jeudi 14 mai 2015

La préhistoire de l'Héraldie

Peu de gens savent, à part le brillantissime Cochonfucius, qu'à l'origine le bestiaire héraldique était fort étrange. Ainsi les Chiens étaient bicéphales et il n'était pas exceptionnel de les voir voler avec des Aigles dans un ciel de sinople. La nuit, on rencontrait de nombreux Tourteaux toujours accompagnés d'encore plus nombreux Jupiters.





Un jour, surgit de l'inframonde le fils de l'effroyable seigneur du vide : le Vorace hexapode. Ce jour fut terrible en cette vieille terre d'Héraldie car bien sûr, ne supportant pas la lumière, le Vorace hexapode céda à une colère sans limites si bien que le beau soleil d'Héraldie explosa en mille petits soleils de gueules. Le Vorace hexapode triomphant, hurlant, se rua sur les soleils et les avala presque tous les uns après les autres. On dit que n'en pouvant plus il accumula ceux qui restaient dans une région encore inconnue aujourd'hui. Les anciens évoquent parfois, mais toujours avec beaucoup d'émotion, cette terre maudite où les provisions de gueules du Vorace hexapode sont cachées.

Après une telle catastrophe, Héraldie était dévastée. Les bêtes n'osaient plus sortir. Fort heureusement les Goupils d'azur qui ne se résignent pas facilement, franchirent le pas de leur porte et comme il ne restait que des Grands arbres à fraises, ils donnèrent l'exemple et en goûtèrent. C'est ainsi que survécut le bestiaire héraldique. Pendant plusieurs siècles les bêtes ne mangèrent que des fraises qui étaient délicieuses quand le ciel était d'or.



Il fallait vraiment désirer vivre, à cette époque en Héraldie, pour ne pas disparaître car Vorace hexapode surgissait souvent pour avaler la lumière, mais rien ne pouvait atteindre les Grands arbres à fraises. Ils semblaient indestructibles. Cela exaspérait Vorace hexapode au plus haut point et il redoublait alors de colère. Lorsqu 'enfin il était épuisé, il retournait dans sa terre aux soleils de gueules et les Goupils d'azur entraînaient courageusement le bestiaire héraldique vers les arbres à fraises.


Le combat contre le Vorace hexapode dura des siècles, le Lion héraldique afin de garder la lumière luttait tous les jours mais il avait atteint ses limites de résistance et il devint perplexe: son corps se désarticulait. Son temps était dorénavant compté. Les Goupils d'azur continuaient à conduire les bêtes aux Grands arbres à fraises mais honnêtement ils commençaient à se désespérer de la situation...

Cependant, un beau matin, les bêtes sentirent un souffle de vent glacé qui leur sembla bénéfique et en effet il l'était. Ce souffle boréal apportait toutes sortes de pollens qui fertilisaient la terre d'Héraldie brûlée par l'explosion du soleil en mille soleils de gueules. Vorace hexapode, vaincu par cette énergie vitale se retira définitivement dans son territoire aux soleils de gueules. Tous les jours Héraldie refleurissait un peu plus: herbes, arbres et rivières chantaient. Les Grands arbres à fraises disparurent laissant toute la place au Soleil d'or.


Tout semblait rentrer dans l'ordre en Héraldie, lorsqu'une Nef boréale venue de l'horizon, accosta. Aucune bête ne connaissait les Nefs et elles pensèrent que c'était une nouvelle catastrophe qui allait s'abattre sur elles lorsqu' un fringant papillon, le pilote de la Nef, vint les rassurer: cette Nef était le signe de la naissance de l'humanité en Héraldie.

La rencontre entre l'Humanité et le bestiaire héraldique fut étonnante. L'être humain, une fois accosté grâce à la Nef boréale, rechercha l'amour absolu et tenta de séduire tout le bestiaire héraldique mais sans succès. Il faut savoir en effet que les animaux héraldiques sont très soucieux de leur rôle à jouer en Héraldie et ils ne se laissent pas facilement détourner de leur devoir! Cependant comme l'être humain continuait envers et contre tout à séduire toute créature héraldique, le Lion héraldique qui maintenant se portait fort bien depuis que Vorace hexapode s'était réfugié sur la terre des mille soleils de gueules, décida de confronter le désir humain à la Licorne héraldique. Le vaincu devrait se soumettre aux ordres du vainqueur.

