mardi 23 décembre 2014

Le Noël de Juliette

Teodora, qui vient de fêter ses 10 ans, a écrit ce petit conte de Noël que nous avons le plaisir de publier. Ah ! si tous les Noëls pouvaient être aussi miraculeux que celui-là !

Je m'appelle Juliette. Je ne suis pas une fille comme les autres. Je suis pauvre et sans famille mais je gagne un peu d'argent en faisant de la jonglerie dans la rue. Voici mon histoire...

Cela s'est passé au mois de décembre. Un beau jour, alors que le soleil n'était pas encore jaune, je me réveillai avec une idée en tête : fêter Noël ! Sauf que.. je ne m'étais pas demandée comment j'allais faire... Alors j'ai laissé cette idée dans un coin de ma tête et j'ai commencé à chercher de la nourriture. Il faisait froid et sombre. J'avais une faim de loup et j'étais glacée. Comme on n'y voyait rien, je ne pouvais pas vraiment me diriger. Mais bientôt le soleil se leva. Enfin ! Je pouvais maintenant tenter de trouver de quoi calmer ma faim. J'ai longtemps marché sans avoir rien vu de bon. Subitement, une odeur exquise flatta mes narines... Je la suivis et me mis même à courir, l'eau à la bouche. Hélas ! En chemin, je me rendis compte que je n'avais même pas assez d'argent pour pouvoir m'acheter quoi que ce soit ! Je décidai donc de rentrer, chercher mes accessoires de jonglerie et commencer mon numéro.

Des gens sont venus me regarder et leur nombre augmentait, petit à petit. Je me rendis compte qu'une fille me faisait signe depuis un bon petit moment. J'arrêtai alors de jongler pour aller voir ce qu'elle me voulait. Elle me demanda comment je m'appelais. Je lui répondis : «Juliette». Elle se présenta à son tour : «Moi, c'est Marie.» Nous parlâmes un peu de tout et de rien. Un moment donné, elle me dit : «Écoute, je suis riche. Je t'observe depuis des jours et j'aime beaucoup tes numéros et ta manière de jongler. Sachant que tu n'as pas beaucoup d'argent, j'ai décidé de t'inviter chez moi. Voilà. Acceptes-tu de venir ?». Je balbutiai un remerciement, confuse et rouge de plaisir. Je la suivis donc. Sa maison était très éloignée de l'endroit où nous nous trouvions. Quand je la découvris, si belle, j'avais envie d'entrer et de la visiter, pièce par pièce. Marie me présenta à ses parents, M. et Mme Dupont. C'étaient des personnes aimables, très élégantes mais plutôt sévères quand il s'agissait du travail. Mme Dupont m'offrit des nouveaux habits, notamment une robe avec des fleurs. On me demanda si j'avais faim. Je répondis que oui, un peu... alors qu'au contraire, j'avais énormément faim ! Je m'assis sur une chaise et commençai à manger. Il y avait là des choses vraiment exquises.

Les jours passèrent. J'appris beaucoup de choses : le français, les mathématiques, comment bien se tenir à table et se comporter quand il y a des invités... Marie me considérait comme sa sœur et ses parents comme leur fille. J'étais comblée, si heureuse de ma nouvelle vie. En échange, j'ai initié Marie à l'art de la jonglerie. Elle s'en amusa beaucoup !

Noël s'approchait. Nous avions déjà tout prévu : les chaussettes avec les bonbons, le sapin, le repas et beaucoup d'autres choses. Enfin, le jour arriva et toute la famille était réunie. Fêter Noël... Mon vœu s'était exaucé ! Tout le monde cria : JOYEUX NOËL !

Teodora P. décembre 2014
 
 Illustrations : toiles de Léon Bazille Perrault (1832-1908)

Teodora recopiant son manuscrit sur l'ordinateur.

9 commentaires:

  1. Très chère Teodora ce texte est à coupé le souffle.
    Il est sans doute moins long que celui de Sabrine
    mais la qualité est extraordinaire !!!!

    bravo ma louloute

    RépondreSupprimer
  2. Mes compliments, mademoiselle Teodora !

    RépondreSupprimer
  3. Je vais essayer
    D'extraire 1 larme unique
    Ou ma foi pas ! ______

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. entièrement d accord avec toi

      Supprimer
    2. Si vous êtes aigrie par la vie, n'empêchera pas les enfants de rêver. En plus, pour certains enfants pauvres, celà est arrivé. Mais, quand on est négative comme vous et que l'on ne croit en rien, vous serez une éternelle malheurs. Croire à l'invisible beauté humaine est le plus beau cadeau du monde et pour tous les enfants du monde entier ........

      Supprimer
  4. Tarentule Acidulée23 décembre 2014 à 20:39

    Vilaine & méchante Curare,
    Cruelle comme 1 sorcière
    Elle n'a jamais évidemment
    croisé celui ''qui aurait pu changer sa vie''

    RépondreSupprimer
  5. Merci Tiphaine et merci pour vous tous!!
    Je suis d'accord avec toi Tiphaine que le texte de Sabrine est un petit peu long( sans te vexer Sabrine)

    RépondreSupprimer