mardi 23 décembre 2014

La réponse est dans le vent

     Mon cher Père Noël, 

     Il y a si longtemps que je ne t'ai plus écrit... Mais je me souviens très bien de ma dernière lettre. Je voulais que tu m'apportes la poupée Mélusine, de Gilles de Gégé, tu sais. J'en avais un tel désir que j'en rêvais la nuit ! Finalement, j'ai trouvé une Dolly sous le sapin de Noël. Sa grande taille m'avait alors beaucoup surprise et impressionnée (52 cm, tu t'imagines !). Je n'étais pas déçue car j'aimais d'emblée son air un peu farouche dans lequel je me reconnaissais, son front haut et l'élégance qui se dégageait de son visage dont le regard était aussi intense que le sourire était discret, juste un léger plissement de lèvres. Aujourd'hui, ma Dolly repose quelque part dans une boîte, au fond d'un grenier, un peu comme une Belle au bois dormant attendant qu'un prince charmant veuille bien la réveiller. 

     Cher Père Noël, pardonne-moi cette digression. Voilà, aujourd'hui, je ne te demanderai pas une poupée, ni même un autre jouet. Je ne te demanderai d'ailleurs rien. Non pas que mes désirs soient tous éteints ou que je me retrouve sans besoins. Simplement, je ne désire rien pour ma petite personne. En vérité, je voudrais que mes amis soient heureux. Oh ! je ne te parle pas de ces amis que l'on peut avoir à la pelle et qui ne sont jamais que des connaissances ou, comme l'on dit, des fréquentations sociales ou professionnelles, le plus souvent des relations d'intérêts. Non, je te parle d'amis qui le sont vraiment et auxquels je suis très attachée ; d'amis avec qui je partage une véritable consanguinité d'esprit et une fraternité de cœurs et d'âmes ; d'amis qui m'aiment inconditionnellement et que j'aime de même. Tu comprends cela, n'est-ce pas, Père Noël, toi qui appartient un peu au monde céleste. Car, vois-tu, il n'est nulle richesse supérieure à celle-là. Une richesse que l'on ne peut pas toucher car c'est elle, au contraire, qui vous touche ! Oui, être touchée d'amitié vraie ! Me comprends-tu, Père Noël ? Il est vrai que tu dois parfois te sentir bien seul là-haut, dans le grand froid...

     Voilà. C'est tout ce que j'avais à te demander pour ce Noël. Ah si, autre chose, juste une dernière question : quand les hommes de ce monde sortiront-ils enfin de la cour de récré, qui n'est qu'une foire d'empoigne, désirant toujours les jouets dernier cri, courant sans savoir où, s'agitant sans savoir pourquoi ? Oh ! ne dis rien, Père Noël, je sais : la réponse est dans le vent...

8 commentaires:

  1. Dame Marie-L ,
    L'humain est 1 sale engeance
    tout petit qu'il est
    il arrive à détruire son lieu de vie notre Terre à tous,
    Il détruit sans fin
    et va s'auto-détruire tout seul (maladie auto-immune)
    Et le père Noel n'y pourra faire grand chose
    Ni le père Fouettard d'ailleurs _________

    RépondreSupprimer
  2. Quelle vil'haine et re-vilaine cette Curare , je la déteste -
    Voici pour vous - pour vous consoler ces mots hurleurs,

    Noêl à foison Nöel à poison !

    Sous le sapin s'irradiaient mille paquets high-tech
    simulation de vie de cette nativité intrinsèque
    télé-réalité de parents à kiffer leurs chers enfants rois
    Ô les temps sont durs pour choisir ce kdo avec émoi
    parmi la profusion de tous ces jouets sensass
    quel trivial tracas que piocher dans la masse
    un ipod, un jean G-star, un parfum, de l'argent ?
    ou refaire sa chambre en baroque..affriolant !
    des vêtements, non le portable LG secret
    ou alors la xbox 360 ps3, sacré soirée !
    une wii, une play station, un compte en banque blindé
    yess une mustang Shelby GT500 quelle super idée !
    une Gibson les Pauls, la Fender de Strummer, mes aïeuls !
    un ordi mac portable? 1 dd externe, une meilleure gueule ?
    un diamant 40 carats, Mario Bros en 3d, un voyage à New-York ?
    sans oublier l'appareil numérique et hop dans le semi-remorque
    Bah t'façon, les parents aiment voir leurs enfants heureux,
    et puis le réveillon en famille c'est tellement savoureux !