Le désir de séduire rencontra donc la Licorne et lui proposa son amour. Le désir (c'est bien connu) veut abolir le vide et il ne comprenait pas que la Licorne qui le refusait, ne craigne pas ce vide. Cela lui semblait totalement anti-naturel. La Licorne lui révéla alors son secret: "Je suis une illusion." Elle existait sans exister! Elle se situait entre le rêve et la réalité! Elle était le vide et l'absolu tout à la fois ! Il ne lui manquait rien mais il lui manquait aussi tout ! Une créature impossible donc.

Le désir humain avait perdu, il était obligé d'abdiquer devant une telle créature. Il attendit donc ses ordres.

La Licorne s'approcha et lui ordonna de laisser le bestiaire héraldique en paix, il n'était plus question dorénavant qu'un Taureau puisse être séduit par une femme par exemple ! L'être humain pouvait séduire certes mais uniquement des êtres humains. Telle fut la règle entre humains et bêtes en Héraldie.

Il en résulta un ordre nouveau: l'ère de l'argent, de l'azur et de l'or. Au cours de cette ère les monstres et les animaux furent séparés, cela plut beaucoup aux Goupils d'azur qui se mirent à rêver de la lune à tel point qu'ils devinrent d'or.

Vorace hexapode, à jamais enfermé en inframonde aux mille soleils de gueules se mit à étudier le Bouddhisme car il espérait en son fort intérieur pouvoir devenir meilleur dans une autre vie et cela malgré tout ce qu'il avait fait.


Le vent glacé qui avait sauvé l'Héraldie s'apaisa mais cycliquement il se levait et déclenchait une tempête de neige, cette période fut nommée: hiver en Héraldie. Les habitants d'Héraldie : humains ou bêtes redoutaient plus que tout cet hiver car ce vent froid permettait, à cause d'une loi physique : " la température se déplace toujours du chaud vers le froid", à Vorace hexapode d'introduire en Héraldie quelques soleils de gueules, histoire de réchauffer l'atmosphère !
Cela réveillait l'inconscient collectif de tous les Héraldiens qui se remémoraient alors avec angoisse le terrible jour ou Vorace hexapode avait tenté de brûler l'Héraldie.

La situation instable de l'Héraldie inspira aux Héraldiens la crainte de l'autre.

De cette crainte de l'autre naquit une tension folle : le Lion héraldique se disloqua en commensaux certes valeureux mais néanmoins commensaux. C'est précisément à ce moment que le bestiaire héraldique se dédoubla, de là viennent l'Aigle bicéphale, l'izard bizarre, le Lion centaure, Monstreloup, Renard-paon, le Démon forestier, j'en passe et des meilleurs…


















Alors l'ordre changea à nouveau en Héraldie : Vorace hexapode à force d'étudier le bouddhisme devint hybride. Je m'explique: malgré ses trois mille ans de prières il n'avait aucune ride, mais le plus merveilleux était que Bouddha lui-même l'avait entendu puisque son cœur devenait pur malgré son passé obscur .

Grâce à cette pureté, un beau jour il surgit sous forme du Grand bélier-triton mais pour sortir vraiment de l'inframonde il fallait qu'il affronte la Mort. Elle se présentait à lui sous la forme de sa propre âme: celle des béliers morts, qui luisait au dessus d'un grand pont d'argent. Fallait-il donc qu'il s'affronte lui-même ? Était-ce possible ?

Vorace hexapode était au bord du gouffre: il fallait qu'il s'affronte lui-même. Personne ne fut témoin de ce combat entre le grand Bélier-triton et l'âme des béliers morts mais ce qui en résulta fut le jour et la nuit l'un en l'autre réunis. Le jour était de sable et la nuit d'or.

C'est de cette harmonie que naquirent les Héraldiens tels qu'ils sont encore aujourd'hui : excellents cavaliers, prompts et toujours en quête d'honneur et de gloire.Les Héraldiens comprirent très vite qu'il fallait aussi cultiver leur esprit. Alors quatre tâches essentielles furent réparties en Héraldie. Il y eut les forgerons qui travaillaient, ciselaient, décoraient les plus belles armures et heaumes. Il y eut les jongleurs si drôles et si agiles que les esprits les plus désespérés retrouvaient leurs lumières et leurs couleurs auprès d'eux. Le culte de la beauté de l'esprit et du corps, symbolisé par la rose de gueules tigée et feuillée de sinople, fut très pratiqué en Héraldie, les Héraldiens avaient réalisé en effet que le respect de l'autre commençait par le respect de soi-même. Enfin à chaque nouvelle lune d'azur, Héraldie était en fête car la lune d'azur signifiait le début des vendanges or sachez que quiconque a goûté le vin d'Héraldie ne quitte plus jamais cette terre.


FIN du conte : La préhistoire de l'Héraldie. 
Inspiré et illustré par Cochonfucius.