lundi 5 janvier 2015

Complainte


            Un sourire fugace, 
            Un regard qui s'efface ; 
            Un visage de passage, 
            Une image, un mirage ; 
            Un jour sur la rive, 
            L'autre en dérive ; 

           Je cherche ce qui est en moi ; 
           D'où alors me vient cet émoi ? 

           Où es-tu ? Je t'appelle ! 
           Ton nom, je l'épelle. 
           Las ! Le temps rugit 
           Et emporte ton effigie. 
           Demain, dès l'aurore, 
           Je t'espérerai encore ;

 Tu es au clair matin
 Mon vrai destin ; 
 Tu es au triste soir, 
 Mon seul espoir.  

 Ton cœur m'illumine, 
 Ton âme m'enlumine. 

 Qui es-tu, toi l'étrange ? 
 Es-tu un songe ou un ange ? 

 Quand monte la solitude,
 Quand descend l'hébétude.
 Ces pensées qui m'accompagnent  
 Me sont bonnes compagnes.

3 commentaires:

  1. Justine tu as du talent,
    As-tu entendu parler des oulipiens ?

    (Marc il est temps que tu ailles vers la princesse du Mossad pour les liens hyper-textes - c'est hyper important - -

    Compilation du dim., 04 janv. 2015, liste oulipo (donne-moi ton mail Justine je t'enverrai le lien - grrr)

    Le dernier repéré sur la toile - (sauf si Cochonfucius me contredit)

    El inconcluso

    Je suis l'impublié, l'omis, l'inachevé,
    La trame d'une somme à la plume mollie :
    La tentation te porte, ô lecteur éprouvé,
    A prendre pour néant mon étoile pâlie.

    Dans la bibliothèque où je gis entravé
    Rends moi le mot, la phrase entière, qu'on oublie
    Dans la littérature où l'on m'avait gravé,
    Fleur d'un coeur désolé par la prose salie.

    Des mélos, des polars, d'insipides pamphlets,
    Tant de vain remplissage imprimé surabonde.
    Je rêve m'isoler, me séparer du monde.

    Qui vaincra la géhenne où je suis refoulé,
    Recollant tour à tour mes fragments pour les lire ?
    Mes écrits sont soupirs, mon futur est délire.

    RépondreSupprimer
  2. Merci de prêter du talent à ma petite plume qui passe ici de temps à autre. Cela me fait vraiment plaisir. J'aimerais écrire davantage mais je dois vous avouer que je n'ai pas l'aisance de vous tous ici.

    RépondreSupprimer
  3. L'aisance vient avec force rage & patience, mon ange-
    On écrit si on est porté
    Par quelque 'chose' qui nous dépasse
    je parle pour la poésie
    et ne fais aucune allusion à Houetlebec ! (pour mal le citer)

    RépondreSupprimer