lundi 22 décembre 2014

Des fleurs s'enfuient des lacets

 
                                    Lentement, deux petits souliers
                                    S'avancent sur les grands pavés
                                    Timides, invisibles dans la foule,
                                    Miroitant les livres qui croulent
                                    Les flammes dévorent avidement
                                    Tous les mots, oiseaux d'antan

                                    Lentement, deux petits souliers
                                    S'arrêtent en bas du large mur
                                    Des affiches, vidant les encriers
                                    Et masquant les fissures, sont collées
                                    Collées comme toutes ces idées
                                    Qui dans l'esprit sont des armures

                                    Lentement, deux petits souliers 
                                    Montent toutes les marches en acier
                                    Tremblants comme les roues qui s'ébrouent
                                    Tournants comme les horloges qui se logent
                                    Dans les esprits étrangers au temps
                                    Voyant passer les secondes et le sang

                                    Rapidement, deux petits souliers
                                    Volent au-delà de la croix gammée
                                    Des fleurs s'enfuient des lacets
                                    Mais le feu va les rattraper
                                    Et dans le fusil, sera perdu le dernier regard
                                    De l'enfant aux mains peinturlurées

                                    Dont la seule erreur était
                                    D'avoir cru qu'il pouvait exister.
 
Toile de Paul Langellé (1908-1993)

L'illustration d'en-tête est extraite du tableau de David Olère, peintre et sculpteur juif polonais, naturalisé français en 1937. Détenu au camp d'Auschwitz-Birkenau de 1943 à 1945, il est employé dans une équipe de Sonderkommando. Après la guerre, il ne cesse de témoigner de son expérience concentrationnaire par le dessin et la peinture. 

David Olère, Inaptes au travail, sans date