dimanche 4 janvier 2015

Jardin du Luxembourg


                          Je garde en mémoire notre promenade vespérale 
                          Au Jardin du Luxembourg qu'on eût dit d'Arcadie. 
                          Le soleil nous réchauffait de son ardeur estivale 
                          En cette mi-saison encore tout engourdie.

                          Je sortais de ma retraite pour t'aller rejoindre, 
                          Lâchant mes papiers, ma plume, mes livres 
                          En ce lieu enchanteur qui n'est pas le moindre 
                          Et où les muses vous soufflent des mots ivres. 

                          Sous l'ombrage des platanes, près de la fontaine, 
                          Je t'ai trouvée assise sur une chaise à accoudoir. 
                          Tu m'évoquais tant l'image de la Samaritaine 
                          Que j'eusse bien aimé te demander à boire. 

                          Toi, tranquille et sereine, le sourire au visage ; 
                          Moi te parlant surtout de physique quantique ; 
                          Le garçon, tout près, lisant ses livres d'images ; 
                          Toi, si attentive, et moi, presque emphatique ! 

                          Tu avançais, droite et digne, telle une vestale 
                          Quand un gros bourdon fit le tour de ma tête ! 
                          Nous devions sans doute avoir quelque allure florale 
                          Puisqu'une abeille, à son tour, te voulait faire la fête ! 

                          Tu me fis rire en me qualifiant de touche-à-tout. 
                          Il arrive que de moi plus rien ne te surprenne ! 
                          Nous devisions de choses et d'autres, mais surtout, 
                          Nous décidâmes d'acquérir une MacLaren.

10 août 2011

Toile de Vincent Van Gogh
En-tête : toile de Charles Courtney Curran (1861-1942)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire