lundi 5 janvier 2015

Sororité

Dans ces yeux où brille une étoile que l'inquiétude pâlit, je vois toujours ces terres caressantes dont les courbes vallonnées ouvrent des horizons insoupçonnés ; dans cette bouche au sourire vacillant coule toujours ce miel aux mille senteurs des prés de la saison belle, quand, t'en souvient-il, heureuses et insouciantes, nous allions par les chemins dérobés et les sentiers oubliés, dans la fraîcheur bienfaisante des sous-bois où s'épanouissait la fleur blanche ; et ces mains jointes aux doigts parfois serrés me font toujours penser à une flamme de chair en laquelle les ardeurs viennent assagir leur incandes-cence, pointées en oraison vers la hauteur, tandis que nos regards étaient tournés vers la profondeur ; nous cherchions au cœur de nos mots encore verts le silence d'or de la maturité tranquille ; nous voulions donner à nos gestes naissants toute la noblesse du mouvement juste. L'espace qui nous habitait nous traversait et s'étendait au-delà de notre petite mesure. Nous désirions entrevoir les rivages de l'éternité, que la providence accorde parfois à la vue des mortels. Nous réalisâmes que nous étions le même être qui jouait à se décliner en chacune de nous et savions alors que plus rien ne serait comme avant. Nous avions changé de monde et le monde avait changé de nous... Cela nous fit tant rire que nous en eûmes le ventre meurtri. Nous nous traitions de folles mais nous ne l'étions pas. Cette lumière nous éclaire toujours et à jamais. Oui, ce jour-là, nous découvrîmes ce qu'est vraiment la sororité ; et par la suite, nous apprîmes également qu'il n'est rien au monde de plus rare et de plus précieux. Il est ainsi des choses que plus rien ne saurait défaire ni délier, quand même nous le voudrions nous-mêmes. Mais ni toi ni moi ne le voulons car on ne renonce pas à sa propre nature, tout comme la Nature ne renonce jamais à la sienne. Un jour, les hommes l'apprendront. À leurs dépens, je le crains bien.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire