vendredi 30 septembre 2016

Ô la pluie ! Ô le vent ! ...


Blason d'Anjeux

Ô la pluie! Ô  le vent! Ô les vieilles années!
Dernier baiser furtif d'une saison qui meurt
Et premiers feux de bois au fond des cheminées!
L'hiver est installé, sans sursis, dans mon coeur.

Vous voilà de retour, mes pâles bien-aimées,
Heures de solitude et de morne labeur,
Fidèles aux lueurs des lampes allumées
Parmi le calme oubli de l'humaine rumeur.

Un instant, j'ai pensé que la plus fière joie
Eût été de m'enfuir, comme un aigle s'éploie,
Au lointain rouge encore des soleils révolus.

Et j'enviais le sort des oiseaux de passage.
Mais mon âme s'apaise et redevient plus sage,
Songeant que votre amour ne me quittera plus.

Jean de La Ville de Mirmont
(1886-1914)

_____

Parti ; au premier d'azur à un haut-fourneau d'argent maçonné et ouvert de sable, enflammé de gueules, au deuxième d'argent à un corbeau de sable, becqué de gueules, au troisième d'or à une ondée d'azur chargé de deux poissons d'or.

Arvers (le feuilleton)

                                                                
 Blason de Florensac

  Fréchette est marchand de mystère,
   Ses modèles sont bien conçus :
   Et (je ne vais point vous le taire)
    Je pense l’avoir toujours su.

     Loin de passer inaperçu,
      Il brille comme un solitaire ;
     Rares les citoyens sur terre
       Qui mieux que lui seraient reçus !

    S’il veut qu’avec lui l’on soit tendre,
  Il lui suffit de faire entendre 
 La lyre accompagnant ses pas. 

En devenant sa mie fidèle, 
 La muse veut qu’il ait tout d’elle,
 Même ce qu’elle ne sait pas. 

                                          


_____


 D'azur à un sac d'or rempli de fleurs d'argent
 

Ambidromadaire



image de l'auteur

J'admire le talent de l'ambidromadaire :
Il sort depuis sept ans sa blague hebdomadaire,
Et plus d'un internaute en fait la collection.
En riant à ses mots, je songe à mon grand-père.

Loi de l’oie


image de l’auteur

L’oie magique a pondu sans bruit
L’oeuf fécondé par un monarque,
Un jour qu’il voguait dans sa barque
Juste après la fin de la nuit.

La jeune oie, dans l’oeuf contenue,
Sire, aura-t-elle vos beaux yeux ?
Enfants des rois, enfants des dieux,
Votre nature est mal connue.

Les seigneurs sont parfois follets,
Leurs amours en sont le reflet,
Témoin Jupiter et ses brunes ;

Au ciel,un ange a chuchoté :
« Ce qui commence d’exister,
C’est plus beau qu’un enfant de lune. »

Saint patron des pompiers



image de l’auteur

C’est un saint, c’est presque un ange
Versant plus d’eau que le Gange
Et soufflant des tonnes d’air
Sur les feux brûlants et clairs.

Quand sa main surgit de l’ombre,
Les démons, en très grand nombre,
Ont plus froid qu’en plein hiver,
Nus qu’il sont, comme des vers.

Il renverse une marmite
Sur la flamme qui crépite,
Et l’esprit du feu se perd,
Comme noyé dans la mer.

jeudi 29 septembre 2016

Autre réponse aux vers d’Arvers





              Image de Pierrette                                                        Blason de Cornillon- Confoux                

La poésie ne craint l’ombre ni le mystère ;
Car tout ce qu’elle exprime est clairement conçu.
En dévoilant son âme elle arrive à se taire,
Elle ne cache rien, nous l’avons toujours su.

Poète, si tu crains de vivre inaperçu,
Si les imprécations d’un moine solitaire
Te semblent obscurcir le jour sur cette terre,
Ne t’inquiète donc point, ton texte est bien reçu.

