mardi 26 avril 2016

Cochonfucius - Poésie héraldique - Recueil 2


L'indexation des dernières compositions héraldiques de notre ami Cochonfucius m'offre l'occasion de saluer, enfin, son heureux retour. À la floraison généreuse du printemps s'ajoute celle de sa poésie qui nous manquait à tous. Le lecteur sensible et attentif aura noté la singularité de ces nouvelles compositions réunies en un second recueil. Avec un si bel équipage, vogue la nef Héraldie vers le Grand Large !


Chevalier-charcutier
Drac d'azur 
Hyménoptère 
Veilleur de nuit 
Tétracéros de sinople 
Maître des serpents 
Ambigrue 
Octopode en octobre 
Arvers (le feuilleton) 
Ambidromadaire 
Loi de l'oie 
Saint Patron-des-Pompiers 
Autre réponse aux vers d'Arvers 
Cheval tétracéphale 
Eglise des Trolls 
Porte-drapeau 
Ambirédacteur 
Hexacoq 
Moine-Porc 
Ours bipolaire 
Cuisiner en musique 
Planète des monotrèmes 
Chasseur d'insectes 
Monstrecoq 
Arbre sauvage 
Cracheur de flammes 
Monstrechat 
Nouvelle exoplanète 
Ambisirène 
Le Chevalier au Lion 
Deux fiers hippocampes 
Jean de La Ceppède et Cochonfucius en voyage 
Jean de La Ceppède et Cochonfucius: dialogue 3.
Jean de La Ceppède et Cochonfucius: dialogue 2. 
Jean de La Ceppède et Cochonfucius: dialogue 1. 
Singe de sinople 
Ambiphénix 
Trois danseuses 
Joli petit canard 
Saison des vendanges
Deux petits dragons verts
Gertrud Kolmar und Cochonfucius
Rimbaud à Ronceveauxl
Amborignal
Oiseaux querelleurs
Janus-Pie
Cour du dragon
Chevalier sans tête
Ambicoyote
Ambiméduse
Alcool de fruits
Le secret de Polichinelle de la licorne
Ambilicorne
Dragon d'Egypte
Fier céphalopode
Nef de bel azur
Arbre à démons
Lyre à chevrons
Vigne des anges 
Quadrivénusiens 
Tétralicorne
Tétragastéropode
Jumarts
Dispersion
Ambibonhomme









Petit oiseau rouge 
Autoportrait Liliana Negoi and  C.)
Planète des basilics 
Tripode bicéphale  
Deux saintes vaches
Trois sourires
 Un oiseau lacanien
Ambiphants cosmopolites 
 Adoption de Romulus et Rémus
 Terre du roi de sable
La papesse Jeanne 
 Pierre Cauchon
Trois nefs bizarres 
Cavalier aéroporté
Planète des danseurs bicéphales 
 Petite vestale
 Soleil vert
Nef des macaques 
Impératrice des salamandres 
Coq de jour et Coq de nuit 
L'oie de cause à effet 
 Diable-veau vert
 Lit
 Avec Francis Jammes
Lao-Tseu transmet la voie au douanier
 Vieux guide
Maître et papillon
 Lions océaniques
Nef de l'ange étrange 
Maîtresse des hérissons 
Deux grands sorciers 
La planète des rois 
Charlie-Schlingo 1955-2005 
Anachorète 
Aigles d'or et de sablel 
Echanson 
Planètes des tétracéphales 
 Fantôme d'Alésia
Hexapodologie nébuleuse 
Acrobate du temps jadis 
Seigneur des Trolls 
Empire aboli 
Aigle-lion 
Trollville 
Blasonner 
Sainte-Vache
Ambiphants






22 commentaires:

  1. Quel retour Cochonfucius, mais quel retour!

    RépondreSupprimer
  2. La statue représente Saint-André, reconnaissable à la croix en sautoir (X) qui en est l'emblème. Voir à cet effet "La croix en héraldique".

    Le Blasonneux

    RépondreSupprimer
  3. Il y a t'il un lien entre les deux personnages ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La croix de Saint-André symbolise la lumière manifestée.

      Supprimer
    2. Et aussi, à cause de sa forme en X, L'École Polytechnique.

      C'est la croix de Saint André, ici au monastère de Daoulas en Bretagne.

      Supprimer
    3. Tu es diplomé de cette école ?
      Personnellement j'en sors mais j'ai fait ma formation par correspondance, en cours du samedi soir sur Canal + et en crypté, faute de bourses, d'étude.
      Je pensais qu'il y avait aussi que toi et Saint André aviez le même barbier.

      Supprimer
    4. C'est donc toi sur la photo !

      http://lutecium.fr/stp/cochonfucius/tangente.html

      Supprimer
    5. Voir aussi

      https://paysdepoesie.wordpress.com/2014/10/17/sur-la-montagne/

      Supprimer
  4. Respect! La littérature, les mathématiques.. Héraldien érudit. Je suis curieux de te connaître. Parmi les milles questions que j'aimerais te poser, Comment as-tu connu Wolinski ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'étais en 1972 dans un lycée du boulevard Saint-Michel, et la rédaction de Charlie Hebdo état à deux pas, derrière la place Maubert. Un endroit accueillant.

