vendredi 2 janvier 2015

L'amitié, c'est une rencontre, toujours

Ma bonne Amie, tu me fais repenser à ces mots d'Oscar Wilde : « L’amitié est infiniment plus grave que l’amour. Elle dure plus longtemps. » Infiniment plus grave... Plus dense donc, mais sans cette pesanteur qui s'empare un moment donné de l'amour (mot indu et souvent usurpé) qui, né le plus souvent du désir narcissique de soi par l'autre interposé, évolue aisément vers le rapport de force, une fois passé l'état de grâce des premiers temps, quand les trivialités de l'existence en général et les accaparements matérialistes de la vie moderne en particulier prennent peu à peu le pas sur ce qui n'était jamais qu'une émotion exacerbée et exaltée. Suffisamment trouble et troublante, du moins, pour amener les personnes à s'engager dans une aventure qui n'aboutira, dans plus de la moitié des cas, qu'à leur séparation, généralement au bout de sept ans. Bon, me diras-tu, il reste l'autre petite moitié... Certes, mais c'est souvent cahin-caha... et le côté pratique et confortable de la chose conjugale aide beaucoup à la résignation, du moins à se faire une raison. Or, si j'ai besoin de raisons supplémentaires pour rester avec quelqu'un, c'est que celle de départ n'en était pas une mais un simple prétexte pour, ne serait-ce qu'échapper à la solitude ou encore, parce que j'avais besoin d'une plus-value de moi-même. Si je t'aime, je t'aime et cette raison-là est suffisante et définitive. Si je t'aime pour compenser quelque chose en moi, je ne t'aime pas, je regarde simplement mon nombril.

Oui, l'amitié est infiniment plus grave car c'est une alliance sans contrat, sans exclusivité et donc sans contraintes. C'est aussi pour cela qu'elle dure plus longtemps, comme le dit Wilde. En cela, elle est réellement évolutive car elle dispose d'un terrain extensible à souhait. Mais là encore, tout dépend de notre niveau de conscience, qui conditionne notre capacité d'étendue, c'est-à-dire, aussi et surtout, à descendre dans la profondeur et à monter dans la hauteur. On a l'amitié que l'on mérite.

L'amitié dure plus longtemps, certes, mais dure-t-elle toujours ? Oui, si c'est de l'amitié, même si des amis peuvent être amenés à ne plus se voir, pour mille et une raisons. Un ex ami n'a jamais été un ami. Ou alors les mots ne signifient plus rien. J'aime assez ce que Philippe Bouvard dit de l'amitié: « Seul sentiment que l'âge renforce. On peut badiner avec l'amour mais pas avec l'amitié. Car, contrairement au premier, la seconde n'est pas dévastée mais embellit par l'augmentation de l'espérance de vie. » Ou encore ces mots de Marianna Bâ (c'est une écrivain sénégalaise) : « L'amitié a des grandeurs inconnues de l'amour. Elle se fortifie dans les difficultés, alors que les contraintes massacrent l'amour. Elle résiste au temps qui lasse et désunit les couples. Elle a des élévations inconnues de l'amour. » Rien n'est moins vrai !

Merci de reparler de l'espace vénérable, ce saint des saints de l'amitié, sa fontaine de jouvence, sa virginité toujours intacte. Tu sais, il y a si longtemps que je te connais, mais quand je te reverrai, je te rencontrerai pour la première fois car l'instant sera unique. Le dire ainsi ne rend absolument pas compte de la chose. Ces mots apparaissent comme une belle formule mais une formule tout de même. Or, il s'agit bien d'une conscience, c'est-à-dire d'une manière d'être et bien davantage : d'une réalité de son être. Une pleine acuité à l'autre, pourrait-on dire. À l'Autre, justement, qui doit demeurer autre que soi. Sinon, il n'y a pas de rencontre mais juste du contact. L'amitié, c'est une rencontre, toujours. Vois, comme je me réjouis de faire la tienne tantôt ! (sourire)