    On voit tous les ans dans le ciel de notre Terre
    1 étrange bonhomme rouge qui chante dans les airs
    afin d'encourager ses rennes :
    '' Allez Tornade!, allez Danseur!,Allez Furie et Fringant!,
    En avant Comète et Cupidon!, Allez Eclair et Tonnerre!"
    Allons donc infester les songes des enfants
    avec l'exigence commerciale des parents..

    Si d'effort on pouvait au fond de nous voir plus loin que les envies des hommes
    quelque part sourdre 1 voix inaudible mais qui pourtant abandonne dans la nuit
    de Noêl quelques mots qui se perdent à l'infini car personne ne veut les attraper.
    Ces mots sont à retranscrire dans 1 cahier ou 1 bloc note d'ordinateur
    chaque être humain pourrait rajouter à son histoire
    ces mots qui un jour engendreront
    la légende .


    25/12/2008 - pour les enfants de Clem .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allons donc infester les songes des enfants
      avec l'exigence commerciale des parents...

      Voilà qui ne déplaira pas à Marc. Cela me rappelle l'une de ses récentes envolées diatribiques.

      Supprimer
  3. Flûte ! j'ai laissé la porte ouverte ! (sourire)
    Dites, Curare, il me semble que vous êtes suivie... (bis)
    Bon, les deux commentaires ne sont pas antinomiques. Ils ont tous les deux du nerf. C'est abrasif. J'aime assez ces coups d'épée. En tous les cas, ce n'est pas du petit lait.

    RépondreSupprimer
  4. Hé bien Dame Marie-L ,
    Vous vouliez de la surenchère, -

    Vous voulez pleurer ?

    1 jour que j'étais enfant, en primaire,
    L'institutrice décida d'organiser 1 tombola -
    C'était au alentour de Noël -
    Il y avait une petite fille au milieu de la classe,
    Elle était peut-être mal vêtue,
    Respirait-elle la pauvreté ou la pitié ?
    (Elle semblait souvent souffreteuse, asthmatique.. )
    Sa fiche indiquait qu'elle vivait dans un HLM
    (Aujourd'hui on dit logement social, je dis cela pour vos élèves Dame Marie-L et apprenez leur aussi les jeux de mots c'est
    amusant !)
    Le 1er prix était un poupon -
    Je ne saurais jamais pourquoi l'institutrice a triché
    Je ne saurais jamais pourquoi je suis rentrée chez moi avec ce jouet -
    Je ne sais toujours pas tricher avec les sentiments,
    Cela m'a rendu incurable de l'intérieur ,
    Car rapace transparente ceux pendant accrochés à mes frasques d'adulte, DamNed Marie-L
    (oui apprenez-leur les jeux de mots, étrangement Cochonfucius n'a jamais su ou pu ou voulu )
    Et
    Si je vous montre qui se cache derrière Curare_

    Je suis foutue , Vous serez conquise Marquise et moi
    Je m’enfuirai encore et toujours-
    Pour l'instant je navigue à mots découverts -
    Belle soirée à vous,
    Je traine ma lassitude sur des forums insipides
    Je m’entraîne et je n'ai pas sommeil -

    Coucou Justine, n'oublie pas ta lettre au Père Noel-

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Curare, je vous ai entendue. Vous savez, ici nous sommes une fratrie. Je sais que ça paraît un peu emphatique de le formuler ainsi (surtout à notre époque si plate), mais c'est ainsi. Ici non plus nous ne trichons pas avec les sentiments. C'est d'ailleurs ce qui nous réunit et nous soude. Nous ne sommes pas des mercenaires, comme dirait Marc, mais des guerriers libres. Guerriers par défaut car gens de paix. Mais le monde de l'engeance humaine est ce qu'il est. Voilà.
      Belle nuit à vous

      Supprimer
    2. J'ai oublié de vous rappeler que, n'étant pas enseignante (je n'en saigne pas), je n'ai donc pas d'élèves à qui je peux apprendre les jeux de mots. Dieu merci ! car pour ce que j'apprends sur l'Education Nationale, il vaut mieux ne pas en être !

      Supprimer