samedi 25 avril 2015

La Roue des Anges : introduction


Selon les traditions cosmogonique et kabbalistique, les anges gardiens sont des esprits qui existent à l’intérieur de notre conscience et qui s’éveillent à nos appels. L’ange n’est pas séparé de notre personne, mais il n’est pas directement perceptible tant que notre vision est dirigée vers l’extérieur. L’ange se trouve à l’intérieur et à l’extérieur de nous, en fait nous sommes à l’intérieur de lui. 





Les 72 anges de la Kabbale sont des souffles et des noms sacrés. Selon les kabbalistes, l'invocation de ces génies ne devrait pas être un simple produit de consommation. Les anges ne sont pas juste nos serviteurs. L'appel à ces entités puissantes devrait uniquement servir à notre évolution intérieure. Il est important de savoir que les anges ont un double aspect, en effet ils ont aussi un côté négatif qui se retourne contre celui qui l'invoque à des fins égoïstes ou purement matérielles. Il est donc important d'user de prudence avant de libérer ces forces qui sont aussi des armes à double tranchant.

Les 72 anges (ou énergies) se partagent sur un cycle de 24 heures, chacun régissant une période de vingt minutes et durant laquelle il est particulièrement efficient. Ce cycle est symbolisé par la roue des anges, très présente comme élément de décoration sur de nombreux édifices religieux anciens, les cathédrales notamment, sauf qu'elle n'avait pas une fonction purement décorative. Cette roue, également appelée "Pierre de vie", a fait l'objet d'études très sérieuses. Ainsi, Jacques Bonvin, sensibilisé par ses recherches en énergétique sur le monde des formes, s'est intéressé plus particulièrement au problème de la tripartition des énergies, telle qu'elle apparaît dans le symbolisme celte du Triskel, et telle que l'ont utilisée les bâtisseurs d'églises romanes. De là, est né un émetteur de formes, issu de l'énergétique celte et fabriqué selon le procédé géopolymérique utilisé par les anciens Égyptiens pour construire la Pyramide de Khéops, le principe de la Pierre Coulée. Et cette pierre, particulièrement énergétique a donné d'étonnants résultats, aussi bien en géobiologie, qu'en régénération alimentaire, dynamisation de l'eau, fermentation ou thérapies. 


La Triple Julia Set

La roue des anges correspond à la Triple Julia Set, un triskel, donc, qui tourne dans le sens des aiguilles d'une montre. A l'instar de la Swastika (une roue de symbolique solaire), il s'agit d'un symbole indo-européen fort ancien et que l'on retrouve dans la Grèce antique. Le triskel, comme toutes les formes spiralées, est un symbole d'énergie. Les premières spirales connues ornent le tumulus mégalithique de New Grange en Angleterre. Cela nous ramène à plus de 5000 ans en arrière. Ultérieurement, les Celtes utilisèrent à leur tour la force de ce principe triunitaire et que l'on retrouvera plus tard dans la Trinité des églises romanes. En Bretagne, pays des triades celtiques, la tradition a gardé ce symbole, réputé très bénéfique. Sa fonction première et foncière, dans les églises, était d'élever l'énergie spirituelle du lieu et par conséquent de ceux qui venaient s'y recueillir.

Triskel de l'église de Tonquedec (Bretagne)

Triskel de la cathédrales de Coutances (Basse-Normandie)