Celle qui est pour toi la plus mignonne et tendre
Toujours éprouve un peu de plaisir à t’entendre
Et à fouler le sol où s’égarent tes pas ;

Toi, sur elle posant ton doux regard fidèle,
Tu ne cesseras point de marcher auprès d’elle ;
Que dirons-nous de plus ? Ton coeur ne s’en plaint pas.

Cochonfucius 


____

- De sable à un chevron d'argent accompagné en chef de trois 
étoiles d'or et en pointe d'une silhouette humaine aussi d'argent.

- De sable, à une femme d'argent tenant de sa main dextre un croissant du même, ayant sa main senestre fermée, à la réserve de l'index et posée au milieu de l'estomac, l'index vers la pointe.

Il sonetto, le sonnet.



Dante il mover gli diè del cherubino
E d'aere azzurro e d'or lo circonfuse;
Petrarca il pianto del suo cor, divino
Rio che pe' versi mormora, gl'infuse.

La mantuana ambrosia e'l venosino
Miel gl'impetro da le tiburti muse
Torquato; e come strale adamantino
Contro i servi e' tiranni Alfier lo schiuse

La nota Ugo gli diè de' rusignoli
Scotto i ionii cipressi, e de l'acanto
Cinsel fiorito a' suoi materni soli.

Sesto io no, ma postremo, estasi e pianto
E profumo, ira ed arte, a' miei di soli
Memore innovo ed a i sepolcri canto.

Giosue Carducci
(1835-1907)


***


Dante lui donna l'allure d'un chérubin
Et le ceignit sur fond d'azur d'une auréole;
Pétrarque y a coulé la plainte de son coeur,
Divin ruisseau qui en ses vers murmure.

Torquato transfusa des muses tiburtines
L'ambroisie de Mantoue et le miel vénosien,
Et Alfieri comme une flèche adamantine
Contre les lâches et tyrans le décocha.

Des rossignols Ugo lui apporta la note
Egrenée du Cyprès ionien, et l'orna
De l'acanthe fleurie aux soleils maternels;

Moi, non sixième mais dernier, au souvenir
De mes jours seuls je renouvelle extases, pleurs,
Parfum, colère et art et je chante aux sépulcres.

Traduction d'André Ughetto

Sonnet d'Arvers



Blason de Campigny

 
Mon âme a son secret, ma vie a son mystère,
Un amour éternel en un moment conçu:
Le mal est sans espoir, aussi j'ai dû le taire,
Et celle qui l'a fait n'en a jamais rien su.

Hélas! j'aurai passé près d'elle inaperçu,
Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire.
Et j'aurai jusqu'au bout fait mon temps sur la terre,
N'osant rien demander et n'ayant rien reçu.

Pour elle, quoique Dieu l'ait faite douce et tendre,
Elle suit son chemin, distraite et sans entendre
Ce murmure d'amour élevé sur ses pas.

A l'austère devoir, pieusement fidèle,
Elle dira, lisant ces vers tout remplis d'elle
"Quelle est donc cette femme?" et ne comprendra pas.

Félix d'Arvers (1806-1850)


_____


Coupé crénelé, de gueules à deux pigeons d'argent affrontés ; au second d'or à une branche de frêne de sinople.

Commentaire de: Eli, Eli, lama sabachthani ?



 Canton de Schwytz


« Mon dieu, mon dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » Cette parole du Christ est la parole la plus amoureuse qui soit. Chacun en connaît la vibration intime. Aucune vie ne peut faire l’économie de ce cri. Cette parole est le cœur de l’amour, sa flamme qui tremble, se couche et ne s’éteint pas. Elle est aussi bien la seule preuve de l’existence de Dieu : on ne s’adresse pas ainsi au néant. On ne fait pas de reproches au vide.

Après, plus rien- l’arrachement du souffle, l’énergie qui déserte ce qui n’est plus que chair pourrissante. Cette dernière flambée de la parole fait du Christ mieux qu’un ange : notre frère angoissé et fragile ; « Mon dieu, mon dieu pourquoi m’as-tu abandonné ? » Ce cri qui s’en va exploser contre la gueule de marbre d’un Dieu muet, fait de celui qui le jette notre intime, le plus proche d’entre les proches : nous –mêmes quand la confiance s’en va de nous comme le sang par une veine coupée et que nous continuons à parler amoureusement à ce qui nous tue.

