation for me to hold.
      Parallel lines, move so fast,
      toward the same point,
      infinity is as near as it is far.
      Parallel lines, move so fast,
      toward the same point,
      infinity is as near as it is far.______Kings of convenience - Parallel lines

      Supprimer
  2. L'Héraldie est donc une science infini

    Sabrine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est joliment dit ! Mais tu voulais probablement parler de l'héraldique... Encore qu'Héraldie vise la même chose : aller dans l'infini, dans l'in/fini (qui n'est pas fini). Science sans frontières, ouverte à tous les domaines et à toutes les idées qu'elle décline sous la forme de symboles qui se répondent à l'intérieur du champ représenté par l'écu et au-delà même.

      Supprimer
  3. Amour est symbole
    Pourquoi ne serait-il pas
    L'âme emblématique ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Amour... âme... ces deux mots sont si proches l'un de l'autre que je ne les dissocie plus. Où n'est pas l'un il n'y a pas l'autre. Un amour sans âme n'est qu'une consommation/consumation ; une âme sans amour, c'est l'histoire de nos vies, l'histoire du monde et de ses tourmentes. Oui, pourquoi l'amour ne serait-il pas l'âme emblématique... Mais ne l'est-il pas, quelque part ?

      Supprimer
  4. Marc, mes compliments pour cette ode à notre bonne Marie-Louise... Dame d'Héraldie ! Je l'appellerai ainsi désormais. A quand la mienne ? (je taquine :-)

    Dites, les poètes, vous savez que vous commencez à être contagieux ? Marie-Louise, see you later.

    Justine W. (pas encore poétesse...mais déjà prise !)

    RépondreSupprimer