jeudi 9 février 2017

Ecrire



 Blason Korkino (Oblast de Tcheliabinsk, Russie)


Il ne suffit pas
d'avoir une plume pour
écrire des vers,

il faut aussi avoir un
désert pour l'y tremper.

5 commentaires:

  1. Bon Vincent, tu le retrouves quand ton moral?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai trouvé un remède super, vraiment très efficace, je lis Emile Michel Cioran. Lui préconisait à ces amis qui étaient dans cet état de visiter les cimetières comme lui-même le faisait. Il écoutait aussi de la musique classique, mais moi j'ai trouvé mieux, le lire ! Qu'est-ce que tu dis de ça ?

      "Je recommande la musique de Mozart et de Bach comme remède au désespoir. Dans sa pureté aérienne, qui atteint parfois une sublime gravité mélancolique, on se sent souvent léger, transparent et angélique; autrefois inconsolables, voilà que vous poussent des ailes qui vous élancent dans un vol serein, accompagné de sourires discrets et voilés, dans une éternité de charme évanescent et de transparences douces et caressantes comme si on évoluait dans un monde de résonances transcendentales et paradisiaques. Tout homme a en puissance quelque chose d'angélique, ne serait-ce que le regret d'une telle pureté et l'aspiration à la sérénité éternelle. La musique réveille le regret de ne pas être ce qu'il aurait fallu, mais sa magie nous charme un instant en nous transportant dans notre monde idéal ; celui où il aurait fallu vivre. Après les fausses notes démentes de notre être, un désir de pureté angélique nous saisit, et nous fait espérer rejoindre le rêve de transcendance et de quiétude, loin du monde, naviguant dans un vol cosmique, les ailes étendues vers de vastes lointains et l'envie me prend d'étreindre les cieux qui ne me furent jamais ouverts. "

      L'écriture de Cioran est d'une "Sublime gravité mélancolique".

      Sublime non ?

      Supprimer
  2. Woui, garde un pied sur terre néanmoins, le monde aussi a sa part de divinité.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne vois pas de quoi tu veux parler, une coupe de champagne, une jolie fille peut-être...

    RépondreSupprimer