Il faut que le noir s’accentue pour que la première étoile apparaisse.

Christian Bobin , « l’Homme Joie »

_____


 De gueules, à la scène de crucifixion au naturel.


Les visions d'Ezéchiel

Prophète déconcertant, Ezéchiel a vu des choses étonnantes durant son existence: des ossements desséchés qui, sous l'action de Dieu, reprennent vie; un char tiré par quatre créatures étranges portant le trône du Seigneur; et même le futur aspect du Temple de Jérusalem, tel qu'il serait reconstruit.
L'homme, le lion, le taureau et l'aigle, qui apparaissent au prophète Ezéchiel dans une vision (Ez 1, 5-12), deviendront pour les chrétiens, les emblèmes respectifs des évangélistes Matthieu, Marc, Luc et Jean.





 






mercredi 28 septembre 2016

Cheval tétracéphale


image de l'auteur


Mes quatre chefs tournés vers les quatre horizons,
Je cherche à délivrer ceux qui sont en prison,
Si leur condamnation provient d'une injustice ;
Mais bien peu de gardiens me donneront raison.

Souvenir


.
                                               Blason de Saint-Léonard de Noblat, en haute-Vienne.

                      Elle avait des cheveux blancs, doux, soyeux et fins.
                      Son léger accent nous rappelait ce vieux limousin,
                      parcouru de sa cuisine jusqu'aux landes de bruyères.
                      Je crois qu'en sa présence, nous ne manquions de rien 


_____


D’azur aux fers de prisonnier d’argent posés en face accompagnés de trois fleurs de lys d’or



Église des trolls



image de l’auteur

Les trolls ont consacré leur temple merveilleux,
Une vaste taverne où boivent les archanges ;
Sur la bière, la mousse est une fière frange,
Qu’en son calice boit l’archevêque aux yeux bleus.

Au soir, les saints propos deviennent nébuleux,
S’y glissent en passant des paroles étranges :
L’un dit que l’arc-en-ciel est une écharpe orange
Et l’autre, que la lune a perdu ses cheveux.

Une dame trollesse en une niche est peinte ;
Maint fidèle, adorant la polychrome sainte,
Lui voue, en sa détresse, un chant désespéré.

Elle reste muette, impassible, et trop fière !
Car son prince charmant est dans un cimetière,
Il dort dans un caveau, sous les cierges dorés.

Porte-drapeau


image de l’auteur

Il représente son pays,
Ce porte-drapeau pacifique ;
Sous son casque est épanoui
Son minois doux et magnifique.

Quand il trône, tel qu’un nabab
Qui sous un baobab repose,
On dirait qu’un air de rebab
Vient adoucir son teint de rose ;

Mais, quand ses yeux sont lumineux,
Que de guerre il porte genèse,
C’est un effroi vertigineux
Que produit son regard de braise.

L'homme aux mains d'or: sonnet 16.




 Blason de Pellegrue 

Le blason abandonné

Dans un milieu diffus mais pourtant exploré.
Somnolent et agité, il est l'apanage
Des moqueries des autres. Alors il reste sage
Mais lucide, et garde ses blessures estompées

Dans une zone muette sous forme latente.
Un cisaillement tangentiel, sans relâche,
Assombrit ses couleurs, si bien qu'il sent la pente
Sur laquelle il va glisser. Serait-il un lâche?

Non, car soudain il voit le ciel étoilé.
Alors tel un explorateur qui cherche des
Ressources, il réanime sa conscience des

Etendues où l'on peut voir les formes les plus
Extraordinaires du bestiaire. Ainsi
Il évacue sa peine et reste très poli. 

