lundi 5 janvier 2015

Complainte


            Un sourire fugace, 
            Un regard qui s'efface ; 
            Un visage de passage, 
            Une image, un mirage ; 
            Un jour sur la rive, 
            L'autre en dérive ; 

           Je cherche ce qui est en moi ; 
           D'où alors me vient cet émoi ? 

           Où es-tu ? Je t'appelle ! 
           Ton nom, je l'épelle. 
           Las ! Le temps rugit 
           Et emporte ton effigie. 
           Demain, dès l'aurore, 
           Je t'espérerai encore ;

 Tu es au clair matin
 Mon vrai destin ; 
 Tu es au triste soir, 
 Mon seul espoir.  

 Ton cœur m'illumine, 
 Ton âme m'enlumine. 

 Qui es-tu, toi l'étrange ? 
 Es-tu un songe ou un ange ? 

 Quand monte la solitude,
 Quand descend l'hébétude.
 Ces pensées qui m'accompagnent  
 Me sont bonnes compagnes.