jeudi 18 décembre 2014

La femme au manteau écarlate


                             L'hiver survint, ce vendredi de décembre, 
                             Vêtu de solitude par les chemins dissous.
                             Ô roide nudité du temps qui tout démembre  !
                             Ô noir vent d'exil qu'aucun horizon n'absout !

                             D'un toit s'élevait un filet de fumée intime 
                             Qui, avant de s'évanouir par transparence, 
                             Dessinait sa blanche spirale en un geste ultime 
                             Que le fuyant emporta dans sa fulgurance.

                             Sur le boulevard, une femme en manteau écarlate, 
                             L'allure altière, le pied ferme, l'esprit impavide, 
                             Taillait sa route, fendant la morne foule disparate ;
                             - Rien qu'une présence désertée brisant le vide -

                             Silhouette éthérée qui semblait vagabonde, 
                             Quoique jouant bien de son déhanché tentateur.
                             Autour d'elle, les flocons de neige dansaient la ronde,
                             Transmuant l'enchantement en voile protecteur.

                             Vers quel ailleurs était-elle déjà en chemin, 
                             Cette femme au regard trouble et au sourire nacré ? 
                             Las ! pour quels lourds et obscurs lendemains 
                             Fuira-t-elle ce qu'elle eut au monde de plus sacré ? 

                             Aujourd'hui, son ombre plane toujours en ces lieux, 
                             Certains soirs, quand se déchire l'épais voile du temps ; 
                             Je suis le seul à la voir encore, au milieu 
                             Du boulevard, d'où elle me sourit, un court instant. 

                             Lors, plus personne ne se souvient de son passage 
                             En notre bonne et vieille cité de Paris ; 
                             Las ! Elle disparut, ne laissant dans son sillage 
                             Que le souvenir amer des beaux jours flétris.

                            Passant, qui ne fait que frôler cette ville étrange 
                            Où naquirent et moururent tant d'histoires éphémères, 
                            Quand tu passeras devant la place du saint Archange, 
                            Sache que le Dragon n'est pas qu'une simple chimère.

Image d'en-tête : Adeline & Cécile Créations, Jeune femme en rouge (détail)