_____


D'azur à la grue d'argent tenant sa vigilance du même





mardi 27 septembre 2016

La fontaine de Vaucluse



Image de Pierrette 
 
Mille, et mille bouillons, l'un sur l'autre poussés,
Tombent en tournoyant, au fond de la vallée;
Et l'on ne peut trop voir la beauté signalée,
Des torrents éternels, par les nymphes versés.

Mille, et mille surgeons, et fiers et courroucés,
Font voir de la colère à leur beauté mêlée;
Ils s'élancent en l'air, de leur source gelée,
Et retombent après, l'un sur l'autre entassés.

Ici l'eau paraît verte, ici grosse d'écume.
Elle imite la neige, ou le cygne en sa plume;
Ici comme le ciel, elle est toute d'azur;

Ici le vert, le blanc, et le bleu se confondent;
Ici les bois sont peints dans un cristal si pur;
Ici l'onde murmure, et les rochers répondent.

Georges de Scudéry (1601-1667)

_____

Contre palé d'azur et d'argent, à une croix recroisetée d'or brochant sur le tout.

David: le poète musicien.



 Blason de la famille d'Irlande
 
Musicien et poète, David a souvent été représenté par les peintres avec un instrument à cordes. Selon la tradition, il aurait composé la moitié des psaumes que l'on trouve dans l'Ancien Testament. Les psaumes sont des poèmes religieux chantés, dans lesquels les hommes confient à Dieu leurs peines et leurs espérances.

_____

D’azur à la harpe d’or cordée d’argent

David et Goliath



Blason famille d'Arjac


L'affrontement semble inégal: d'un côté, Goliath, géant philistin doté d'une force extraordinaire; de l'autre, David, un jeune berger frêle qui ne possède que son lance-pierre. On connaît le résultat: le caillou que David lance avec sa fronde atteint Goliath en plein front. Les Philistins effrayés par la mort de leur champion, sont mis en déroute. (1 S 17, 1-54.)

_____


D'azur au pairle d'argent accompagné en chef d'une molette d'or.

David, le héros d'Israël.



 Blason de la famille de Commarque

La vie de David est un vrai roman, plein de rebondissements. Ce petit berger, né à Bethléem, est l'un des grands héros du peuple juif. Son influence a été telle qu'après lui le trône d'Israël est devenu le trône de David.
Il faut dire que l'homme a bien des talents: musicien accompli, chef de guerre redoutable, fin politique. Sacré roi d'Israël vers l'an 1000 avant Jésus Christ, il repousse les attaques ennemies et déjoue les complots. Il s'empare de Jérusalem, en fait sa capitale. Pour que Dieu soit présent, il y transfère l'Arche d' alliance, l'installant sous une tente, au pied de la ville. A la fin de sa vie, malgré sa toute-puissance, David doit faire face à la rébellion de deux de ses fils.

_____
 

D'azur, à l'arche d'alliance d'argent, surmontée de deux étoiles d'or.


Daniel, l'homme des rêves.


 Blason de l'église restaurée de Jésus Christ des saints des derniers jours

Jeune juif déporté à Babylone, Daniel a un talent rare: il sait expliquer les rêves! Le roi Nabuchodonosor, pour le récompenser, le nomme intendant de son palais. Mais un tel succès fait naître bien des jalousies... Victime d'un piège, Daniel est arrêté, puis jeté dans une fosse au milieu des lions cruels et affamés. Ses ennemis se frottent déjà les mains... A tort, car Dieu, qui sait que son prophète est un homme juste, va rendre les fauves doux comme des agneaux. Au matin, à la surprise générale, Daniel est retrouvé vivant! Il reprend sa place auprès du roi qui le couvre d'honneurs.
_____