      Supprimer
    2. Je viens de trouver sur internet la composition de l’équipe d’alors ;

      Directeur de la publication: Georges Bernier / Rédacteur en chef: Wolinski
      - Ange tutélaire: Cavanna / Espion: Willem
      - Dessinateurs: Wolinski, Reiser, Cabu, Gébé, Willem,
      - Rédacteurs: Cavanna, Delfeil de Ton, Isabelle, Fournier, Pr. Choron,

      As-tu gardé des contacts avec eux ?

      Quoi qu’il en soit ta peine devait être immense quand tu as appris l’attentat. Sans les connaître autrement que par leur oeuvre et quelques reportages télévisés, j’imagine qu’effectivement l’accueil devait être bon, c’était des « gentils ». Difficile d’être leurs "dignes héritiers » (je te cite), pousser aussi loin la liberté d’expression n’est pas donné à tout le monde. En fait elle n’est donné à personne, c’est à chacun de la conquérir. C’était des grands conquérants, ils l’ont payé de leur vie. Les français (dans leur majorité) savent ce qu’ils leur doivent, ils leur ont témoignés leur amour dans la rue. Juste retour des choses. Ceci dit, Charlie n’est pas mort, longue vie à lui.

      Y avait-il ce que l’on appelle de la mixité sociale à polytechnique à cette époque ? Toi-même, de quel milieu social es-tu ?

      Merci pour le partage comme dit fort justement Luciole.

      Supprimer
    3. Polytechnique n'entraîne aucune dépense parentale, ce que mon père et ma mère, gens modestes, ont bien apprécié.

      On y voit aussi des enfants de notaires et autres, mais à dix-neuf ans, cela ne crée pas vraiment de barrières.

      Supprimer
  5. Ton mérite n'en est que plus grand vu la condition sociale de tes parents. j'imagine leur fierté. J'aurais été étonné qu'il n'en fut pas ainsi, les gens de Charlie avait une couleur politique même si tout le monde en prenait pour son grade. As-tu participé d'une manière ou d'une autre au journal ? Étais-tu seulement spectateur ou prenais-tu part aux débats, voir as-tu rédigé quelque chose ?

    RépondreSupprimer
  6. As-tu toujours écrit des sonnets ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelques-uns quand j'étais jeune, mais j'ai vraiment commencé en 2010, l'année de mes 56 ans.

      Supprimer
  7. Je te croyais plus âgé à la lecture de certains de tes derniers poèmes dans lesquels tu parles de ta vieillesse. J'ai cru comprendre aussi que tu étais malade, là dessus je ne me trompe sûrement pas. Ca semblait sérieux, j'ai même pensé que tu étais hospitalisé, c'était peu après ton déménagement. Très impressionnant ton appartement avec des livres partout et des décorations, même au plafond. Des mots, des dessins tout autour de ton bureau sur lequel tu déposais encore des mots. C'était comme une grotte, une grotte de poésie. Je suis loin d'avoir lu tout tes sonnets vu comme tu es prolifique ! Je me suis rendu compte qu'ils portaient sur des thèmes différents. La première fois que je t'ai lu c'était un poème que tu avais mis en commentaire d'un poème de Pasolini, je ne me souviens plus de son prénom, tu lui rendais hommage et puis j'en ai lu d'autres sur ton blog, autobiographiques et maintenant il y a tes poèmes "héraldiques". Avant d'écrire des sonnets, écrivais-tu d'autres choses, des poèmes, des textes en prose, as-tu été édité ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai eu un chapitre (Contestation Artificielle) dans un livre en 1991 :

      http://www.ccic-cerisy.asso.fr/atlanTM91.html

      et j'ai mis en ligne quelques notes de lecture :

      http://lutecium.org/stp/cochonfucius/artslivres.html

      ainsi qu'une participation à celui-ci :

      https://gilgphoto.wordpress.com/2016/01/03/livre-microcosmes-publications-graines-de-vent/



      Supprimer
    2. Voir également

      http://www.macadam-forum.net/t2869-morceaux-de-l-an-1-premiere

      ainsi que

      http://www.macadam-forum.net/Morceaux-de-l-an-1-Le-recueil-h29.htm

      Supprimer
    3. Je viens de lire qu’Aragon considérait les chercheurs comme de véritables poètes, de véritables artistes. J'ai trouvé cette information dans un commentaire du Fou d'Elsa dont j'ai perdu la référence, je vais la rechercher et je reviens.

      http://www.agota.be/aragon/archives/cepages/Presentation_Fou_d_Elsa.pdf

      On y apprend aussi qu'il a légué ses manuscrits et ceux d’Elsa au CNRS. C’est difficile à concevoir pourtant ce lien qu’il fait entre la recherche et la poésie pour moi, qu’en penses-tu toi qui fut chercheur et qui poète ?

      Supprimer
    4. Une réponse dans

      http://lutecium.org/stp/cochonfucius/chercheur.html

      Supprimer