De pourpre à un jeune enfant de carnation, affronté, chevelé d'or, habillé d'une tunique d'argent et d'une ceinture d'or, debout à l'avant d'un lion d'or à dextre, couché, la tête de front, sa queue abaissée et d'un agneau arrêté d'argent à senestre, la main dextre de l'enfant posée sur la nuque du lion, sa main senestre sur celle de l'agneau

lundi 26 septembre 2016

Job, la souffrance de l'innocent



 Blason des Franciscains


Qu'il fait peine à voir, Job, assis sur son tas de fumier! Il y a peu de temps encore, il était riche, heureux et en bonne santé. Mais, coup sur coup, les catastrophes se sont accumulées de façon incompréhensibles: en un seul jour, il a perdu et ses bêtes, et sa maison, et ses enfants! Face à tant de malheurs immérités, Job pourrait, comme l'espère Satan, se rebeller contre le Seigneur. Mais Job est un homme intègre et juste. Malgré l'immensité de sa douleur, il reste fidèle.
Le livre de Job est l'un des plus déchirants de la Bible. Il pose la question du mal, de la souffrance et de la mort.

____

De gueules (d’azur ou d’argent) à une croix haute d’or (de gueules ou de sable) embrassée à dextre d’un bras vêtu de la grande manche de la couleur de l’ordre par-dessous, qui est le bras de Saint François, et à senestre d’un bras nu au naturel, qui est de Jésus-Christ, les deux bras passés en sautoir de carnation et stigmatisés de gueules

Amour en Poésie: Aimer.



Blason d' Antran

Paradoxalement c'est dans la fulgurance
De ce beau sentiment pourvoyeur de souffrance
Que l'on peut se donner avec un grand bonheur
Libérant pour autrui les trésors de son coeur.

Que peut être une vie en errance éternelle
Ne connaissant l'amour qui la rend riche et belle?
Bien à plaindre est celui n'ayant su le cueillir,
Il n'aura que le vide au fond du souvenir.

C'est dans le quotidien s'oublier pour mieux être
A l'écoute de l'autre en sachant que peut-être
Nul n'entendra vraiment cet élan spontané
Sans calcul ou froideur à l'oubli condamné.

Peu m'importe pourtant, des êtres et des choses
Il faut savoir saisir toutes métamorphoses,
Les serrer sur son coeur, c'est tout simple d'aimer:
Son ego si précieux il faut l'abandonner!

Andrée Taillandier

_____

De gueules à deux pals ondés d'argent à un arbre d'or brochant sur le tout.

Ambirédacteur


image de l'auteur


La plume pour les vers, la plume pour la prose ;
J'écris pour l'importante ou la futile cause,
Pour l'humanité vaste ou pour quatre lecteurs,
Très modestes propos, sagesse à faibles doses.

Hexacoq



image de l’auteur

Bel hexacoq d’azur, roi de la pommeraie
Au temps où l’on y voit pétales voletants,
Appeleur du soleil qui pour lui va chantant,
Tu es le défenseur, celui que rien n’effraie.

Les délicates fleurs qui sur l’arbre tremblaient
Sont beaux fruits devenus, dont se va tourmentant
Le pauvre paysan, des corbeaux regrettant
Les larcins qui, pour lui, sont une lourde plaie.

Sois donc, agriculteur, rassuré sur ce point :
Corbeaux devant le coq ne s’obstineront point,
Tout saisis qu’ils seront de crainte nonpareille.

Car, de son cri de guerre, ils entendront le son ;
Emportant leur fringale et leur noire chanson,
Ils iront vendanger les doux fruits de la treille.

Moine-porc


image de l’auteur

Voici le moine-porc, une prière aux lèvres ;
Il se rend à l’autel, sans frayeur et sans fièvre,
Récitant son latin, connaissant sa leçon,
Cela sonne en son coeur ainsi qu’une chanson.

Inclinant son menton sur sa vaste poitrine,
Il garde le coeur froid, car nul feu ne le mine ;
Dans l’ancienne Écriture, il sait comment puiser,
Il affirme une foi qu’on ne saurait briser.

Fidèles ne vont point se moquant de sa tête,
Ils estiment ce moine une charmante bête,
Ne sachant s’il est fait pour l’immortalité,
Mais toujours admirant son âme en liberté.

dimanche 25 septembre 2016

Amour en Poésie: La source du bonheur



 Blason de Fouras


C'était au fond du soir comme des souvenirs
Qui ravivent l'Amour lorsque l'instant convie
Le néant dissipé des couleurs de la vie;
Le passé de nouveau lançait de beaux saphirs.

Dans ce profond silence allaient des repentirs
Mêlés d'un sentiment de la mélancolie
Qu'il était recourbé pareil à l'ancolie
Avec son bleu d'excuse, arrivaient les désirs.

Puis, tout se bousculaient dans un souffle d'haleine
Cette fraîcheur de nuit, douce comme la laine.
Avec le bruit du vent la lune s'accrocha

Aux diamants du coeur à la fin de sa course,
Je vis ses jolis yeux lorsqu'elle demeura
Pensive à ce bonheur au sein de notre source.


Christophe Duchemin


_____


D'azur à la barque d'argent et de gueules de deux mâts, habillée d'or et pavillonée d'azur,d'argent et de gueules, accostée de deux poissons d'argent posés en pal, et voguant sur une mer de sinople agitée de sable, au chef parti de sable à la lune au plein d'argent et de gueules au fort Vauban du lieu aussi d'argent.

Notre seule aspiration




Blason d'Amberre


"Il y a quelque chose de plus grand que nous",
C’est le sentiment que l’on a dans l’allégresse.
J’écris ça alors qu’hier j’ai vu des prouesses ;
Des coureurs handisports se donnant jusqu’au bout.
A chaque fois ce spectacle m’émeut beaucoup,
Je réprime mes pleurs, j’ai les poils qui se dressent
Je ne suis pas le seul, la foule était en liesse,
Les applaudissement arrivaient de partout.
Mais ce que j’ai trouvé d’encore plus chouette,
C’est l’entraide autour de ces singuliers athlètes
Pour que tous arrivent à faire le triathlon.
Si on questionne la finalité de vivre,
La réponse c’est les frissons qui nous la livre,
L’amour doit être notre seule aspiration.

Vincent 

 _____


  D'or à une fasce de gueules chargée de deux coquilles d'argent.


L'évangile du dimanche




 Image de Pierrette


Evangile, Saint Matthieu, 18, 3-6.



Tandis que Jésus montait à Jérusalem, des pharisiens s'approchèrent de Jésus pour le mettre à l'épreuve ; ils lui demandèrent :

« Est-il permis de renvoyer sa femme pour n'importe quel motif ? »

Il répondit : « N'avez-vous pas lu l'Ecriture ? Au commencement, le Créateur les fit homme et femme »,

Et il leur dit :

« Voilà pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, il s'attachera à sa femme et tous deux ne feront plus qu'un. »

A cause de cela, ils ne seront plus deux , mais un seul.

Donc, ce que Dieu a uni, que l'homme ne le sépare pas ! »

_____



D'azur à un lion et une lionne affrontés d'or soutenant un pain d'argent sur une terrasse de sinople. 

Le cantique du dimanche




 Blason de la commune de Chauvoncourt


Cantique des cantiques


Voici mon bien aimé qui vient ! Il escalade les montagnes, il franchit les collines, il accourt comme la gazelle, comme le petit de la biche.
Le voici qui se tient derrière notre mur ; il regarde par la fenêtre, il guette à travers le treillage.

Mon bien aimé a parlé ; il m'a dit : « Lève-toi, mon amie, viens, ma toute belle. Ma colombe, blottie dans le rocher, cachée dans la falaise, montre-moi ton visage, fais-moi entendre ta voix ; car ta voix est douce, et ton visage est beau. »

Mon bien aimé est à moi ; et moi je suis à lui.

Il m'a dit : Que mon nom soit gravé dans ton cœur, qu'il soit marqué sur ton bras. »
Car l'amour est fort comme la mort, la passion est implacable comme l'abîme.
Ses flammes sont des flammes brûlantes, c'est un feu divin !
Les torrents ne peuvent éteindre l'amour, les fleuves ne l'emporteront pas.

_____
 

 D'azur à cinq arbres d'argent ordonnés 3, 2 et 1, au chevreuil [gazelle] bondissant d'or brochant sur le tout